Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Les travailleurs du groupe de médias « Temps nouveau » d'Ali Haddad protestent devant la maison de la presse Tahar Djaout    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    L'UGTA n'a pas obtenu d'autorisation    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    Les Harambee Stars depuis hier au Caire    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi revient chez les Crabes    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    "La transition politique est une nécessité"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Début des inscriptions le 20 juillet    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Flambée des cours et tension sur les devises en vue
Relance des importations de véhicules de moins de trois ans
Publié dans Liberté le 26 - 05 - 2019

Le taux de change officiel reste déconnecté de celui ayant cours sur le marché informel.
Politiquement populiste et économiquement aventurier, le projet du gouvernement de réinstaurer l'autorisation d'importation de véhicules usagés de moins de trois ans risquerait de créer, si elle venait à être effectivement mise en œuvre, une réelle tension sur l'offre informelle de devises et, par conséquent, une flambée certaine des cours et un écart abyssal entre les parités officielle et parallèle de la monnaie nationale.
Improvisée, sans doute, dans une tentative désespérée d'apaisement social alors que le peuple a clairement fait comprendre, lors des marches pacifiques de ces dernières semaines, ne rien réclamer d'autre que "le changement radical du régime politique", la relance envisagée des importations de véhicules d'occasion est considérée, à la fois, complètement inefficace pour réguler les prix de l'automobile et potentiellement porteuse de graves distorsions sur l'offre et les cours des devises fortes.
Sur le marché parallèle, nous disent des sources proches de la Banque centrale, "il est certain que le retour à l'importation de véhicules usagés provoquera une forte flambée de l'euro et le dollar devra, par la suite, suivre la même tendance, si toutefois les consommateurs adhèrent effectivement à une telle démarche, ce qui est loin d'être évident, vu que les prix à l'importation des véhicules d'occasion risquent d'être excessivement élevés". Pour nos interlocuteurs, il est cependant clair que dans sa gestion du taux de change du dinar, la Banque d'Algérie ne tient aucunement compte de ce qui peut se passer sur le marché parallèle des devises, du moins officiellement.
Aussi, assurent-ils, même en cas de relance des importations de véhicules de moins de trois ans, le taux de change officiel reste déconnecté de celui ayant cours sur le marché informel, et ce, quelles que puissent être les pressions sur la demande et l'offre de devises sur les circuits parallèles.
Une déconnexion qui, ainsi, ne serait pas prise en compte dans les politiques officielles de gestion du taux de change, mais qui, pourtant, traduirait et alimenterait de réels dysfonctionnements économiques, en aggravant surtout le manque de visibilité pour les investisseurs. "Une économie ne peut continuer en permanence à fonctionner avec une double parité du taux de change, l'une officielle et l'autre parallèle, surtout si le différentiel entre les deux est important et s'il continue à s'aggraver", nous dit, en ce sens, l'ancien délégué de la communauté bancaire et ancien ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa. Selon lui, l'impact d'une éventuelle relance des importations de véhicules d'occasion sur le marché des devises dépendra des mesures d'accompagnement dont sera assortie cette démarche, mais aussi des prix à la reprise de ce type de véhicules, qui, a priori, risquent d'être trop dissuasifs pour susciter une réelle demande.
Interrogé enfin sur la nécessité de passer par une loi de finances pour lever l'interdiction d'importation de véhicules usagés, dès lors que celle-ci avait été introduite en 2005 par un texte similaire, l'ancien ministre des Finances s'est contenté d'indiquer que l'abrogation de cette interdiction devrait, au premier abord, suivre le même canal juridique, même si d'autres voies réglementaires peuvent effectivement s'offrir au gouvernement.

Akli Rezouali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.