CAN 2021. Botswana 0 – Algérie 1 (Groupe H) : Les Verts terminent l'année en beauté    L'Algérie rejette les positions considérant les colonies israéliennes comme "ne contrevenant pas au droit international"    Code barres: plus de 400.000 produits sont codifiés en Algérie    Gaïd Salah: le peuple algérien a prouvé qu'il est "un peuple des grands défis"    L'économie du savoir permet la diversification de la production hors hydrocarbures    Chlef: quatre personnes arrêtées et saisie de plus de 53.000 unités de boissons alcoolisées    ILS TENTAIENT DE RALLIER DES GROUPES TERRORISTES AU SAHEL : Huit individus arrêtés à Relizane et Ghardaïa    Accidents de la route : 38 morts et 954 blessés en une semaine    COUVERTURE DE LA PRESIDENTIELLE : Les médias tenus de respecter les lois    Eucoco/Sahara occidental: plusieurs ateliers et rencontres au programme de la Conférence    CNAS D'ALGER : Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour les maladies professionnelles    ORAN : Démantèlement de deux réseaux de trafic de cocaïne    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 13ème journée    Les Européens divisés sur la réforme de l'élargissement à l'Est    18 200 unités vendues à fin octobre 2019    Octavia 4-G : le modèle qui avance, la gamme qui monte !    Opération ville morte à Tichy    Détends-toi ! Ménage tes nerfs ! Cool !    Début des travaux au stade du 5-Juillet    A la conquête de l'Amérique    Les permanences des candidats en stand-by    Les candidats, cible des étudiants    Le Président prêt à inclure des représentants du mouvement populaire au gouvernement    L'ONU «préoccupée» par les grâces de Trump aux militaires    Les services de la santé rassurent    «2049, l'année du serpent de terre…»    Venise sort la tête de l'eau après des inondations historiques    Schématisme et morale néolibérale    Parution d'"Une paix et amitié perpétuelles", de Tobjorn Odegaard    Les essais nucléaires de Reggane à travers la photo    Annulation des stages à l'étranger : Les universitaires s'indignent    LFP – Sanctions : Bouchar suspendu un match    JSMB – RCR : Victoire impérative pour les Béjaouis    Infos Campus    El Oued: Benflis rejette tout lien avec l'ancien système    Blida: Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    Fonds détournés vers l'étranger: «Les autorités ont mis beaucoup de temps à agir»    Football - Ligue 2: Plusieurs duels intéressants à l'affiche    4 manifestants condamnés    Grève dans les écoles    Volkswagen investit pied au plancher    400 millions de dollars à l'horizon    Le ministre des Finances estime : "L'importance d'amender la Loi organique relative aux lois de Finances"    Ryad Mahrez parmi les 100 joueurs les plus précieux du monde    CAF : Waberi Hassan menace de démissionner    Journées d'Art Contemporain de Carthage 2019 (JACC) : " Les galeries à l'œuvre "    Cinéma : Les Misérables, un film social coup de poing sur la banlieue    Alger (Fondation Casbah): Recensement de 330 bâtisses menaçant ruine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Ni royaume ni régime militaire !"
Les étudiants ont marché à BEjaIa, à sidi BEL-ABBèS et À Oran
Publié dans Liberté le 02 - 05 - 2019

La communauté universitaire de Béjaïa a réinvesti la rue, avant-hier, pour le 10e mardi de manifestation contre le régime en place. En effet, des milliers d'étudiants, auxquels se sont jointes les corporations d'enseignants et de travailleurs (ATS), ont organisé, dans la matinée du mardi 30 avril, une nouvelle marche pacifique qui a démarré du campus universitaire de Targa Ouzemour pour se rendre à la placette de la liberté d'expression Saïd-Mekbel. Soit un itinéraire de quelque quatre kilomètres, durant lequel, les manifestants ont réitéré leurs principales revendications qui ne sont autres que celles de la majorité du peuple algérien depuis l'historique marche du 16 février à Kherrata.
"Non à l'instrumentalisation de la justice", "Pour une justice indépendante et équitable", "L'Algérie libre et démocratique vivra", "Ni un royaume ni un régime militaire", "Pouvoir assassin", "Y en a marre de ce pouvoir", "Ulac smah ulac", "Système dégage !"… ont été les principaux slogans scandés par les marcheurs tout au long de leur parcours. Les mêmes slogans ont été également écrits sur des banderoles et des pancartes brandies aux côtés de l'emblème national et du drapeau amazigh.Il faut souligner que les membres de la communauté universitaire de Béjaïa ont été unanimes à rejeter de nouveau la feuille de route des tenants du pouvoir, tout en réclamant le départ de tous les symboles du système, dont l'actuel chef d'état-major de l'armée, Ahmed Gaïd Salah, le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, le Premier ministre, Noureddine Bedoui, ainsi que son gouvernement. "Ni Gaïd Salah ni Bensalah, le système rayeh, rayeh !", lit-on sur une imposante banderole placée en tête de la marche. Le message est on ne peut plus clair.
L'université de Sidi Bel-Abbès au rendez-vous
Les étudiants des différentes facultés de l'université Djilali-Liabès de Sidi Bel-Abbès, auxquels se sont joints leurs professeurs, ont, encore une fois, réinvesti la rue, mardi dernier, pour exprimer et réitérer pacifiquement leur rejet du système en place, en insistant surtout sur les principaux mots d'ordre appelant au départ des "deux B" restants, à la mise en place en place d'une véritable transition politique et à l'indépendance de la justice et des magistrats. Ce sont là les principaux slogans inscrits sur les banderoles et autres pancartes.En effet, après avoir sillonné les principales artères de la ville, les manifestants, bien organisés au milieu d'un dispositif policier, se sont ensuite rassemblés sur le parvis du tribunal du centre-ville donnant sur la place du 1er-Novembre-1954, où ils ont appelé les magistrats à se libérer et à intervenir en toute indépendance, en s'interrogeant : "Win rahi el-adala ?" (où est la justice ?) et "El-adala bettilifoune" (la justice du téléphone). Les manifestants ont réaffirmé leur détermination à poursuivre la protestation jusqu'à la satisfaction complète de leurs revendications. Dans la foulée, les étudiants, drapés dans l'emblème national et le drapeau amazigh, ont également scandé : "Klitou lebled ya sarrakine", "Nous ne sommes pas à vendre et on ne pourra jamais nous acheter. Laissez-nous construire notre Algérie", "Nous avons compris votre manège et nous ne nous laisserons pas faire", "Watani, watani, ghali tamani", "L'état ne disparaît pas avec la disparition des hommes", "FLN, RND, TAJ, MPA dégagez".
Et d'appeler haut et fort à "l'arrestation de Saïd Bouteflika". Avant de se disperser dans le calme, les étudiants ont averti être, plus que jamais, déterminés à poursuivre leur mouvement, et appelé à plus de clairvoyance pour déjouer toutes les tentatives de manœuvres et de manipulations de l'opinion publique visant à semer la division du peuple.
Oran promet un Ramadhan du changement
Mardi, les étudiants de tous les campus et instituts supérieurs d'Oran ont tenu à montrer, une fois de plus, que leur mobilisation et leur détermination étaient intactes en se donnant même rendez-vous pour le mois de Ramadhan. Marchant de l'université Med-Boudiaf (ex-USTO) vers la wilaya et le centre-ville, des centaines d'étudiantes et d'étudiants ont scandé, à l'adresse des tenants du régime, qu'ils n'entendaient pas renoncer à une "Algérie libre et démocratique". Comme pour la marche populaire de vendredi dernier, les étudiants ont été plus "politiques", en scandant, cette fois, des slogans hostiles au pouvoir et en brandissant des pancartes contre le chef d'état-major. D'autres, avec un humour décapant, demandent la "désinfection de l'Algérie".
Cette détermination des étudiants a été récompensée par les marques de sympathie et les encouragements des Oranais qui les ont ovationnés tout au long de leur marche et devant la wilaya où ils ont organisé un sit-in. Assis à même le sol, certains ont promis et pris l'engagement de continuer le combat même durant le Ramadhan. "Ils pensent que nous nous arrêterons pendant le Ramadhan, non Gaïd, les étudiants sortiront le jour et la nuit, jusqu'à l'anéantissement de la bande", nous dira un jeune étudiant applaudi par ses camarades.

KAMAL O./A. Bousmaha/D. LOUKIL


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.