Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Vendredi de la mobilisation    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De lourdes charges contre les Kouninef
Ils ont été arrêtés avant-hier par la Gendarmerie
Publié dans Liberté le 23 - 04 - 2019

Mis en état d'arrestation avant-hier par la brigade d'investigations de la Gendarmerie nationale de la wilaya d'Alger, les frères Kouninef devront répondre de graves accusations portées à leur encontre par les instances judiciaires. "Détournement de foncier et de concessions", "trafic d'influence avec des fonctionnaires de l'Etat pour l'obtention de privilèges" et "non-respect d'engagements contractuels dans la réalisation de projets publics" sont autant de charges, pour le moins très lourdes, qui sont reprochées par la justice aux hommes d'affaires, autrefois "intouchables", que sont les frères Réda, Abdelkader, Karim et Tarek Kouninef. L'information a été diffusée hier par la télévision publique, qui a indiqué, sans avancer plus de détails, que les suspects ont été interpellés dimanche et qu'ils seront présentés devant le procureur de la République du tribunal de Sidi M'hamed, une fois l'enquête finalisée. La brigade des investigations de la Gendarmerie nationale ajoute, au demeurant la même source, "poursuit ses enquêtes préliminaires à l'encontre de plusieurs hommes d'affaires, dont certains font l'objet d'interdiction de sortie du territoire national". S'agissant des frères Kouninef, force est de relever d'emblée que les soupçons pesant sur eux sont de nature très grave, car portant sur des délits liés directement à des pratiques de corruption à large échelle, impliquant probablement de hauts fonctionnaires au sein des institutions de l'Etat. Très proches de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika, et surtout très influents auprès du frère et conseiller de ce dernier, Saïd Bouteflika, les frères Kouninef auraient ainsi usé d'influence pour accéder illégalement à d'immenses avantages indus auprès des institutions étatiques, de même qu'ils sont suspectés de détournement de foncier et de deniers publics, ainsi que d'infraction à certaines clauses de contrats portant sur des marchés passés avec l'Etat. Propriétaires du groupe KouGC, créé par leur père, et activant à la base dans la construction, le bâtiment et les travaux publics, Karim, Noah et Réda Kouninef ont rapidement accéléré leur ascension sous le règne des Bouteflika, leur entreprise prospérant ainsi grâce, surtout, aux marchés publics obtenus à profusion dans divers secteurs, comme ceux de la téléphonie mobile et de l'agroalimentaire. Discrets et très redoutés avant la chute du clan des Bouteflika, dont ils furent durant des années cette sorte d'éminence grise dictant même la marche à suivre dans certaines décisions et arbitrages économiques, les frères Kouninef commençaient à être cités sur les scènes médiatique et publique à la suite, surtout, des soupçons révélés ces deux dernières années autour de certains de leurs projets dans le secteur de l'agroalimentaire. Très influente auprès du frère de l'ex-président de la République, la famille Kouninef aurait ainsi bénéficié illégalement d'immenses et indus avantages à l'investissement, mais aussi et surtout de lignes de crédits faramineuses auprès de banques étatiques, avec la complicité ou la complaisance de hauts responsables politiques, de banquiers et de hauts fonctionnaires de l'Etat. En attendant de savoir quelle issue sera donnée à leur arrestation et à leur audition par la Gendarmerie nationale, l'enquête ouverte sur les Kouninef, faut-il croire en définitive, risque de révéler toute l'ampleur du phénomène de prédation économique et de corruption qui s'est généralisé sous le règne des Bouteflika.
Akli Rezouali

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.