3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha
Fuyant les risques d'effondrement de leur immeuble
Publié dans Liberté le 25 - 05 - 2019

Un cri de détresse avait été lancé par ces familles qui attendent, depuis 2009, leur relogement.
De prime abord lorsque l'information a circulé, il y a quelques jours, sur l'occupation illégale de la mosquée Pacha à Sid El-Houari, un étonnement doublé de condamnation est né. Mais s'il y a bien à l'heure actuelle occupation de la mosquée par 9 familles avec plus de 7 enfants, à y regarder de plus près ces familles ont une histoire qui semble les avoir conduit justement à ce choix ultime de squatter un monument historique fermé depuis 2010.
Cette histoire nous l'avions découverte, il y a plus d'un an, lorsque ces 9 familles nous avaient invités à découvrir l'état de délabrement de leur immeuble mitoyen à la mosquée. Un cri de détresse avait été lancé à cette occasion par ces familles qui attendaient, depuis 2009, un hypothétique relogement. À l époque, les familles témoignaient de leur quotidien fait de peur et de maladies, en raison de l'état des lieux de l'immeuble où elles vivaient.
Une bâtisse, qui date de l'époque coloniale, a été classée "rouge" à 4 reprises, c'est-à-dire à évacuer en urgence.
Il y a deux jours nous avons donc retrouvé ces mêmes familles, installées sommairement dans la grande salle de prière de la mosquée Pacha : "Nous n'avons pas trouvé d'autres solutions pour sauver nos vies et celles de nos enfants. Jeudi passé, au moment du f'tour, une partie de la dalle supérieure de l'immeuble en ruine, s'est effondrée", nos racontent les mères de familles.
Et d'ajouter : "Vous pouvez le constater vous-même en un an l'état de vétusté de l'immeuble s'est accéléré, et on y vit toujours." Certaines de ces familles avaient tenté de fuir les lieux en se réfugiant dans des baraques faites de bric et de broc montés à proximité de leur immeuble du 3 rue de la vieille mosquée : "Croyez-vous que l'on puisse ainsi élever des enfants ?", nous dit un père de famille. Par dépit, par peur, ces familles ont donc choisi d'occuper la mosquée Pacha, en pénétrant par la porte arrière de l'édifice qui débouche sur le haouch de l'immeuble. Les autorités, la direction de la culture, la wilaya, le secteur urbain de Sid El-Houari ont été informés de la situation de l'occupation de la mosquée Pacha. La brigade de gendarmerie spécialisée dans la protection des sites et monuments historiques s'est déplacée sur les lieux.
Pour l'instant des recommandations ont été faites aux familles de ne dégrader aucun des ouvrages se trouvant dans la salle des prières. Ce à quoi répondent les occupants : "Nous n'allons rien toucher mais que le wali nous donne un logement et qu'il vienne enquêter sur les élus de Sid El Houari. Pourquoi avions-nous des bons pour être relogés et qu'au final, on ne s'est pas retrouvés sur la liste des familles ayant bénéficié d'un logement ?" Néanmoins, il est vrai que l'occupation d'un monument bien qu'abandonné n'est pas une solution et ne devrait pas s'éterniser.

D. LOUKIL


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.