Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale
Ouyahia, Sellal et Benyounès en prison
Publié dans Liberté le 15 - 06 - 2019

La chute du "clan Bouteflika" n'est en fait qu'une issue logique des pratiques de ces dernières années. Mais les Algériens, de nouveau dans les rues hier, ne sont pas pour autant satisfaits.
Pour le deuxième jour consécutif, la Cour suprême a jugé, jeudi, un ancien Premier ministre et un ancien ministre. Abdelmalek Sellal et Amara Benyounès, deux figures du régime d'Abdelaziz Bouteflika, ont été placé sous mandat de dépôt. Ils ont rejoint Ahmed Ouyahia, incarcéré la veille à la prison d'El-Harrach. D'autres suivront, dans les prochains jours, mettant définitivement le régime de l'ancien chef de l'Etat au banc des accusés. La veille d'un nouveau vendredi de mobilisation, les Algériens ont été "servis". Trois figures importantes du "bouteflikisme" ont été écrouées. Pour marquer les esprits, la justice a préféré frapper à la tête. Avant de juger les anciens ministres et autres cadres de l'Etat, elle a préféré commencer par la tête. Tout un symbole.
Le chef de file de ce qui est désormais appelé "la bande", la Cour suprême préfère évoquer "l'affaire Ouyahia et ceux qui sont avec lui". Pour les trois accusés, les mêmes chefs d'inculpation sont retenus. Ils sont poursuivis pour "attribution d'indus avantages dans le cadre de l'octroi de marchés publics et de contrats", "conformément à l'article 26, alinéa 1 de la loi 01-06 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption, dilapidation de deniers publics, conformément à l'article 29 de la loi 01-06 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption, abus de pouvoir, conformément à l'article 33 de la loi 01-06 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption, et abus de fonction, et conflit d'intérêts, conformément à l'article 34 de la loi 06-01 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption", annonce la Cour suprême dans un communiqué.
Les charges sont lourdes et les peines encourues dépassent les dix ans d'emprisonnement. Mais pour cela, il faut attendre les procès dont la durée prendra des mois. Les dossiers sont lourds, complexes et imbriqués. Selon des indications en provenance de la Cour suprême, ces procès en règle contre le régime de Bouteflika ne vont pas s'arrêter en si bon chemin. Nombre d'anciens ministres, de députés, de sénateurs vont défiler devant le juge d'instruction désigné par la Cour suprême à cet effet.
Il est difficile de prévoir l'avenir. Mais sur le plan purement politique, le procès est déjà fait : les allers-retours des fourgons cellulaires de la Cour suprême, qui remplacent les berlines, qui pénètrent dans l'enceinte judiciaire, sont un vrai procès politique contre un régime qui a baigné, deux décennies durant, dans l'impunité totale. Ces ministres, Premiers ministres et cadres supérieurs ont fait la pluie et le beau temps durant tout le règne d'Abdelaziz Bouteflika. Sûrs d'eux, protégés par la haute autorité politique, ils géraient les deniers publics comme s'il s'agissait de leurs biens. Cela est le propre des régimes autoritaires, illégitimes. Cette chute du "clan Bouteflika" n'est en fait qu'une suite logique des pratiques de ces dernières années.
Mais les Algériens, de nouveau dans les rues hier, ne sont pourtant pas satisfaits. Le jugement d'Abdelaziz Bouteflika est réclamé. L'homme est malade, mais sa responsabilité politique est grande. Son frère, devenu le "vice-roi" durant les longues années d'absence du chef de l'Etat, n'est toujours pas poursuivi dans les affaires de corruption, malgré une proximité établie avec les oligarques qui se sont partagé les grands marchés publics durant le long règne de l'ancien chef de l'Etat. Le sera-t-il un jour ? Possible. Mais en attendant, la chute des symboles du bouteflikisme démontre que lorsqu'un peuple prend les choses en main, il est difficile de le détourner de son objectif. Il saura même essuyer la poussière si jamais elle couvrait ses yeux.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.