Covid-19: au moins 721 902 décès dans le monde    Incendie à Beni-Slimane: un mineur mis en détention préventive et son complice sous contrôle judiciaire    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    TREMBLEMENT DE TERRE A MILA : Beldjoud ordonne un recensement urgent des familles sinistrées    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    Tenue dimanche de la réunion du Conseil des ministres    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Arrestation d'une bande criminelle spécialisée dans la vente d'armes à feu et de munitions    27 migrants morts    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    El Tarf: Deux morts par noyade    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HRW dénonce un recours à la torture
Crise au Cameroun anglophone
Publié dans Liberté le 07 - 05 - 2019

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a dénoncé dans un rapport publié hier "un recours régulier à la torture et à la détention au secret" des autorités camerounaises contre des séparatistes anglophones. HRW affirme avoir "documenté 26 cas de détention au secret et de disparition forcée au centre de détention du Secrétariat d'Etat à la défense entre janvier 2018 et janvier 2019, dont 14 cas de torture". Les 26 cas concernent des séparatistes anglophones ou des personnes suspectées de l'être, a ajouté HRW. Parmi eux, "dix étaient des leaders du gouvernement par intérim de l'Ambazonie autoproclamée", a détaillé l'ONG. Les séparatistes anglophones du Cameroun, pays à majorité francophone, militent pour la création d'un Etat indépendant dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest au nom d'Ambazonie. Fin 2017, après un an de protestation, des séparatistes ont pris les armes contre Yaoundé. Depuis, ces régions sont le théâtre d'un conflit armé qui n'a cessé de prendre de l'ampleur. "Des gendarmes et d'autres forces de sécurité au Secrétariat d'Etat à la défense (SED) ont pratiqué de graves passages à tabac et des quasi-noyades pour obtenir des aveux", a affirmé l'ONG dans sa publication. Dans ce rapport, HRW cite également des cas de torture infligée par des séparatistes sur des civils. Mercredi, le ministère de la Défense avait dénoncé sur facebook le "silence coupable et complice de Human Rights Watch, Amnesty International et des médias internationaux" face aux exactions commises par des séparatistes sur des civils. Mi-avril, une chercheuse de HRW travaillant sur le conflit en zone anglophone s'est vue refuser à l'aéroport de Douala l'entrée sur le territoire camerounais. En vingt mois, le conflit en zone anglophone a fait 1850 morts, selon le centre d'analyses géopolitiques International Crisis Group. Il a déjà forcé plus de 530 000 personnes à fuir leur domicile, d'après l'ONU. À l'initiative des Etats-Unis, le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra, le 13 mai, sa première réunion sur la crise au Cameroun anglophone, qui portera sur la situation humanitaire. "Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait envoyer un message clair indiquant que la cessation de la torture en détention est capitale pour répondre à la crise dans les régions anglophones", a commenté HRW dans son rapport de lundi.
Jeudi, Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, est arrivée au Cameroun pour une visite de quatre jours, où elle s'est notamment entretenue vendredi avec le président Paul Biya.
R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.