Tripoli : 9 morts dans le bombardement d'un dépôt militaire    Crise libyenne : Alger et Tunis affichent leurs inquiétudes    Sports mécaniques : Le CSMB s'illustre    Delort, quelle bonne pioche de Belmadi !    BAC 2019 dans la capitale : Plus de 58 000 candidats    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Baghlia : Manque de transport public    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    L'AACC s'oppose à la dissolution de l'Office central de répression de la corruption    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    114 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Tlemcen: Un jeune tué à coups de couteau et de sabre    Une quinzaine de jours seulement après le début de la saison estivale: Déjà quatre décès par noyade    La saga judiciaire continue    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Quelques scénarios de sortie de crise    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Pour renforcer prochainement la cartographie et la télédétection : Une caméra numérique de nouvelle génération à Oran    Hommage à Ahmed Kellil    Karim Djoudi et Amar Tou, placés sous contrôle judiciaire    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le président déchu comparaîtra la semaine prochaine    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    ACTUCULT    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ingérence étrangère torpille le processus de l'ONU
Situation en Libye
Publié dans Liberté le 21 - 04 - 2019

Le rapport présenté par l'envoyé spécial de l'ONU en Libye, Ghassane Salamé, a pourtant de quoi interpeller la communauté internationale sur l'urgence d'une solution politique.
L'Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis, les Etats-Unis, l'Egypte et la France, ainsi que la Russie forment désormais une alliance contre le Gouvernement libyen d'union nationale (GNA), issu de l'accord parrainé par les Nations unies. Ce développement constitue le coup de grâce au plan des Nations unies, que Washington et Moscou avaient pourtant soutenu au Conseil de sécurité. Cette alliance apporte un soutien direct au maréchal Khalifa Haftar, qui pourrait même bénéficier de la levée de l'embargo sur les armes par les Etats-Unis après sa discussion au téléphone avec Donald Trump. Le communiqué de la présidence américaine faisant l'éloge du "rôle significatif du maréchal Haftar dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des ressources pétrolières de Libye", ne laisse aucun doute sur la nouvelle position des Etats-Unis vis-à-vis du conflit en Libye. Bien que le Pentagone affirme qu'il ne privilégie pas l'option militaire dans ce pays, ce soutien à l'armée de Haftar ne peut avoir que des conséquences désastreuses pour la Libye, où le dernier bilan des combats autour de Tripoli donné hier par le journal Alwasat fait état de 220 morts et 1066 blessés.Le conflit libyen ne peut que s'embraser après le blocage au Conseil de sécurité par les Etats-Unis et la Russie de la résolution du Royaume-Uni appelant à un cessez-le-feu et au retrait des troupes du maréchal Khalifa Haftar. Fayez as-Sarraj n'a pas tardé à réagir à ces développements dans des déclarations vendredi à la BBC, affirmant que "le peuple libyen a le sentiment que le monde l'a abandonné". Le président du Gouvernement d'union nationale libyen met en garde contre la probable exploitation par le groupe terroriste autoproclamé Etat islamique de cette situation d'instabilité en Libye pour rebondir. Devant ces développements, le président italien, Sergio Mattarella, a appelé à éviter que la Libye ne devienne une "zone de bataille" entre les différentes puissances de la région internationales.
Dans ses déclarations à l'agence italienne AKI, Sergio Mattarella demande à l'Union européenne d'user de tout son poids politique pour préparer les conditions idoines pour la paix, la stabilité, le développement et le respect des droits de l'homme en Libye. Par ailleurs, la France se dit "surprise" des déclarations du ministre libyen de l'Intérieur qui a accusé jeudi la France de soutenir le maréchal Khalifa Haftar dont les forces ont lancé un assaut contre la capitale Tripoli. "Nous sommes surpris par ces déclarations dont nous ne savons pas si elles engagent l'ensemble du Gouvernement d'entente nationale (GNA)", a indiqué la porte-parole du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, Agnès Von Der Muhll lors d'un point de presse. Rappelons que dans le communiqué publié par son service de presse, le ministre de l'Intérieur, Fathi Bach Agha, a ordonné la suspension de tout lien entre (son) ministère et la partie française dans le cadre des accords sécuritaires bilatéraux (...) à cause de la position du gouvernement français soutenant le criminel Haftar qui agit contre la légitimité.

Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.