Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les habitants dénoncent de nombreuses malversations
Relogement des familles de la Casbah
Publié dans Liberté le 19 - 05 - 2019

Les opérations de relogement des habitants de la Casbah se suivent et se ressemblent. Et la dernière en date, à savoir celle de ce début de Ramadhan, ne déroge pas à la règle puisqu'en plus des dysfonctionnements, elle a enregistré de nombreuses malversations, selon les présents hier à la réunion du bureau de la Fondation Casbah. Pourtant, cette opération de relogement est intervenue suite à l'effondrement d'un immeuble qui a fait 5 morts. On aurait pu penser que la conjoncture aurait dicté plus de rigueur dans la gestion de cette dernière opération de relogement. Mais c'était compter sans les vieux réflexes. D'ailleurs, d'après les déclarations de l'ancien wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, les habitants de l'immeuble en question étaient des indus occupants.
Les familles qui occupaient les appartements de la bâtisse, avaient été relogées auparavant. Mais pis encore, la Casbah est devenue un fonds de commerce pour certains, selon un habitant présent à la réunion de la Fondation qui avait invité les familles à assister pour, justement, dénoncer ces malversations. Se référant au listing de la wilaya dont il détient une copie, Athmane Bouras, membre du bureau de la Fondation, a révélé qu'il y a une grande différence entre ce qui est consigné dans ce listing et la réalité. Par exemple, au 10 rue Ali-Tamglit (Basse-Casbah), il y a 13 familles concernées, mais pour la même adresse, le listing de la wilaya a validé 25 attributions. Toujours dans la même rue, puis précisément au 11, le listing a validé 29 attributions pour 22 familles concernées réellement, soit un écart de 7. Au 2 rue Mohamed-Arouri, le propriétaire de la maison nous fait savoir qu'il a communiqué le nombre de 4 familles à reloger mais, au final, le listing a validé 6 attributions sur le compte de cette adresse. Le propriétaire dénonce cette pratique qui permet aux familles qui n'ont pas habité chez lui de se voir attribuer un logement sur la base d'une résidence fictive. Les choses ne se sont pas limitées à cela, puisque, a ajouté Athmane Bouras, au 13 rue Hadj-Omar, par exemple, sur les 13 familles, concernées par le relogement, 7 ne l'ont pas été. Pourtant, le listing de la wilaya évoque 13 attributions.
Remonté, M. Bouras a désigné le P/APC et le wali délégué responsables de cette situation. Selon lui, il n'est pas logique de programmer des relogements au niveau d'immeubles qui ont déjà fait l'objet de relogement. C'est le cas notamment au 67 rue Sidi-Driss-Hamidouche qui a connu le recasement à trois reprises. À chaque opération, ces bâtisses ne sont pas condamnées ce qui ouvre grandes les portes aux squatteurs de tous bords de réinvestir les lieux. Parfois, ce sont les mêmes squatteurs relogés qui reviennent à la charge en quête d'un nouveau butin mais jamais sans la complicité de l'administration. Pour rappel la Fondation Casbah a plaidé récemment pour l'accélération du relogement des résidents, en raison de la vétusté des bâtisses mais aussi afin de permettre le lancement effectif des travaux de rénovation de ce site historique. Pour son président, Ali Mebtouche, la Fondation a pour vocation de protéger le bâti et son contenant, à savoir la population. Mais il a tenu à préciser que les membres de la Fondation sont des bénévoles et que les autorités sont payées pour préserver le site, la mémoire et les âmes qui y vivent. Cependant, le constat fait par les présents à la réunion d'hier permet à certains membres de la Fondation d'affirmer qu'à ce rythme, le problème de la Casbah ne se réglera jamais et qu'elle ne sera jamais restaurée.

Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.