Tribunal de Sidi M'hamed: 18 ans de prison pour Ali Haddad, 12 ans pour Ouyahia et Sellal    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Casnos: Une campagne d'information sur la nouvelle plate-forme électronique    Coronavirus: Les deux prochaines semaines seront cruciales pour Sétif    La tablette et les diplômés chômeurs    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    La FAF s'est fixé une date butoir    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Le marché informel des télés offshore    Les explications de Météo Algérie    Le pétrole progresse,    Les hôpitaux sont à nouveau sous pression    Pourquoi la population ne respecte pas les mesures barrières ?    L'université pilier de l'économie du savoir ?    L'épreuve    L'infrangible lien...    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    58e anniversaire de l'Indépendance: le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle au profit de détenus    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont source de tension dans la région    Le président de la République décide de réserver un quota de logements supplémentaire de 450 unités à Tindouf    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    SONATRACH ET ENI : Signature de trois accords gaziers    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    DECLARATION DU 1ER NOVEMBRE : Goudjil appelle à une interprétation plus approfondie    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Kia se maintient en tête    L'extravagance toujours au menu    Le ciné-club virtuel qui crève les écrans    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    AGEX du GS pétrolier : Reportée au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Schengen ouvre ses frontières pour les Algériens    FAF: Qui succédera à Kheireddine Zetchi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le sujet qui fâche
Tamazight occultée de l'épreuve d'arabe au bac
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 06 - 2019

Un des deux sujets proposés ce dimanche 16 juin lors de l'épreuve d'arabe du baccalauréat consistait en une étuded'un texte extrait de l'oeuvre de Fodil El Ouartilani, membre de l'Association des Ouléma musulmans algériens, décédé en 1959.
Un des deux sujets proposés ce dimanche 16 juin lors de l'épreuve d'arabe du baccalauréat consistait en une étuded'un texte extrait de l'oeuvre de Fodil El Ouartilani, membre de l'Association des Ouléma musulmans algériens, décédé en 1959.
Dans le texte choisi par les enseignants ayant confectionnéle sujet, l'auteur parle des "humiliations qui ont
atteint la langue arabe au sein même de sa demeure,l'Algérie, et ce que les Français lui font subir sur ses propresterres (sous l'ère coloniale)".Le texte du militant qui se voulait un plaidoyer en faveurde la langue arabe et un réquisitoire contre les pratiquescoloniales comporte toutefois quelques passages qui ontfortement déplu à de très nombreux Algériens qui tiennentà tamazight et à l'amazighité, deux composantes de lanation algérienne reconnues officiellement par laConstitution."Les Français ont envahi l'Algérie et ont trouvé ses habitants croyants en l'Islam et parlant l'arabe et la sacralisant",est un de ces passages qui fâchent.
De nombreux Algériens reprochent à ce texte d'occulter l'existence detamazight en Algérie puisque dans ce passage, il n'estnullement question d'une autre langue parlée par lesAlgériens à l'arrivée des envahisseurs français, à partl'arabe.Le texte est jugé par beaucoup comme étant "dépassé",puisque depuis l'époque de sa rédaction, les Algériens ontrenoué avec toutes les véritables composantes de leur identité, surtout l'amazighité, occultée par El Ouartilanidans son oeuvre. A quoi bon alors aller fouiller dans lesarchives poussiéreuses pour proposer un texte aussi réducteur pour l'identité algérienne plurielle ? Une question posée par des internautes sur les réseaux sociaux, souventavec beaucoup d'indignation. Le choix d'un tel texte au moment où des attaques massives contre l'amazighité, la langue amazighe et même la Kabylie, région amazighophone, se multiplient. "Une attaque contre l'union sacrée que les Algériens ont pu instaurer depuis le 22 février", "une provocation pure et simple"," une atteinte à une tamazight, langue officielle et nationale", ont commenté les citoyens sur Facebook et Twitter à propos du sujet.
"Un sujet de langue arabe préparé et présenté par les Emiratsarabes unis", a ironisé une célèbre page Facebook très active dans le mouvement populaire contre le pouvoir.D'autres ont qualifié le texte de "creux" et de "périmé". Le texte "n'a plus de sens à l'ère du multilinguisme (en Algérie) car il exclut totalement la dimension amazighe", a commenté une page Facebook qui milite pour l'amazighité. Un sujet d'examen est, pour d'autresinternautes, "badissi novambari", expression en arabe qui veut dire "en accord avec les idées de Ben Badis et de ladéclaration du premier Novembre 1954".
Dans le texte choisi par les enseignants ayant confectionnéle sujet, l'auteur parle des "humiliations qui ont
atteint la langue arabe au sein même de sa demeure,l'Algérie, et ce que les Français lui font subir sur ses propresterres (sous l'ère coloniale)".Le texte du militant qui se voulait un plaidoyer en faveurde la langue arabe et un réquisitoire contre les pratiquescoloniales comporte toutefois quelques passages qui ontfortement déplu à de très nombreux Algériens qui tiennentà tamazight et à l'amazighité, deux composantes de lanation algérienne reconnues officiellement par laConstitution."Les Français ont envahi l'Algérie et ont trouvé ses habitants croyants en l'Islam et parlant l'arabe et la sacralisant",est un de ces passages qui fâchent.
De nombreux Algériens reprochent à ce texte d'occulter l'existence detamazight en Algérie puisque dans ce passage, il n'estnullement question d'une autre langue parlée par lesAlgériens à l'arrivée des envahisseurs français, à partl'arabe.Le texte est jugé par beaucoup comme étant "dépassé",puisque depuis l'époque de sa rédaction, les Algériens ontrenoué avec toutes les véritables composantes de leur identité, surtout l'amazighité, occultée par El Ouartilanidans son oeuvre. A quoi bon alors aller fouiller dans lesarchives poussiéreuses pour proposer un texte aussi réducteur pour l'identité algérienne plurielle ? Une question posée par des internautes sur les réseaux sociaux, souventavec beaucoup d'indignation. Le choix d'un tel texte au moment où des attaques massives contre l'amazighité, la langue amazighe et même la Kabylie, région amazighophone, se multiplient. "Une attaque contre l'union sacrée que les Algériens ont pu instaurer depuis le 22 février", "une provocation pure et simple"," une atteinte à une tamazight, langue officielle et nationale", ont commenté les citoyens sur Facebook et Twitter à propos du sujet.
"Un sujet de langue arabe préparé et présenté par les Emiratsarabes unis", a ironisé une célèbre page Facebook très active dans le mouvement populaire contre le pouvoir.D'autres ont qualifié le texte de "creux" et de "périmé". Le texte "n'a plus de sens à l'ère du multilinguisme (en Algérie) car il exclut totalement la dimension amazighe", a commenté une page Facebook qui milite pour l'amazighité. Un sujet d'examen est, pour d'autresinternautes, "badissi novambari", expression en arabe qui veut dire "en accord avec les idées de Ben Badis et de ladéclaration du premier Novembre 1954".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.