Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les libyens dénoncent l'Elysée
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 04 - 2019

Quelques dizaines de manifestants ont dénoncé à Tripoli, ce qu'ils ont qualifié de soutien de la France au maréchal Haftar, dont les hommes mènent une offensive contre la capitale libyenne. Vêtus de gilets jaunes, en référence au mouvement social qui agite la France depuis des mois, des manifestants ont protesté le 16 avril dans les rues de Tripoli, en Libye, contre la politique de la France vis-à-vis de leur pays. En cause, le soutien de Paris au maréchal Haftar qui peut, selon eux, être considéré «comme une déclaration de guerre» à la Libye. «La France doit cesser de soutenir le rebelle Haftar en Libye», «la France fournit des armes aux rebelles pour le pétrole», pouvait-on notamment, lire en français sur des pancartes brandies par les manifestants. Rassemblés sur la place d'Alger, au cœur de la capitale, les manifestants ont appelé à rompre les relations diplomatiques avec les pays qui «appuient l'agression», en référence à l'offensive du maréchal Haftar. De violents combats opposent depuis le 4 avril, en banlieue sud de Tripoli, les forces du Gouvernement de concorde nationale, GNA, reconnu par la communauté internationale, à l'Armée nationale libyenne, ANL autoproclamée du maréchal Haftar, qui veut s'emparer de la capitale, siège du GNA. Considérée comme un des appuis du maréchal Khalifa Haftar, au même titre que l'Egypte ou les Emirats arabes unis, la France a, cependant, démenti avoir soutenu son offensive sur Tripoli.
Le 8 avril, une source diplomatique française avait indiqué que Paris n'avait aucun «plan caché» pour mettre au pouvoir Haftar, auquel elle «ne reconnaîtra aucune légitimité», s'il prenait le contrôle de Tripoli par les armes. Cependant, les partisans du GNA accusent Paris de bloquer notamment, des résolutions condamnant l'offensive au Conseil de sécurité de l'ONU ou à l'Union européenne. «Il y a des divergences dans la position européenne, en raison du différend entre la France et l'Italie (sur la Libye)», a déclaré le 15 avril, le ministre des Affaires étrangères du GNA, Mohamad Tahar Siala, alors que Rome affiche clairement son soutien au GNA. La France est accusée par Tripoli de relayer la rhétorique de l'ANL, qui justifie son attaque par le fait qu'elle cherche à combattre les «terroristes» à Tripoli, selon une source gouvernementale à Tripoli qui a requis l'anonymat. En 2016, la France avait dû annoncer la mort de trois de ses militaires dans un accident d'hélicoptère en Libye, où ils menaient une mission de renseignement auprès des forces du maréchal Haftar.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.