Proposition de sortie de crise    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    L'EN rejoint son camp de base au Caire    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Une bien triste leçon égyptienne    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    De l'éthique du personnel politique    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au cœur de la violence intégriste
"Abou Leila" et "Le jeune Ahmed" projetés à Cannes
Publié dans Liberté le 23 - 05 - 2019

Ces fictions des réalisateurs Amin Sidi Boumediene et les frères Dardenne ont été présentées respectivement dans la section "Semaine de la critique" et en compétition officielle. Et le point commun de ces deux films est la violence générée par l'enfermement.
Le retour du soleil sur la Croisette n'a pas découragé les festivaliers à remplir les salles. Même les films des sections parallèles sont pris d'assaut. Parmi les derniers films qui ont été présentés, on retrouve Abou Leila d'Amin Sidi Boumediene dans la section "Semaine de la critique" et Le jeune Ahmed des frères Dardenne en compétition pour la Palme d'Or. Le point commun de ces deux films est la violence qui est générée par l'enfermement. Ainsi les deux films ont soufflé un petit vent d'inquiétude sur la Croisette. Avec le premier, Amin Sidi Boumediene surprend par la maîtrise de son œuvre. La projection a été suivie d'un tonnerre d'applaudissements qui, au grand bonheur de l'équipe présente, a duré quelques minutes. Visiblement, la décennie noire, l'angoisse et la violence montrées à l'écran ne font pas peur aux festivaliers. Le film commence par un ancrage spatial et temporel : Algérie, 1994. Puis une scène d'assassinat d'un intellectuel par le terroriste Abou Leila et un accrochage entre ce dernier et des policiers. S. et Lotfi, deux amis d'enfance traversent le désert à la recherche de l'assassin. "La poursuite semble absurde, le Sahara n'ayant pas encore été touché par la vague d'attentats. Mais S., dont la santé mentale est vacillante, est convaincu d'y trouver Abou Leila. Lotfi, lui, n'a qu'une idée en tête : éloigner S. de la capitale. Pourtant, c'est en s'enfonçant dans le désert qu'ils vont se confronter à leur propre violence." Le réalisateur a emprunté la voie du road-movie, du symbolisme, de l'onirisme et de la parabole pour évoquer le déchirement et restituer la violence qui habite l'humain. Après le réaliste et allusif court-métrage, Demain Alger, et le surréaliste L'Île, Sidi Boumediene mixe le réalisme, le symbolisme et le surréalisme pour traduire un univers si familier que les Algériens s'efforcent d'oublier. Malgré quelques longueurs, le film se distingue par une originalité d'approche et les thèmes abordés. Quelques références, conscientes ou inconscientes, sont facilement repérables, on retrouve un zeste de Tarantino adouci, notamment dans les scènes de violences et un soupçon de Hamina, dans la mise en valeur d'un anti-héros interprété merveilleusement bien par Slimane Benouari. En effet, le personnage de Lotfi rappelle à plusieurs égards Hassan Terro. Un personnage poltron qui est pris au cœur de l'action et qui devient héros malgré lui. Concernant Le Jeune Ahmed, les Dardenne ont livré un drame social ancré dans une brûlante et inquiétante actualité et avec lequel il brigue une 3e Palme d'or. Cependant le film est parfaitement maîtrisé et prenant. Il met en scène un jeune de 13 ans radicalisé. Tout le long de cette œuvre, les réalisateurs ont montré un personnage antipathique et détestable, même si l'enfance du personnage sème la confusion. Après Rosetta en 1999 et L'Enfant en 2005, avec Le Jeune Ahmed, les Belges ambitionnent de réaliser l'exploit de recevoir trois Palmes. Mais cela semble improbable !
T. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.