Le nouveau directeur de la Sûreté de la wilaya installé    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    A propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (2e partie et fin)    Selon le ministre des Finances, la programmation triennale des budgets permettra plus de transparence    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Les subventions de la wilaya et de l'APC toujours bloquées    Meziane buteur, Benghit exclu    «Oui, la situation est alarmante !»    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Donnez-nous juste le signal, et on clignotera !    Les angoisses fertiles    Une convention de coopération entre l'EPTV et l'Ismas    Plus de 2 700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Les propositions de Rahabi    Trois suspects placés en détention provisoire    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie
Il fait face à plusieurs écueils d'ordre législatif et réglementaire
Publié dans Liberté le 18 - 06 - 2019

Le Conseil de la concurrence est confronté à des contraintes qui l'empêchent d'accomplir les missions qui lui ont été confiées par l'Exécutif. Le premier écueil est d'ordre législatif et réglementaire. Le système juridique régissant la concurrence en Algérie est devenu presque caduc. Car, de par le monde, le droit de la concurrence évolue régulièrement pour qu'il s'adapte au marché. Un audit législatif interne effectué pendant 4 ans par l'instance, que préside Amara Zitouni, révèle que sur les 114 articles de la loi sur la concurrence, au moins 50 doivent être modifiés, abrogés ou abandonnés, car n'ayant aucune utilité.
Des propositions d'amendement de ces dispositions ont été adressées à l'Exécutif, mais le Conseil n'a toujours pas obtenu de réponses. L'autre écueil auquel fait face le Conseil, évoqué par M. Zitouni, a trait au statut de cette structure. Le Conseil est théoriquement une autorité administrative autonome, mais en pratique, relève-t-il, il ne l'est pas. Cette instance, révèle son président, subit de sérieuses interférences de la part du pouvoir exécutif. Or, le Conseil a besoin de plus d'autonomie pour pouvoir jouer son rôle de contrôle sur les entreprises publiques ou privées dans l'impartialité et en toute transparence. Mais dans les cas avérés de concurrence déloyale, de monopole ou autre infraction à ses règles de concurrence, certains départements ministériels usent de leur statut de représentant de l'Etat pour protéger les entreprises publiques relevant de leurs secteurs et empêchent le Conseil d'exercer ses prérogatives.
Pour Amara Zitouni, la culture de la concurrence saine ou déloyale n'existe toujours pas en Algérie. Il y a des opérateurs économiques qui ignorent même l'existence d'un Conseil de la concurrence dans notre pays. De nombreuses TPE ou PME lésées sur le marché refusent de solliciter l'intervention du Conseil, car la plupart sont des entreprises familiales qui ne veulent pas être sous les feux de la rampe. Parfois, deux sociétés en conflit règlent le problème à l'amiable sans recourir à la justice tel que le stipule la loi sur la concurrence. Ce sont là les quelques problématiques que vit le Conseil que la présidence tente de résoudre progressivement.
Des solutions sont préconisées parmi lesquelles l'on peut citer le programme de conformité aux règles de la concurrence qu'a lancé déjà le Conseil. Il vise à amener les entreprises à respecter volontairement les règles de la concurrence, ainsi que ses valeurs. Cette démarche a été proposée à 71 entreprises activant dans l'ensemble des secteurs, notamment les hydrocarbures, la téléphonie, les productions, le bâtiment, les travaux publics, le médicament, la distribution automobile. Des entreprises publiques et privées, ainsi que des associations professionnelles ont réagi positivement à cette initiative. L'on parle de Sonatrach, de Sonelgaz, de Condor, d'Asmidal, d'Algérie Poste, de Naftal, de Saidal et de l'Apab (Association des producteurs de boissons).

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.