Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Les travailleurs du groupe de médias « Temps nouveau » d'Ali Haddad protestent devant la maison de la presse Tahar Djaout    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    L'UGTA n'a pas obtenu d'autorisation    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    Les Harambee Stars depuis hier au Caire    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi revient chez les Crabes    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    "La transition politique est une nécessité"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Début des inscriptions le 20 juillet    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"
Tout en soulignant l'urgence d'UN DIALOGUE
Publié dans Liberté le 26 - 05 - 2019

Cela ressemble à bien des égards, notamment dans son esprit, à l'appel lancé par Ahmed Taleb Ibrahimi, Rachid Benyelles et Ali-Yahia Abdenour dont il considère qu'il mérite attention : dans un communiqué de son bureau politique rendu public hier, le parti d'Ali Benflis a appelé à un dialogue dans les plus brefs délais, soit avant la fin du mandat de la présidence de l'Etat, le 9 juillet prochain. Le BP "constate (…) avec inquiétude l'impasse politique générée par la mise en œuvre exclusive de l'article 102 comme solution de sortie de crise.
L'échec consommé de l'élection présidentielle, initialement prévue le 4 juillet, que le peuple a rejetée, considérant ses conditions de déroulement inappropriées et inacceptables, commande, impérieusement, le recours à la voie politico-constitutionnelle", recommande Talaie El-Houriat. "À cet égard, l'ouverture d'un dialogue pour dégager, dans les meilleurs délais, une solution politique consensuelle qui réponde aux aspirations du peuple et évite à notre pays un vide constitutionnel, politique et institutionnel, aux conséquences imprévisibles, au terme du mandat constitutionnel de la présidence de l'Etat, revêt une extrême urgence", estime le parti. Pour ne pas reproduire l'échec du premier dialogue auquel avait appelé Abdelkader Bensalah, le parti juge nécessaire la réunion des conditions de sa réussite, dont des interlocuteurs crédibles, un cadre adéquat et un objet clair.
Dans ce contexte, il considère, sans les citer, que le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, et le Premier ministre, Noureddine Bedoui, sont disqualifiés pour mener ce dialogue. "De fait, les figures emblématiques du régime, encore à la tête des principales institutions de l'Etat, récusées par la révolution populaire, sont disqualifiées comme interlocuteurs pour un tel dialogue". Selon le parti, la partie invitant à ce dialogue doit être d'une autorité morale et politique "incontestable et irrécusable".
"Le dialogue doit réunir les représentants de la révolution populaire et de la société civile et ceux des partis et des personnalités nationales qui se sont illustrés dans la lutte contre l'ancien régime et ont soutenu la révolution populaire pacifique depuis ses débuts", soutient-il. Quant à l'ANP, préconise encore Talaie El-Houriat, elle aura "un rôle important à jouer dans ce dialogue" comme "accompagnateur et facilitateur et comme garant" de la mise en œuvre de la feuille de route qui sera adoptée, par consensus, par les partenaires à ce dialogue. S'il note avec satisfaction et intérêt l'ensemble des initiatives et des propositions de sortie de crise, le parti de Benflis semble cependant privilégier celle que défend Gaïd Salah : la mise en place d'une instance d'organisation des élections et la tenue de la présidentielle.
"L'objectif final de ce dialogue doit être l'élection du président de la République dans des conditions qui lui confèrent toute la représentativité, la crédibilité et la légitimité pour mener à bonne fin son mandat qui sera, de toute évidence, le mandat de la transition démocratique véritable à laquelle notre peuple aspire". Evoquant les poursuites judiciaires touchant des personnalités politiques et militaires et des hommes d'affaires, Talaie El-Houriat souligne "l'impératif du respect des principes d'une justice équitable, à savoir la présomption d'innocence, le droit à la défense, le secret de l'instruction et la transparence nécessaire, dans la limite de ce qui est permis par la loi".
Enfin, il met en garde les autorités publiques contre la tentation du recours à la force contre les manifestants auxquels il réitère son soutien. "Le devoir des éléments de la sûreté publique est de protéger les manifestants contre toute tentative de provocation et de menace à leur sécurité et non de réprimer les manifestations pacifiques", note le texte.

K. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.