L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre le convoi du gouverneur de Borno (Nigeria)    PNJ: une démarche fondamentale pour la promotion de la jeunesse et des sports    Rassemblement de protestation des robes noires : Ils réclament le départ du ministre de la Justice    La révision constitutionnelle a consacré la démocratie participative et le rôle de la société civile dans la prise de décision    Premier League : Chelsea arrache un point face à WBA    Coronavirus: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Arsenal va revenir à la charge pour Aouar    Covid-19: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Le verdict final dans l'affaire Sovac connu mercredi    Le parlement a perdu toute crédibilité    MASCARA : Mise en place d'un terminal de paiement électronique    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    TIZI-OUZOU : Démantèlement d'un réseau de voleurs de véhicules    Plus de 97 mns DA de marchandises saisies depuis janvier à l'aéroport d'Alger    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Le FFS en rangs dispersés    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Oran: 10 harraga interceptés    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    Importation: Pas de retour aux licences    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    M6, La petite chaîne qui «mente» !    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Iran joue l'apaisement
En réponse aux pressions américaines
Publié dans Liberté le 19 - 05 - 2019

Les Etats-Unis ont annoncé le 5 mai le déploiement dans le Golfe du porte-avions Abraham-Lincoln ainsi que de bombardiers B-52.
Les Iraniens estiment qu'il n'y aura pas de guerre dans la région du Moyen-Orient, où les Etats-Unis mènent une dangereuse campagne anti-Téhéran, a rapporté hier l'agence de presse officielle Irna. "Il n'y aura pas de guerre dans la région ; comme l'Iran ne cherche pas la guerre, et personne n'imagine à affronter l'Iran dans la région", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, en visite en Chine. Cette déclaration intervient au lendemain de l'arrivée dans la région du Golfe de deux navires de guerre, équipé en missiles de croisière Tomahawk, en supplément des navires qui y sont déjà déployés. Hier encore, alimentant la tension en cours dans la région, le géant pétrolier américain ExxonMobil a évacué tout son personnel étranger travaillant sur les champs pétroliers irakiens, a rapporté l'agence de presse Reuters, citant trois sources proches de l'entreprise. Une première opération d'évacuation a été organisée vendredi vers Dubaï, ont expliqué les mêmes sources. Le reste du personnel étranger a été évacué hier matin, mais le travail dans les champs pétroliers irakiens se poursuit de manière normale, assurent les mêmes sources. À noter que les Etats-Unis ont déjà ordonné à leur personnel diplomatique non essentiel de quitter l'Irak, la semaine dernière, alors que l'Allemagne a suspendu son opération d'assistance militaire à l'armée irakienne, craignant le déclenchement d'une guerre dans la région. La mission iranienne à l'ONU a déclaré qu'il s'agissait de "la dernière guerre de propagande lancée par les Etats-Unis contre Téhéran sur la base de faux rapports de renseignement", a rapporté mercredi dernier Irna. Face à l'influence grandissante de l'Iran dans le Golfe, les Etats-Unis ont actionné leurs relais dans la région et ont également restauré le régime de sanctions contre Téhéran, après le retrait par Donald Trump de Washington de l'accord sur le nucléaire, conclu en 2015 à Vienne. Malgré cette pression de Washington, Téhéran joue l'apaisement, tout en sollicitant l'intermédiation des autres grandes puissances parmi ses alliés chinois et russe, deux membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU. Vendredi, M. Zarif a appelé Pékin et Moscou à "des actes concrets" pour sauver l'accord sur le nucléaire. "L'Iran et la Chine doivent réfléchir ensemble et travailler ensemble afin de préserver un ordre mondial multilatéral et éviter un ordre mondial unilatéral", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, lors de rencontre à Pékin son homologue chinois Wang Yi. Avec l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et la Russie, la Chine est l'un des partenaires de Téhéran encore parties à cet accord. "Jusqu'à présent, la communauté internationale a surtout fait des déclarations, plutôt que d'agir", a cependant estimé vendredi Mohammad Javad Zarif. "Si la communauté internationale et les autres pays membres de (l'accord), ainsi que nos amis comme la Chine et la Russie, veulent maintenir cette réalisation, ils doivent s'assurer par des actes concrets que les Iraniens profitent des bénéfices" du texte, a-t-il ajouté.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.