Le ministre des Ressources en eau rassure    Intense activité du président Tebboune    L'Algérie dernier de la classe en Afrique    Dans le viseur de Besiktas    « Nous sommes fiers de Bennacer »    Le gouvernement appelle à "s'éloigner de toute forme d'alarmisme"    "Les sujets de moins de 10 ans ne tombent pas beaucoup malades"    Vers le remboursement des frais par la Cnas    L'art du Goul populaire menacé de disparition à El Bayadh    DGSN: la salle omisports de Kouba baptisée du nom de Hacène Lalmas    Rencontre nationale sur les coopératives théâtrales les 28 et 29 mars    Plan d'urgence en cours d'élaboration pour relancer le sport d'élite en Algérie    La résilience du régime algérien    Appel au parachèvement du processus de mutation démocratique pour l'édification de la nouvelle Algérie    Sahara occidental: Brahim Ghali réitère son appel à l'ONU à assumer ses responsabilités    Mokri appelle à prévenir les "conflits d'intérêt" et à œuvrer à édifier un Etat de droit    FORMATION AU METIER D'AVOCAT : Le concours d'accès au CAPA relève de l'UNOA    Le procès Hamel et Tayeb Louh reporté au 19 mars    APRES UNE VISITE D'ETAT EN ARABIE SAOUDITE : Le Président Tebboune regagne Alger    Djerad félicite le nouveau chef du gouvernement tunisien pour sa prise de fonctions    Parti FFS : Démission collective de membres de l'Instance Présidentielle    CORONAVIRUS : L'Algérie n'a enregistré aucun autre cas positif    TRIBUNAL SIDI M'HAMED : Kamel Chikhi condamné à 8 ans de prison ferme    POUR NON-CONFORMITE DE LA POUDRE DE LAIT UTILISEE : Fermeture d'une laiterie privée à Mostaganem    Les locaux de Logitrans auraient été perquisitionnés    SANS SALAIRE DEPUIS 7 MOIS : Les journalistes de ‘'Temps d'Algérie'' interpellent le Président    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Arsenal: l'immense déception d'Arteta    LOGEMENTS SOCIO-LOCATIFS DE FRENDA (TIARET) : La liste des 1183 logements sera connue le 16 avril    Le hirak entame sa 2e année en force    CRISE DU LAIT EN SACHET : La spéculation perdure à Oran    Des enfants inventeurs reçus par les ministres Sid Ali Khaldi et Yacine Djeridane    Décès d'Idriss El Djazairi : une carrière vouée aux bonnes causes    Juventus: l'avenir de Sarri lié à Lyon ?    Coronavirus: le Premier ministre instruit les parties concernées à prendre les mesures nécessaires    LE CARACTÈRE ET L'AMBIVALENCE DE CERTAINS DE MES COMPATRIOTES    Algérie- Maroc : conjuguer le Hirak au pluriel maghrébin    MOULOUD MAMMERI UNE MORT INJUSTE    Fourar: aucun autre cas positif de Coronavirus en Algérie    L'Espagne et la France fustigées    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De lourdes charges contre les Kouninef
Ils ont été arrêtés avant-hier par la Gendarmerie
Publié dans Liberté le 23 - 04 - 2019

Mis en état d'arrestation avant-hier par la brigade d'investigations de la Gendarmerie nationale de la wilaya d'Alger, les frères Kouninef devront répondre de graves accusations portées à leur encontre par les instances judiciaires. "Détournement de foncier et de concessions", "trafic d'influence avec des fonctionnaires de l'Etat pour l'obtention de privilèges" et "non-respect d'engagements contractuels dans la réalisation de projets publics" sont autant de charges, pour le moins très lourdes, qui sont reprochées par la justice aux hommes d'affaires, autrefois "intouchables", que sont les frères Réda, Abdelkader, Karim et Tarek Kouninef. L'information a été diffusée hier par la télévision publique, qui a indiqué, sans avancer plus de détails, que les suspects ont été interpellés dimanche et qu'ils seront présentés devant le procureur de la République du tribunal de Sidi M'hamed, une fois l'enquête finalisée. La brigade des investigations de la Gendarmerie nationale ajoute, au demeurant la même source, "poursuit ses enquêtes préliminaires à l'encontre de plusieurs hommes d'affaires, dont certains font l'objet d'interdiction de sortie du territoire national". S'agissant des frères Kouninef, force est de relever d'emblée que les soupçons pesant sur eux sont de nature très grave, car portant sur des délits liés directement à des pratiques de corruption à large échelle, impliquant probablement de hauts fonctionnaires au sein des institutions de l'Etat. Très proches de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika, et surtout très influents auprès du frère et conseiller de ce dernier, Saïd Bouteflika, les frères Kouninef auraient ainsi usé d'influence pour accéder illégalement à d'immenses avantages indus auprès des institutions étatiques, de même qu'ils sont suspectés de détournement de foncier et de deniers publics, ainsi que d'infraction à certaines clauses de contrats portant sur des marchés passés avec l'Etat. Propriétaires du groupe KouGC, créé par leur père, et activant à la base dans la construction, le bâtiment et les travaux publics, Karim, Noah et Réda Kouninef ont rapidement accéléré leur ascension sous le règne des Bouteflika, leur entreprise prospérant ainsi grâce, surtout, aux marchés publics obtenus à profusion dans divers secteurs, comme ceux de la téléphonie mobile et de l'agroalimentaire. Discrets et très redoutés avant la chute du clan des Bouteflika, dont ils furent durant des années cette sorte d'éminence grise dictant même la marche à suivre dans certaines décisions et arbitrages économiques, les frères Kouninef commençaient à être cités sur les scènes médiatique et publique à la suite, surtout, des soupçons révélés ces deux dernières années autour de certains de leurs projets dans le secteur de l'agroalimentaire. Très influente auprès du frère de l'ex-président de la République, la famille Kouninef aurait ainsi bénéficié illégalement d'immenses et indus avantages à l'investissement, mais aussi et surtout de lignes de crédits faramineuses auprès de banques étatiques, avec la complicité ou la complaisance de hauts responsables politiques, de banquiers et de hauts fonctionnaires de l'Etat. En attendant de savoir quelle issue sera donnée à leur arrestation et à leur audition par la Gendarmerie nationale, l'enquête ouverte sur les Kouninef, faut-il croire en définitive, risque de révéler toute l'ampleur du phénomène de prédation économique et de corruption qui s'est généralisé sous le règne des Bouteflika.
Akli Rezouali

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.