Le Maroc commande 13 drones turcs, le régime rattrapé par la guerre au Sahara occidental    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    Meeting de Lyon (100m NL): Amel Melih améliore son record d'Algérie    Grève des postiers dans la capitale : Reprise du travail et grande affluence des citoyens    SEAAL : Vers la non-reconduction du contrat avec le partenaire français    Accidents de la route : Campagne de sensibilisation aux Sablettes    El-Menfi valorise le rôle de l'Algérie dans la sécurité et la stabilité de la Libye    Saignée de capital humain    Tizi-Ouzou: Marche des travailleurs de l'ETRHB    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Europe - Les grands clubs lancent la «Super League»: L'UEFA promet des sanctions    FAF - Coupe de la Ligue: La hiérarchie sera-t-elle respectée ?    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB en examen à Bordj    Le procès en appel de Karim Tabou reporté au 28 juin    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    Crise sanitaire: L'immunité collective fait encore parler d'elle    LE RAMADHAN A BON DOS    Algérie-France: Macron qualifie les propos de Djaâboub d'«inacceptables»    Le butin de la mémoire    L'industrie sinistrée aux oubliettes?    Le baril fait du yoyo    Les chantiers de Khaldi    La dernière ligne droite    Brèves    Une AGE à refaire    Le programme dévoilé    Révolution dans le football européen    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Une grande voix du style assimi s'éteint    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    6 ans de prison pour deux anciens DG    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les libyens dénoncent l'Elysée
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 04 - 2019

Quelques dizaines de manifestants ont dénoncé à Tripoli, ce qu'ils ont qualifié de soutien de la France au maréchal Haftar, dont les hommes mènent une offensive contre la capitale libyenne. Vêtus de gilets jaunes, en référence au mouvement social qui agite la France depuis des mois, des manifestants ont protesté le 16 avril dans les rues de Tripoli, en Libye, contre la politique de la France vis-à-vis de leur pays. En cause, le soutien de Paris au maréchal Haftar qui peut, selon eux, être considéré «comme une déclaration de guerre» à la Libye. «La France doit cesser de soutenir le rebelle Haftar en Libye», «la France fournit des armes aux rebelles pour le pétrole», pouvait-on notamment, lire en français sur des pancartes brandies par les manifestants. Rassemblés sur la place d'Alger, au cœur de la capitale, les manifestants ont appelé à rompre les relations diplomatiques avec les pays qui «appuient l'agression», en référence à l'offensive du maréchal Haftar. De violents combats opposent depuis le 4 avril, en banlieue sud de Tripoli, les forces du Gouvernement de concorde nationale, GNA, reconnu par la communauté internationale, à l'Armée nationale libyenne, ANL autoproclamée du maréchal Haftar, qui veut s'emparer de la capitale, siège du GNA. Considérée comme un des appuis du maréchal Khalifa Haftar, au même titre que l'Egypte ou les Emirats arabes unis, la France a, cependant, démenti avoir soutenu son offensive sur Tripoli.
Le 8 avril, une source diplomatique française avait indiqué que Paris n'avait aucun «plan caché» pour mettre au pouvoir Haftar, auquel elle «ne reconnaîtra aucune légitimité», s'il prenait le contrôle de Tripoli par les armes. Cependant, les partisans du GNA accusent Paris de bloquer notamment, des résolutions condamnant l'offensive au Conseil de sécurité de l'ONU ou à l'Union européenne. «Il y a des divergences dans la position européenne, en raison du différend entre la France et l'Italie (sur la Libye)», a déclaré le 15 avril, le ministre des Affaires étrangères du GNA, Mohamad Tahar Siala, alors que Rome affiche clairement son soutien au GNA. La France est accusée par Tripoli de relayer la rhétorique de l'ANL, qui justifie son attaque par le fait qu'elle cherche à combattre les «terroristes» à Tripoli, selon une source gouvernementale à Tripoli qui a requis l'anonymat. En 2016, la France avait dû annoncer la mort de trois de ses militaires dans un accident d'hélicoptère en Libye, où ils menaient une mission de renseignement auprès des forces du maréchal Haftar.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.