Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie
Il fait face à plusieurs écueils d'ordre législatif et réglementaire
Publié dans Liberté le 18 - 06 - 2019

Le Conseil de la concurrence est confronté à des contraintes qui l'empêchent d'accomplir les missions qui lui ont été confiées par l'Exécutif. Le premier écueil est d'ordre législatif et réglementaire. Le système juridique régissant la concurrence en Algérie est devenu presque caduc. Car, de par le monde, le droit de la concurrence évolue régulièrement pour qu'il s'adapte au marché. Un audit législatif interne effectué pendant 4 ans par l'instance, que préside Amara Zitouni, révèle que sur les 114 articles de la loi sur la concurrence, au moins 50 doivent être modifiés, abrogés ou abandonnés, car n'ayant aucune utilité.
Des propositions d'amendement de ces dispositions ont été adressées à l'Exécutif, mais le Conseil n'a toujours pas obtenu de réponses. L'autre écueil auquel fait face le Conseil, évoqué par M. Zitouni, a trait au statut de cette structure. Le Conseil est théoriquement une autorité administrative autonome, mais en pratique, relève-t-il, il ne l'est pas. Cette instance, révèle son président, subit de sérieuses interférences de la part du pouvoir exécutif. Or, le Conseil a besoin de plus d'autonomie pour pouvoir jouer son rôle de contrôle sur les entreprises publiques ou privées dans l'impartialité et en toute transparence. Mais dans les cas avérés de concurrence déloyale, de monopole ou autre infraction à ses règles de concurrence, certains départements ministériels usent de leur statut de représentant de l'Etat pour protéger les entreprises publiques relevant de leurs secteurs et empêchent le Conseil d'exercer ses prérogatives.
Pour Amara Zitouni, la culture de la concurrence saine ou déloyale n'existe toujours pas en Algérie. Il y a des opérateurs économiques qui ignorent même l'existence d'un Conseil de la concurrence dans notre pays. De nombreuses TPE ou PME lésées sur le marché refusent de solliciter l'intervention du Conseil, car la plupart sont des entreprises familiales qui ne veulent pas être sous les feux de la rampe. Parfois, deux sociétés en conflit règlent le problème à l'amiable sans recourir à la justice tel que le stipule la loi sur la concurrence. Ce sont là les quelques problématiques que vit le Conseil que la présidence tente de résoudre progressivement.
Des solutions sont préconisées parmi lesquelles l'on peut citer le programme de conformité aux règles de la concurrence qu'a lancé déjà le Conseil. Il vise à amener les entreprises à respecter volontairement les règles de la concurrence, ainsi que ses valeurs. Cette démarche a été proposée à 71 entreprises activant dans l'ensemble des secteurs, notamment les hydrocarbures, la téléphonie, les productions, le bâtiment, les travaux publics, le médicament, la distribution automobile. Des entreprises publiques et privées, ainsi que des associations professionnelles ont réagi positivement à cette initiative. L'on parle de Sonatrach, de Sonelgaz, de Condor, d'Asmidal, d'Algérie Poste, de Naftal, de Saidal et de l'Apab (Association des producteurs de boissons).

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.