TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    Raouya présente le texte de LFC 2020 devant le Conseil de la Nation    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    Coronavirus: 119 nouveaux cas, 146 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    CONSEIL DES MINISTRES : Reprise "progressive" du secteur des travaux publics    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Boukadoum: la diplomatie algérienne accorde un intérêt particulier à l'Afrique, surtout le Sahel et son environnement immédiat    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Alger ferme ses plages    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    Mahrez victime d'un cambriolage    Benzia gravement blessé à la main    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    La Conservation des forêts se mobilise    Les habitants réclament leur réouverture    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Flambée des cours et tension sur les devises en vue
Relance des importations de véhicules de moins de trois ans
Publié dans Liberté le 26 - 05 - 2019

Le taux de change officiel reste déconnecté de celui ayant cours sur le marché informel.
Politiquement populiste et économiquement aventurier, le projet du gouvernement de réinstaurer l'autorisation d'importation de véhicules usagés de moins de trois ans risquerait de créer, si elle venait à être effectivement mise en œuvre, une réelle tension sur l'offre informelle de devises et, par conséquent, une flambée certaine des cours et un écart abyssal entre les parités officielle et parallèle de la monnaie nationale.
Improvisée, sans doute, dans une tentative désespérée d'apaisement social alors que le peuple a clairement fait comprendre, lors des marches pacifiques de ces dernières semaines, ne rien réclamer d'autre que "le changement radical du régime politique", la relance envisagée des importations de véhicules d'occasion est considérée, à la fois, complètement inefficace pour réguler les prix de l'automobile et potentiellement porteuse de graves distorsions sur l'offre et les cours des devises fortes.
Sur le marché parallèle, nous disent des sources proches de la Banque centrale, "il est certain que le retour à l'importation de véhicules usagés provoquera une forte flambée de l'euro et le dollar devra, par la suite, suivre la même tendance, si toutefois les consommateurs adhèrent effectivement à une telle démarche, ce qui est loin d'être évident, vu que les prix à l'importation des véhicules d'occasion risquent d'être excessivement élevés". Pour nos interlocuteurs, il est cependant clair que dans sa gestion du taux de change du dinar, la Banque d'Algérie ne tient aucunement compte de ce qui peut se passer sur le marché parallèle des devises, du moins officiellement.
Aussi, assurent-ils, même en cas de relance des importations de véhicules de moins de trois ans, le taux de change officiel reste déconnecté de celui ayant cours sur le marché informel, et ce, quelles que puissent être les pressions sur la demande et l'offre de devises sur les circuits parallèles.
Une déconnexion qui, ainsi, ne serait pas prise en compte dans les politiques officielles de gestion du taux de change, mais qui, pourtant, traduirait et alimenterait de réels dysfonctionnements économiques, en aggravant surtout le manque de visibilité pour les investisseurs. "Une économie ne peut continuer en permanence à fonctionner avec une double parité du taux de change, l'une officielle et l'autre parallèle, surtout si le différentiel entre les deux est important et s'il continue à s'aggraver", nous dit, en ce sens, l'ancien délégué de la communauté bancaire et ancien ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa. Selon lui, l'impact d'une éventuelle relance des importations de véhicules d'occasion sur le marché des devises dépendra des mesures d'accompagnement dont sera assortie cette démarche, mais aussi des prix à la reprise de ce type de véhicules, qui, a priori, risquent d'être trop dissuasifs pour susciter une réelle demande.
Interrogé enfin sur la nécessité de passer par une loi de finances pour lever l'interdiction d'importation de véhicules usagés, dès lors que celle-ci avait été introduite en 2005 par un texte similaire, l'ancien ministre des Finances s'est contenté d'indiquer que l'abrogation de cette interdiction devrait, au premier abord, suivre le même canal juridique, même si d'autres voies réglementaires peuvent effectivement s'offrir au gouvernement.

Akli Rezouali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.