Projet de Plan national de relance socio-économique: le Président Tebboune préside une réunion    Confinement partiel imposé dans 18 communes de Sétif : soulagement chez les citoyens    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    IMPORTATION DE VEHICULES NEUFS EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie se prononce de nouveau    La justice libanaise este en justice le représentant de Sonatrach    MULTIPLICATION DES CAS DE CORONAVIRUS A ORAN : Les médecins tirent la sonnette d'alarme    SETIF : Retour au confinement partiel de 13h00 à 05h00    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    M'sila: nécessité d'accélérer les travaux de la station déminéralisation de Hamam Dhalaa    Laghouat: équipement du laboratoire du nouveau CHU en appareil de dépistage du Covid19    475 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Courrier des lecteurs    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Treize activites acquittés    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale
Ouyahia, Sellal et Benyounès en prison
Publié dans Liberté le 15 - 06 - 2019

La chute du "clan Bouteflika" n'est en fait qu'une issue logique des pratiques de ces dernières années. Mais les Algériens, de nouveau dans les rues hier, ne sont pas pour autant satisfaits.
Pour le deuxième jour consécutif, la Cour suprême a jugé, jeudi, un ancien Premier ministre et un ancien ministre. Abdelmalek Sellal et Amara Benyounès, deux figures du régime d'Abdelaziz Bouteflika, ont été placé sous mandat de dépôt. Ils ont rejoint Ahmed Ouyahia, incarcéré la veille à la prison d'El-Harrach. D'autres suivront, dans les prochains jours, mettant définitivement le régime de l'ancien chef de l'Etat au banc des accusés. La veille d'un nouveau vendredi de mobilisation, les Algériens ont été "servis". Trois figures importantes du "bouteflikisme" ont été écrouées. Pour marquer les esprits, la justice a préféré frapper à la tête. Avant de juger les anciens ministres et autres cadres de l'Etat, elle a préféré commencer par la tête. Tout un symbole.
Le chef de file de ce qui est désormais appelé "la bande", la Cour suprême préfère évoquer "l'affaire Ouyahia et ceux qui sont avec lui". Pour les trois accusés, les mêmes chefs d'inculpation sont retenus. Ils sont poursuivis pour "attribution d'indus avantages dans le cadre de l'octroi de marchés publics et de contrats", "conformément à l'article 26, alinéa 1 de la loi 01-06 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption, dilapidation de deniers publics, conformément à l'article 29 de la loi 01-06 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption, abus de pouvoir, conformément à l'article 33 de la loi 01-06 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption, et abus de fonction, et conflit d'intérêts, conformément à l'article 34 de la loi 06-01 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption", annonce la Cour suprême dans un communiqué.
Les charges sont lourdes et les peines encourues dépassent les dix ans d'emprisonnement. Mais pour cela, il faut attendre les procès dont la durée prendra des mois. Les dossiers sont lourds, complexes et imbriqués. Selon des indications en provenance de la Cour suprême, ces procès en règle contre le régime de Bouteflika ne vont pas s'arrêter en si bon chemin. Nombre d'anciens ministres, de députés, de sénateurs vont défiler devant le juge d'instruction désigné par la Cour suprême à cet effet.
Il est difficile de prévoir l'avenir. Mais sur le plan purement politique, le procès est déjà fait : les allers-retours des fourgons cellulaires de la Cour suprême, qui remplacent les berlines, qui pénètrent dans l'enceinte judiciaire, sont un vrai procès politique contre un régime qui a baigné, deux décennies durant, dans l'impunité totale. Ces ministres, Premiers ministres et cadres supérieurs ont fait la pluie et le beau temps durant tout le règne d'Abdelaziz Bouteflika. Sûrs d'eux, protégés par la haute autorité politique, ils géraient les deniers publics comme s'il s'agissait de leurs biens. Cela est le propre des régimes autoritaires, illégitimes. Cette chute du "clan Bouteflika" n'est en fait qu'une suite logique des pratiques de ces dernières années.
Mais les Algériens, de nouveau dans les rues hier, ne sont pourtant pas satisfaits. Le jugement d'Abdelaziz Bouteflika est réclamé. L'homme est malade, mais sa responsabilité politique est grande. Son frère, devenu le "vice-roi" durant les longues années d'absence du chef de l'Etat, n'est toujours pas poursuivi dans les affaires de corruption, malgré une proximité établie avec les oligarques qui se sont partagé les grands marchés publics durant le long règne de l'ancien chef de l'Etat. Le sera-t-il un jour ? Possible. Mais en attendant, la chute des symboles du bouteflikisme démontre que lorsqu'un peuple prend les choses en main, il est difficile de le détourner de son objectif. Il saura même essuyer la poussière si jamais elle couvrait ses yeux.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.