Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Euro 2020 : Le match Danemark-Finlande va reprendre    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    Toute colonisation est un investissement perdu    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Les Canaris en plein vol...    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Elles et ils militent contre l'oubli !    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Khaldi : "Revoir la politique du football"    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Un vendredi calme sans Hirak    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux dates, une même filiation
Printemps Amazigh d'avril 1980 et Insurrection citoyenne de février 2019
Publié dans Liberté le 21 - 04 - 2019

La lutte pacifique a eu le mérite, en 1980 comme en 2019, d'ébranler un système autiste et sûr de sa puissance, et de briser le mur de la peur.
Si à première vue rien ne lie ces deux séquences qui ont marqué au fer rouge la jeune histoire de l'Algérie indépendante et qui sont séparées par un intervalle de temps de près de 40 ans, cette césure est, à y regarder de près, toute factice et ne résiste point à l'épreuve de la comparaison. En effet, tout rapproche ces deux moments historiques tant leur élément déclencheur, leur méthode comme leur finalité sont d'une ressemblance frappante. Si les événements d'Avril 80 ont été provoqués par l'interdiction de la conférence de Mouloud Mammeri à l'université sur les poèmes kabyles anciens perçue alors par les populations de Kabylie comme une atteinte grave et gratuite à leur identité, l'ouragan de février 2019 a eu pour principal catalyseur la candidature de Bouteflika pour un cinquième mandat vécue par les Algériens comme une suprême humiliation. On l'aurait relevé, dans les deux cas, l'élément déclencheur est d'essence éminemment politique. Et comme les artisans du Printemps 1980 qui ont décidé de livrer un combat à mains nues et surtout à visage découvert à un système reposant sur deux béquilles (l'unicisme et la violence), les jeunes insurgés de février 2019 se sont interdit toute violence en optant pour la lutte pacifique contre le régime autoritaire de Bouteflika en scandant dès la marche du 22 février le fameux slogan "Silmiya, silmiya". Aussi paradoxal que cela puisse paraître, cette lutte pacifique a eu le don, en 1980 comme en 2019, d'ébranler un système autiste et sûr de sa puissance, et de briser le mur de la peur. Pour ce qui est des objectifs politiques, les acteurs du Printemps berbère comme les insurgés de février 2019 aspirent à engager le pays sur les rails de la modernité politique. Leur finalité est donc la même : disqualifier un système hors temps et ouvrir au pays des perspectives démocratiques. Passons sur le fait que le fer de lance des événements d'Avril 1980 comme ceux de février 2019, ce sont les jeunes et principalement les étudiants. Avec autant de similitudes, il est aisé d'établir une filiation entre les deux moments historiques. Et c'est à juste titre que l'ancien président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), un des artisans du Printemps amazigh, Saïd Sadi, a écrit dans l'introduction de sa conférence-débat animée mercredi 18 avril à l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou : "La graine d'Avril 80 a fait éclore les nouvelles formes de lutte qui animent les revendications historiques d'aujourd'hui." Certes, le Printemps 80 était confiné dans les limites de la seule Kabylie et n'avait pas eu l'heur de faire tache d'huile comme c'est le cas de l'insurrection citoyenne de février 2019 qui a fait sortir les Algériens aux quatre coins du pays. Il reste que les deux mouvements sont d'essence éminemment démocratique. Pour preuve, les femmes, voilées ou non, ont été aux avant-postes des différentes manifestations et l'emblème amazigh a côtoyé joyeusement le drapeau national du 22 février à ce jour sans que personne trouve à redire et au mépris des tentatives de division. Loin d'être une génération spontanée, la jeunesse d'aujourd'hui est façonnée par les luttes menées par ses aînés. Elle est nourrie à la sève démocratique du Printemps amazigh, des événements d'Octobre 1988, mais aussi du combat pour les libertés de l'opposition et des syndicats autonomes. Pour preuve, le fameux slogan des démocrates algériens "Djazaïr hourra, democratia" (Algérie libre est démocratique) a été repris par des millions de manifestants à Alger comme dans les autres villes du pays. Autrement dit, la révolution du sourire de 2019 est, quelque part, l'enfant légitime de la révolte de 1980 et des luttes démocratiques menées depuis dans le pays.
Arab Chih


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.