Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    Vaste programme de classification et de restauration de sites et monuments archéologiques    Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Vendredi de la mobilisation    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    L'école des gourous    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Libérez immédiatement M. Rebrab !"
MARCHE DE SOUTIEN au patron DE CEVITAL à BEJAIA
Publié dans Liberté le 24 - 04 - 2019

La marche pacifique à laquelle ont pris part plusieurs milliers de personnes se veut un soutien au patron de Cevital, mais aussi une dénonciation vive de sa détention préventive dans la nuit de lundi à mardi.
"Libérez Rebrab, arrêtez Saïd (Bouteflika)", tel est le slogan qui revenait tel un leitmotiv, hier, dans la bouche des milliers de manifestants ayant pris part à la marche pacifique organisée dans la ville des Hammadites par le collectif des travailleurs du complexe Cevital de Béjaïa, en signe de soutien au patron du groupe industriel privé, Issad Rebrab, qui avait fait l'objet, la veille, d'un mandat de dépôt à Alger. C'est vers 13h que la manifestation initiée par les employés de Cevital a démarré depuis le complexe agroalimentaire, sis à l'arrière-port de Béjaïa, aux cris de "Assa Azekka, Dda Issad yella yella", "Libérez Rebrab, arrêtez Saïd", "Pouvoir assassin", "Système dégage"… Après avoir sillonné la route de l'arrière-port et traversé celle de Sétif, la procession s'est dirigée vers le siège de la cour de Béjaïa, situé à la cité Tobbal, où la foule marquera une halte pour tenir un rassemblement devant l'entrée principale du palais de justice. Une minute de silence à la mémoire des victimes de l'effondrement d'un immeuble vétuste au quartier populaire de la Casbah d'Alger sera observée par les manifestants. Perchés sur la benne d'un camion, le militant Mourad Bouzidi et le député démissionnaire Khaled Tazaghart se sont relayés au micro pour fustiger le pouvoir qui "veut semer la discorde en Kabylie", à travers l'arrestation "injuste et arbitraire" du premier investisseur privé à l'échelle nationale. Les mots d'ordre lancés par les deux orateurs à l'aide d'un mégaphone, tels que "Libérez Rebrab", "Arrêtez les criminels", "Pouvoir assassin", "Système dégage", ont été repris en chœur par une foule survoltée.
Parmi les slogans écrits sur les banderoles et autres pancartes arborées par les marcheurs, on peut citer : "Libérez immédiatement Issad Rebrab, créateur de richesses et d'emplois", "L'Algérie sous mandat de dépôt", "Nous sommes tous Rebrab", "Où est la véritable îssaba ?", "Emprisonnez les criminels. Pas ceux qui constituent une menace pour vous", "Celui qui a importé une machine en prison, ceux qui ont importé de la cocaïne en liberté", "Non à l'application d'une justice régionale", "Non à un Etat de non-droit"… L'arrivée tardive des travailleurs du groupe Cevital, exerçant dans la wilaya de Bouira, a poussé les organisateurs de la manifestation à prolonger leur marche. Ainsi, Mourad Bouzidi invite la foule — qui voit ses rangs grossir à mesure que le temps passe — à battre le pavé depuis le palais de justice jusqu'au siège de la wilaya, en passant par le quartier de Nacéria. Ce qui a permis à de nombreux citoyens et militants politiques, notamment ceux du RCD, à rejoindre la manifestation. Même le brave policier Zahir Malaoui, qui avait défrayé la chronique nationale en participant à la marche historique du vendredi 15 mars dernier, à Béjaïa, a tenu à prendre part, hier, à la manifestation organisée en soutien au P-DG du groupe Cevital. Au bout d'un parcours de quelque trois kilomètres, la foule se masse devant le siège de la wilaya, où elle observera un autre rassemblement au cours duquel, elle scandera à tue-tête les mêmes slogans appelant notamment à la libération immédiate et inconditionnelle du patron de Cevital, dont la réputation dépasse nos frontières.

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.