TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    Raouya présente le texte de LFC 2020 devant le Conseil de la Nation    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    Coronavirus: 119 nouveaux cas, 146 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    CONSEIL DES MINISTRES : Reprise "progressive" du secteur des travaux publics    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Boukadoum: la diplomatie algérienne accorde un intérêt particulier à l'Afrique, surtout le Sahel et son environnement immédiat    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Alger ferme ses plages    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    Mahrez victime d'un cambriolage    Benzia gravement blessé à la main    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    La Conservation des forêts se mobilise    Les habitants réclament leur réouverture    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"
Tout en soulignant l'urgence d'UN DIALOGUE
Publié dans Liberté le 26 - 05 - 2019

Cela ressemble à bien des égards, notamment dans son esprit, à l'appel lancé par Ahmed Taleb Ibrahimi, Rachid Benyelles et Ali-Yahia Abdenour dont il considère qu'il mérite attention : dans un communiqué de son bureau politique rendu public hier, le parti d'Ali Benflis a appelé à un dialogue dans les plus brefs délais, soit avant la fin du mandat de la présidence de l'Etat, le 9 juillet prochain. Le BP "constate (…) avec inquiétude l'impasse politique générée par la mise en œuvre exclusive de l'article 102 comme solution de sortie de crise.
L'échec consommé de l'élection présidentielle, initialement prévue le 4 juillet, que le peuple a rejetée, considérant ses conditions de déroulement inappropriées et inacceptables, commande, impérieusement, le recours à la voie politico-constitutionnelle", recommande Talaie El-Houriat. "À cet égard, l'ouverture d'un dialogue pour dégager, dans les meilleurs délais, une solution politique consensuelle qui réponde aux aspirations du peuple et évite à notre pays un vide constitutionnel, politique et institutionnel, aux conséquences imprévisibles, au terme du mandat constitutionnel de la présidence de l'Etat, revêt une extrême urgence", estime le parti. Pour ne pas reproduire l'échec du premier dialogue auquel avait appelé Abdelkader Bensalah, le parti juge nécessaire la réunion des conditions de sa réussite, dont des interlocuteurs crédibles, un cadre adéquat et un objet clair.
Dans ce contexte, il considère, sans les citer, que le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, et le Premier ministre, Noureddine Bedoui, sont disqualifiés pour mener ce dialogue. "De fait, les figures emblématiques du régime, encore à la tête des principales institutions de l'Etat, récusées par la révolution populaire, sont disqualifiées comme interlocuteurs pour un tel dialogue". Selon le parti, la partie invitant à ce dialogue doit être d'une autorité morale et politique "incontestable et irrécusable".
"Le dialogue doit réunir les représentants de la révolution populaire et de la société civile et ceux des partis et des personnalités nationales qui se sont illustrés dans la lutte contre l'ancien régime et ont soutenu la révolution populaire pacifique depuis ses débuts", soutient-il. Quant à l'ANP, préconise encore Talaie El-Houriat, elle aura "un rôle important à jouer dans ce dialogue" comme "accompagnateur et facilitateur et comme garant" de la mise en œuvre de la feuille de route qui sera adoptée, par consensus, par les partenaires à ce dialogue. S'il note avec satisfaction et intérêt l'ensemble des initiatives et des propositions de sortie de crise, le parti de Benflis semble cependant privilégier celle que défend Gaïd Salah : la mise en place d'une instance d'organisation des élections et la tenue de la présidentielle.
"L'objectif final de ce dialogue doit être l'élection du président de la République dans des conditions qui lui confèrent toute la représentativité, la crédibilité et la légitimité pour mener à bonne fin son mandat qui sera, de toute évidence, le mandat de la transition démocratique véritable à laquelle notre peuple aspire". Evoquant les poursuites judiciaires touchant des personnalités politiques et militaires et des hommes d'affaires, Talaie El-Houriat souligne "l'impératif du respect des principes d'une justice équitable, à savoir la présomption d'innocence, le droit à la défense, le secret de l'instruction et la transparence nécessaire, dans la limite de ce qui est permis par la loi".
Enfin, il met en garde les autorités publiques contre la tentation du recours à la force contre les manifestants auxquels il réitère son soutien. "Le devoir des éléments de la sûreté publique est de protéger les manifestants contre toute tentative de provocation et de menace à leur sécurité et non de réprimer les manifestations pacifiques", note le texte.

K. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.