3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au cœur de la violence intégriste
"Abou Leila" et "Le jeune Ahmed" projetés à Cannes
Publié dans Liberté le 23 - 05 - 2019

Ces fictions des réalisateurs Amin Sidi Boumediene et les frères Dardenne ont été présentées respectivement dans la section "Semaine de la critique" et en compétition officielle. Et le point commun de ces deux films est la violence générée par l'enfermement.
Le retour du soleil sur la Croisette n'a pas découragé les festivaliers à remplir les salles. Même les films des sections parallèles sont pris d'assaut. Parmi les derniers films qui ont été présentés, on retrouve Abou Leila d'Amin Sidi Boumediene dans la section "Semaine de la critique" et Le jeune Ahmed des frères Dardenne en compétition pour la Palme d'Or. Le point commun de ces deux films est la violence qui est générée par l'enfermement. Ainsi les deux films ont soufflé un petit vent d'inquiétude sur la Croisette. Avec le premier, Amin Sidi Boumediene surprend par la maîtrise de son œuvre. La projection a été suivie d'un tonnerre d'applaudissements qui, au grand bonheur de l'équipe présente, a duré quelques minutes. Visiblement, la décennie noire, l'angoisse et la violence montrées à l'écran ne font pas peur aux festivaliers. Le film commence par un ancrage spatial et temporel : Algérie, 1994. Puis une scène d'assassinat d'un intellectuel par le terroriste Abou Leila et un accrochage entre ce dernier et des policiers. S. et Lotfi, deux amis d'enfance traversent le désert à la recherche de l'assassin. "La poursuite semble absurde, le Sahara n'ayant pas encore été touché par la vague d'attentats. Mais S., dont la santé mentale est vacillante, est convaincu d'y trouver Abou Leila. Lotfi, lui, n'a qu'une idée en tête : éloigner S. de la capitale. Pourtant, c'est en s'enfonçant dans le désert qu'ils vont se confronter à leur propre violence." Le réalisateur a emprunté la voie du road-movie, du symbolisme, de l'onirisme et de la parabole pour évoquer le déchirement et restituer la violence qui habite l'humain. Après le réaliste et allusif court-métrage, Demain Alger, et le surréaliste L'Île, Sidi Boumediene mixe le réalisme, le symbolisme et le surréalisme pour traduire un univers si familier que les Algériens s'efforcent d'oublier. Malgré quelques longueurs, le film se distingue par une originalité d'approche et les thèmes abordés. Quelques références, conscientes ou inconscientes, sont facilement repérables, on retrouve un zeste de Tarantino adouci, notamment dans les scènes de violences et un soupçon de Hamina, dans la mise en valeur d'un anti-héros interprété merveilleusement bien par Slimane Benouari. En effet, le personnage de Lotfi rappelle à plusieurs égards Hassan Terro. Un personnage poltron qui est pris au cœur de l'action et qui devient héros malgré lui. Concernant Le Jeune Ahmed, les Dardenne ont livré un drame social ancré dans une brûlante et inquiétante actualité et avec lequel il brigue une 3e Palme d'or. Cependant le film est parfaitement maîtrisé et prenant. Il met en scène un jeune de 13 ans radicalisé. Tout le long de cette œuvre, les réalisateurs ont montré un personnage antipathique et détestable, même si l'enfance du personnage sème la confusion. Après Rosetta en 1999 et L'Enfant en 2005, avec Le Jeune Ahmed, les Belges ambitionnent de réaliser l'exploit de recevoir trois Palmes. Mais cela semble improbable !
T. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.