L'amitié entre l'Algérie et la Hongrie pourra être mieux exploitée    Une exposition collective d'arts plastiques inaugurée à Alger    Coronavirus: la majorité des cas positifs à la PCR ont moins de 50 ans    Le Président Tebboune préside jeudi une séance de travail consacrée à l'examen de l'évolution de la situation sanitaire    L'Algérie s'inquiète de la persistance des déplacements forcés dans le monde    Zones d'ombre: plus de 1,7 milliard de DA pour la réalisation de programmes de développement à Rouiba    NAAMA : Saisie de près de 10 quintaux de kif traité    CONFINEMENT PARTIEL A SETIF : Le ministre du commerce donne des instructions d'urgence    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Le président Tebboune instruit le Gouvernement d'entamer l'exploitation de 2 grands gisements de fer et de zinc    LE WALI DE TIARET RASSURE : ‘'5000 logements seront livrés le 1er Novembre prochain''    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    "Le procès d'Ali Ghediri est encore loin et nous espérons la liberté provisoire"    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Laskri annonce son boycott du congrès    Le MSP pour un régime parlementaire    Saisie de 4 090 comprimés psychotropes    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Erigées sur le domaine public: Démolition de trois constructions illicites à Sidi El Houari    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le sujet de lettres arabes fait polémique
Session du Bac 2019
Publié dans Liberté le 18 - 06 - 2019

Les concepteurs du texte semblent avoir forcé le trait sur la sacralité d'une langue dans un pays où il doit y avoir pourtant une place pour diverses approches linguistiques formelles, pourvu qu'elles assurent un apprentissage valable et confèrent un statut équivalent à tamazight, langue officielle au même titre que la langue arabe.
Le ministère de l'Education nationale est sous les feux de la critique : en cause, l'épreuve de lettres arabes au baccalauréat. Le sujet à traiter, un texte de l'auteur Fodil El-Ouartilani, portait sur le fait que "la langue est quelque chose de glorifiant et digne de sacralité pour une nation qui se respecte". "La langue arabe, poursuit le texte, n'est pas seulement la langue des Algériens, mais de toute la nation arabe". "La mépriser, ajoute, par ailleurs, l'auteur, c'est mépriser l'ensemble des Arabes". "La langue arabe fait l'objet, selon lui, de mépris venu de l'intérieur, c'est-à-dire dans son propre pays, qu'est l'Algérie (…)". Fodil El-Ouartilani a, en outre, mis en avant le rapport qu'eurent les Français à la langue arabe à l'époque coloniale.
L'Education nationale a ainsi élaboré un sujet en total déphasage avec l'opinion publique qui, et le mouvement populaire né le 22 février l'a démontré, vit son identité en osmose. Une opinion favorable à une réelle pluralité linguistique, d'ailleurs consacrée dans la Constitution. Les concepteurs du sujet semblent avoir forcé le trait sur la sacralité d'une langue dans un pays où il doit y avoir pourtant une place pour diverses approches linguistiques formelles, pourvu qu'elles assurent à tous un apprentissage valable et confèrent un statut équivalent à tamazight, langue officielle au même titre que la langue arabe. Ils semblent refuser de se projeter dans l'avenir et de s'inscrire dans la marche de l'Histoire et du progrès. Le sujet, qui fait l'objet d'une vive polémique, risque, cependant, de créer une ligne de fracture dans un pays en mouvement vers l'avenir. Sur la Toile, les internautes ont réagi à ce sujet.
Plusieurs d'entre eux ont relevé que le texte dont il s'agit donne de "l'ascendant" à la langue arabe, attisant "le racisme" et "la haine". Le sujet de langue arabe au bac est un "scandale", note un autre citoyen. D'autres internautes s'interrogent sur la "sincérité" de ceux qui parlent d'une "Algérie plurielle", alors que, dans les faits, la langue arabe est "la seule langue nationale et officielle de la République algérienne !". "Les pancartes affichant, chaque vendredi, des messages du vivre-ensemble (khawa khawa) prend un coup du fait de ce méli-mélo linguistique", souligne un internaute dans un commentaire posté sur la Toile. Et d'ajouter : "Le sujet de lettres arabes proposé dans cette session du bac 2019 en Algérie est un ‘sujet politico-raciste', alors que l'Etat et ses institutions doivent réfléchir à ce qui devrait le plus contribuer à rassembler les Algériens, plutôt que de les séparer et de les isoler."

Youcef Salami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.