Proposition de sortie de crise    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    L'EN rejoint son camp de base au Caire    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Une bien triste leçon égyptienne    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    De l'éthique du personnel politique    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars
Importation de kits pour le montage automobile
Publié dans Liberté le 25 - 05 - 2019

Durant les seuls trois premiers mois de l'année en cours, l'Algérie avait importé pour plus de 920 millions de dollars de kits CKD-SKD destinés au montage automobile.
Un plafond dérisoire d'à peine deux milliards de dollars vient d'être fixé par le gouvernement pour les importations de kits CKD et SKD destinés à l'industrie locale de montage automobile, a-t-on appris, hier, de sources proches du secteur.
Ce montant, qui dépasse à peine la facture moyenne consacrée d'ordinaire aux importations de ce type de kits pour un seul trimestre, vient ainsi d'être réparti et notifié officiellement par le ministère de l'Industrie à l'ensemble des intervenants de la filière nationale de montage automobile, nous ont confirmé les mêmes sources.
Pour les acteurs du secteur, les quotas qui leur sont désormais officiellement fixés à l'importation pour l'exercice en cours sont tout simplement insignifiants et risquent à terme de mettre carrément à mort leurs unités d'assemblage et, par conséquent, l'ensemble de la filière, à peine naissante, de l'industrie locale de montage automobile.
Le plafond de deux milliards de dollars d'importations arrêté pour le reste de 2019 correspond en tout cas à peine au double des dépenses globales enregistrées en la matière durant les seuls trois premiers mois de l'année en cours, où l'Algérie avait importé, rappelle-t-on, pour plus de 920 millions de dollars de kits CKD-SKD destinés au montage automobile.
Durant l'exercice précédent, la facture totale consacrée par le pays à l'achat à l'étranger de ces collections CKD-SKD avait atteint plus de 3,5 milliards de dollars, contre
2,2 milliards de dollars en 2017, soit une hausse de plus de 70% sur une seule année. La décision de compresser en urgence la facture d'importation de kits CKD-SKD destinés au montage des voitures touristiques a été annoncée au début du mois en cours, à l'issue d'une réunion du Conseil de l'actuel gouvernement de gestion des affaires courantes.
Cette décision, telle que justifiée officiellement dans les communiqués du Premier ministère, s'inscrit dans une démarche globale visant à réduire les dépenses du pays à l'importation, afin de limiter le creusement du déficit de la balance des paiements et de freiner par là même l'érosion avancée des réserves officielles de changes.
Annoncée et mise en application en l'espace d'à peine deux semaines, la compression brutale et drastique des quotas d'importations de collections de kits destinés au montage automobile risque, néanmoins, de provoquer à terme une mise à mort de l'ensemble de cette filière industrielle, longtemps favorisée et présentée comme un segment phare pour la diversification de l'économie nationale.
D'ores et déjà, des acteurs de la filière automobile tirent la sonnette d'alarme sur les risques très probables de cessation brutale des activités de leurs chaînes d'assemblage, avec des conséquences directes et très dommageables sur l'emploi, la production et la sous-traitance nationale, mais aussi sur les prix de vente et les délais de disponibilité et de livraison des véhicules neufs sur le marché local. En somme, un chamboulement total du secteur de l'automobile qui ne pourrait, selon les spécialistes de la filière, être contrebalancé par une hypothétique mesure populiste de relance des importations des véhicules usagés de moins de trois ans.
Akli Rezouali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.