Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale
Ouyahia, Sellal et Benyounès en prison
Publié dans Liberté le 15 - 06 - 2019

La chute du "clan Bouteflika" n'est en fait qu'une issue logique des pratiques de ces dernières années. Mais les Algériens, de nouveau dans les rues hier, ne sont pas pour autant satisfaits.
Pour le deuxième jour consécutif, la Cour suprême a jugé, jeudi, un ancien Premier ministre et un ancien ministre. Abdelmalek Sellal et Amara Benyounès, deux figures du régime d'Abdelaziz Bouteflika, ont été placé sous mandat de dépôt. Ils ont rejoint Ahmed Ouyahia, incarcéré la veille à la prison d'El-Harrach. D'autres suivront, dans les prochains jours, mettant définitivement le régime de l'ancien chef de l'Etat au banc des accusés. La veille d'un nouveau vendredi de mobilisation, les Algériens ont été "servis". Trois figures importantes du "bouteflikisme" ont été écrouées. Pour marquer les esprits, la justice a préféré frapper à la tête. Avant de juger les anciens ministres et autres cadres de l'Etat, elle a préféré commencer par la tête. Tout un symbole.
Le chef de file de ce qui est désormais appelé "la bande", la Cour suprême préfère évoquer "l'affaire Ouyahia et ceux qui sont avec lui". Pour les trois accusés, les mêmes chefs d'inculpation sont retenus. Ils sont poursuivis pour "attribution d'indus avantages dans le cadre de l'octroi de marchés publics et de contrats", "conformément à l'article 26, alinéa 1 de la loi 01-06 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption, dilapidation de deniers publics, conformément à l'article 29 de la loi 01-06 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption, abus de pouvoir, conformément à l'article 33 de la loi 01-06 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption, et abus de fonction, et conflit d'intérêts, conformément à l'article 34 de la loi 06-01 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption", annonce la Cour suprême dans un communiqué.
Les charges sont lourdes et les peines encourues dépassent les dix ans d'emprisonnement. Mais pour cela, il faut attendre les procès dont la durée prendra des mois. Les dossiers sont lourds, complexes et imbriqués. Selon des indications en provenance de la Cour suprême, ces procès en règle contre le régime de Bouteflika ne vont pas s'arrêter en si bon chemin. Nombre d'anciens ministres, de députés, de sénateurs vont défiler devant le juge d'instruction désigné par la Cour suprême à cet effet.
Il est difficile de prévoir l'avenir. Mais sur le plan purement politique, le procès est déjà fait : les allers-retours des fourgons cellulaires de la Cour suprême, qui remplacent les berlines, qui pénètrent dans l'enceinte judiciaire, sont un vrai procès politique contre un régime qui a baigné, deux décennies durant, dans l'impunité totale. Ces ministres, Premiers ministres et cadres supérieurs ont fait la pluie et le beau temps durant tout le règne d'Abdelaziz Bouteflika. Sûrs d'eux, protégés par la haute autorité politique, ils géraient les deniers publics comme s'il s'agissait de leurs biens. Cela est le propre des régimes autoritaires, illégitimes. Cette chute du "clan Bouteflika" n'est en fait qu'une suite logique des pratiques de ces dernières années.
Mais les Algériens, de nouveau dans les rues hier, ne sont pourtant pas satisfaits. Le jugement d'Abdelaziz Bouteflika est réclamé. L'homme est malade, mais sa responsabilité politique est grande. Son frère, devenu le "vice-roi" durant les longues années d'absence du chef de l'Etat, n'est toujours pas poursuivi dans les affaires de corruption, malgré une proximité établie avec les oligarques qui se sont partagé les grands marchés publics durant le long règne de l'ancien chef de l'Etat. Le sera-t-il un jour ? Possible. Mais en attendant, la chute des symboles du bouteflikisme démontre que lorsqu'un peuple prend les choses en main, il est difficile de le détourner de son objectif. Il saura même essuyer la poussière si jamais elle couvrait ses yeux.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.