Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Inutile», selon le RCD
CANDIDAT UNIQUE DE L'OPPOSITION À L'ELECTION PRESIDENTIELLE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 02 - 2019

Le président du RCD estime que la démarche engagée ces derniers temps par Abdallah Djaballah pour une entente de l'opposition autour d'un candidat unique pour le rendez-vous du 18 avril prochain est inutile.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Mohcine Belabbas a fait part, hier dimanche lors du forum du quotidien Liberté dont il était l'invité, d'une rencontre aujourd'hui avec le leader islamiste. Une rencontre de pure forme car, a-t-il soutenu, la position du parti à l'égard du prochain scrutin a été tranchée. Une position de non-participation car, a expliqué Belabbas, le 18 avril prochain, «il n'y aura pas d'élection mais la désignation d'un chef de l'Etat. On ne boycotte pas et on ne participe pas à une désignation». Et de soutenir que même au sein du parti que préside Djaballah, la démarche est dénuée de toute conviction d'aboutir puisque eux-mêmes soutiennent que l'élection est jouée d'avance. Alors, s'interroge-t-il : pourquoi un candidat unique ? Je ne sais pas ce qui fait courir M. Djaballah, ni les candidats déclarés d'ailleurs.»
Pour le président du RCD, «la question en réalité ne devrait pas se poser» car, selon lui, «s'il y a une élection libre, vous avez beaucoup de candidatures. C'est au deuxième tour qu'il y a un report de voix».
Le président du RCD continuera ses attaques contre les candidats qui, selon lui, ne cessent d'avouer qu'il «n'y a pas d'élection» mais y participent quand même juste pour avoir une «visibilité médiatique». Et de s'interroger : est-ce que les candidats avaient une présence dans les médias en 2014 ? Une campagne doit commencer deux ans à l'avance. Il s'agit de présenter des programmes et de proposer des solutions. Comment le faire en 21 jours ? Les présidentielles, c'est sur les chaînes de télévision. S'il n'y a pas de débat sérieux à la télévision, on ne peut pas parler d'élection», soutient Belabbas.
Et au président du RCD de récuser l'option du messie que les partisans de la continuité tentent de vendre auprès de l'opinion publique pour imposer l'option de la continuité. «Même durant la révolution, il n'y avait pas de messie. Les six qui l'ont déclenchée avaient des troupes. Krim Belkacem avait derrière lui près de 400 hommes armés. Il ne faut pas tromper les gens. Si c'était la solution, il est facile de trouver un consensus», expliquera-t-il.
Pour lui, la présidentielle suppose des «projets et des programmes, et pas de slogans creux qui n'engagent pas leurs auteurs». Un propos qui sonne comme une pique à l'encontre du candidat indépendant, Ali Ghediri, dont il avouera s'interroger parfois s'il était vraiment un général de par ses attaques gratuites contre l'opposition. «Il n'aurait pas dû s'attaquer à l'opposition qu'il devait au contraire tenter de gagner puisqu'il est candidat. Je me suis posé la question si c'était vraiment un général. Dans les pays qui se respectent, un général est un opérationnel et il a une stratégie. Quand tu vois ce genre d'erreurs, tu te poses la question», affirmera le président du RCD.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.