Mohamed Salah évoque sa relation avec Mahrez    Liverpool : Klopp n'est pas étonné pour Bruno Fernandes    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    ASM Oran: Baghor Merouane succède à lui-même    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa : la rue exige le départ de Bensalah
MOBILISATION POPULAIRE CONTRE LE SYSTÈME
Publié dans Liberté le 13 - 04 - 2019

La ville de Béjaïa a vécu, hier, une nouvelle journée de mobilisation populaire contre le système politique en place, et ce, pour le huitième vendredi d'affilée.
Des centaines de milliers de personnes sont sorties, encore une fois, hier après-midi, dans la rue, pour crier haut et fort "système dégage !". Les Béjaouis se sont montrés plus que jamais déterminés à poursuivre le combat pacifique jusqu'à la chute du régime. À travers cette nouvelle démonstration de force, ils ont exprimé leur rejet unanime de la désignation d'Abdelkader Bensalah comme chef de l'Etat par intérim. Outre le rejet de la feuille de route du pouvoir, les manifestants exigent le départ immédiat et inconditionnel des "trois B", à savoir Abdelkader Bensalah, Tayeb Belaïz et Noureddine Bedoui, mais aussi d'Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'ANP et vice-ministre de la Défense. C'est vers 13h30 que le coup d'envoi de la marche a été donné depuis le carrefour d'Aâmriw jouxtant l'esplanade de la maison de la culture Taos-Amrouche. Deux heures avant, les alentours de ce point de départ de la manifestation grouillaient déjà de monde.
Dès la matinée de ce 8e vendredi de mobilisation citoyenne, d'interminables files de véhicules, venant des différentes localités, affluaient vers le chef-lieu de wilaya. Même les bus des communes et ceux de certains particuliers ont été mis à la disposition des manifestants. Ces derniers, munis de drapeaux national et amazigh, de banderoles et de pancartes portant les mots d'ordre de la marche, se sont scindés en carrés espacés, afin de permettre une meilleure organisation. La manifestation démarrera à hauteur de la trémie d'Aâmriw sous les cris d'"Ulac smah ulac", "Pouvoir assassin", "Y en a marre de ce pouvoir", "Système dégage !", "Echaâb yourid iskat ennidham" (le peuple veut la chute du régime)…
À noter que de nouveaux slogans ont fait leur apparition, comme chaque vendredi d'ailleurs, à la lumière de l'évolution de la situation politique qui prévaut dans le pays. Ainsi donc, les marcheurs, dont la présence des femmes et des enfants était fortement remarquable, ont mis en avant des slogans inhabituels, mais en rapport avec l'actualité politique nationale. Parmi ces derniers, on peut citer : "Bensalah rayeh rayeh, Eddi maâk Gaïd Salah" (Bensalah, comme vous êtes partant, emmenez avec vous Gaïd Salah), "Bensalah, le Marocain, vous ne nous représentez pas !", "Ni Bensalah, ni Belaïz, ni Bedoui, c'est le peuple qui choisira ses gouvernants", "Chaque vendredi, nous allons faire tomber un membre de la bande de mafia", "Nous sommes unis, vous êtes finis"… L'ambiance de la manifestation se poursuivra jusqu'à 17h.

Kamel O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.