La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le sujet de lettres arabes fait polémique
Session du Bac 2019
Publié dans Liberté le 18 - 06 - 2019

Les concepteurs du texte semblent avoir forcé le trait sur la sacralité d'une langue dans un pays où il doit y avoir pourtant une place pour diverses approches linguistiques formelles, pourvu qu'elles assurent un apprentissage valable et confèrent un statut équivalent à tamazight, langue officielle au même titre que la langue arabe.
Le ministère de l'Education nationale est sous les feux de la critique : en cause, l'épreuve de lettres arabes au baccalauréat. Le sujet à traiter, un texte de l'auteur Fodil El-Ouartilani, portait sur le fait que "la langue est quelque chose de glorifiant et digne de sacralité pour une nation qui se respecte". "La langue arabe, poursuit le texte, n'est pas seulement la langue des Algériens, mais de toute la nation arabe". "La mépriser, ajoute, par ailleurs, l'auteur, c'est mépriser l'ensemble des Arabes". "La langue arabe fait l'objet, selon lui, de mépris venu de l'intérieur, c'est-à-dire dans son propre pays, qu'est l'Algérie (…)". Fodil El-Ouartilani a, en outre, mis en avant le rapport qu'eurent les Français à la langue arabe à l'époque coloniale.
L'Education nationale a ainsi élaboré un sujet en total déphasage avec l'opinion publique qui, et le mouvement populaire né le 22 février l'a démontré, vit son identité en osmose. Une opinion favorable à une réelle pluralité linguistique, d'ailleurs consacrée dans la Constitution. Les concepteurs du sujet semblent avoir forcé le trait sur la sacralité d'une langue dans un pays où il doit y avoir pourtant une place pour diverses approches linguistiques formelles, pourvu qu'elles assurent à tous un apprentissage valable et confèrent un statut équivalent à tamazight, langue officielle au même titre que la langue arabe. Ils semblent refuser de se projeter dans l'avenir et de s'inscrire dans la marche de l'Histoire et du progrès. Le sujet, qui fait l'objet d'une vive polémique, risque, cependant, de créer une ligne de fracture dans un pays en mouvement vers l'avenir. Sur la Toile, les internautes ont réagi à ce sujet.
Plusieurs d'entre eux ont relevé que le texte dont il s'agit donne de "l'ascendant" à la langue arabe, attisant "le racisme" et "la haine". Le sujet de langue arabe au bac est un "scandale", note un autre citoyen. D'autres internautes s'interrogent sur la "sincérité" de ceux qui parlent d'une "Algérie plurielle", alors que, dans les faits, la langue arabe est "la seule langue nationale et officielle de la République algérienne !". "Les pancartes affichant, chaque vendredi, des messages du vivre-ensemble (khawa khawa) prend un coup du fait de ce méli-mélo linguistique", souligne un internaute dans un commentaire posté sur la Toile. Et d'ajouter : "Le sujet de lettres arabes proposé dans cette session du bac 2019 en Algérie est un ‘sujet politico-raciste', alors que l'Etat et ses institutions doivent réfléchir à ce qui devrait le plus contribuer à rassembler les Algériens, plutôt que de les séparer et de les isoler."

Youcef Salami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.