Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les habitants dénoncent de nombreuses malversations
Relogement des familles de la Casbah
Publié dans Liberté le 19 - 05 - 2019

Les opérations de relogement des habitants de la Casbah se suivent et se ressemblent. Et la dernière en date, à savoir celle de ce début de Ramadhan, ne déroge pas à la règle puisqu'en plus des dysfonctionnements, elle a enregistré de nombreuses malversations, selon les présents hier à la réunion du bureau de la Fondation Casbah. Pourtant, cette opération de relogement est intervenue suite à l'effondrement d'un immeuble qui a fait 5 morts. On aurait pu penser que la conjoncture aurait dicté plus de rigueur dans la gestion de cette dernière opération de relogement. Mais c'était compter sans les vieux réflexes. D'ailleurs, d'après les déclarations de l'ancien wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, les habitants de l'immeuble en question étaient des indus occupants.
Les familles qui occupaient les appartements de la bâtisse, avaient été relogées auparavant. Mais pis encore, la Casbah est devenue un fonds de commerce pour certains, selon un habitant présent à la réunion de la Fondation qui avait invité les familles à assister pour, justement, dénoncer ces malversations. Se référant au listing de la wilaya dont il détient une copie, Athmane Bouras, membre du bureau de la Fondation, a révélé qu'il y a une grande différence entre ce qui est consigné dans ce listing et la réalité. Par exemple, au 10 rue Ali-Tamglit (Basse-Casbah), il y a 13 familles concernées, mais pour la même adresse, le listing de la wilaya a validé 25 attributions. Toujours dans la même rue, puis précisément au 11, le listing a validé 29 attributions pour 22 familles concernées réellement, soit un écart de 7. Au 2 rue Mohamed-Arouri, le propriétaire de la maison nous fait savoir qu'il a communiqué le nombre de 4 familles à reloger mais, au final, le listing a validé 6 attributions sur le compte de cette adresse. Le propriétaire dénonce cette pratique qui permet aux familles qui n'ont pas habité chez lui de se voir attribuer un logement sur la base d'une résidence fictive. Les choses ne se sont pas limitées à cela, puisque, a ajouté Athmane Bouras, au 13 rue Hadj-Omar, par exemple, sur les 13 familles, concernées par le relogement, 7 ne l'ont pas été. Pourtant, le listing de la wilaya évoque 13 attributions.
Remonté, M. Bouras a désigné le P/APC et le wali délégué responsables de cette situation. Selon lui, il n'est pas logique de programmer des relogements au niveau d'immeubles qui ont déjà fait l'objet de relogement. C'est le cas notamment au 67 rue Sidi-Driss-Hamidouche qui a connu le recasement à trois reprises. À chaque opération, ces bâtisses ne sont pas condamnées ce qui ouvre grandes les portes aux squatteurs de tous bords de réinvestir les lieux. Parfois, ce sont les mêmes squatteurs relogés qui reviennent à la charge en quête d'un nouveau butin mais jamais sans la complicité de l'administration. Pour rappel la Fondation Casbah a plaidé récemment pour l'accélération du relogement des résidents, en raison de la vétusté des bâtisses mais aussi afin de permettre le lancement effectif des travaux de rénovation de ce site historique. Pour son président, Ali Mebtouche, la Fondation a pour vocation de protéger le bâti et son contenant, à savoir la population. Mais il a tenu à préciser que les membres de la Fondation sont des bénévoles et que les autorités sont payées pour préserver le site, la mémoire et les âmes qui y vivent. Cependant, le constat fait par les présents à la réunion d'hier permet à certains membres de la Fondation d'affirmer qu'à ce rythme, le problème de la Casbah ne se réglera jamais et qu'elle ne sera jamais restaurée.

Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.