3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars
Importation de kits pour le montage automobile
Publié dans Liberté le 25 - 05 - 2019

Durant les seuls trois premiers mois de l'année en cours, l'Algérie avait importé pour plus de 920 millions de dollars de kits CKD-SKD destinés au montage automobile.
Un plafond dérisoire d'à peine deux milliards de dollars vient d'être fixé par le gouvernement pour les importations de kits CKD et SKD destinés à l'industrie locale de montage automobile, a-t-on appris, hier, de sources proches du secteur.
Ce montant, qui dépasse à peine la facture moyenne consacrée d'ordinaire aux importations de ce type de kits pour un seul trimestre, vient ainsi d'être réparti et notifié officiellement par le ministère de l'Industrie à l'ensemble des intervenants de la filière nationale de montage automobile, nous ont confirmé les mêmes sources.
Pour les acteurs du secteur, les quotas qui leur sont désormais officiellement fixés à l'importation pour l'exercice en cours sont tout simplement insignifiants et risquent à terme de mettre carrément à mort leurs unités d'assemblage et, par conséquent, l'ensemble de la filière, à peine naissante, de l'industrie locale de montage automobile.
Le plafond de deux milliards de dollars d'importations arrêté pour le reste de 2019 correspond en tout cas à peine au double des dépenses globales enregistrées en la matière durant les seuls trois premiers mois de l'année en cours, où l'Algérie avait importé, rappelle-t-on, pour plus de 920 millions de dollars de kits CKD-SKD destinés au montage automobile.
Durant l'exercice précédent, la facture totale consacrée par le pays à l'achat à l'étranger de ces collections CKD-SKD avait atteint plus de 3,5 milliards de dollars, contre
2,2 milliards de dollars en 2017, soit une hausse de plus de 70% sur une seule année. La décision de compresser en urgence la facture d'importation de kits CKD-SKD destinés au montage des voitures touristiques a été annoncée au début du mois en cours, à l'issue d'une réunion du Conseil de l'actuel gouvernement de gestion des affaires courantes.
Cette décision, telle que justifiée officiellement dans les communiqués du Premier ministère, s'inscrit dans une démarche globale visant à réduire les dépenses du pays à l'importation, afin de limiter le creusement du déficit de la balance des paiements et de freiner par là même l'érosion avancée des réserves officielles de changes.
Annoncée et mise en application en l'espace d'à peine deux semaines, la compression brutale et drastique des quotas d'importations de collections de kits destinés au montage automobile risque, néanmoins, de provoquer à terme une mise à mort de l'ensemble de cette filière industrielle, longtemps favorisée et présentée comme un segment phare pour la diversification de l'économie nationale.
D'ores et déjà, des acteurs de la filière automobile tirent la sonnette d'alarme sur les risques très probables de cessation brutale des activités de leurs chaînes d'assemblage, avec des conséquences directes et très dommageables sur l'emploi, la production et la sous-traitance nationale, mais aussi sur les prix de vente et les délais de disponibilité et de livraison des véhicules neufs sur le marché local. En somme, un chamboulement total du secteur de l'automobile qui ne pourrait, selon les spécialistes de la filière, être contrebalancé par une hypothétique mesure populiste de relance des importations des véhicules usagés de moins de trois ans.
Akli Rezouali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.