Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mobilisation des campus algérois intacte
18e mardi des manifestations estudiantines à Alger
Publié dans Liberté le 26 - 06 - 2019

En organisant cette manifestation, malgré la période des examens pour certains et les vacances pour d'autres, les étudiants ont montré que le mouvement du 22 février a encore du souffle… beaucoup de souffle.
Les étudiants ont manifesté hier dans la capitale pour le 18e mardi de suite. Ils ont marché pour réclamer le départ du système mais aussi pour dénoncer les interpellations et les emprisonnements pour "délit" de port de l'emblème amazigh. Ils se sont montrés unis contre cette chasse aux étendards ordonnée depuis la semaine passée par le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, dans le but de casser la révolution du peuple.
Hier, les policiers ont été mobilisés pour interdire le déploiement de l'emblème amazigh. Tout a commencé vers 10h à la place des Martyrs, lieu de départ de la marche, lorsque certains étudiants ont osé sortir de leurs sacs les étendards jaune, vert et bleu flanqués du sigle amazigh rouge. Visiblement instruits, les policiers ont aussitôt procédé à des saisies. Un étudiant tente d'expliquer qu'aucune loi n'interdit l'emblème amazigh. Mais les policiers ne veulent rien entendre. "Il n'existe qu'un seul drapeau en Algérie", répondent-ils obstinément, embarquant dans leurs fourgons les manifestants téméraires qui seront relâchés quelques minutes plus tard. Pendant ce temps, la procession d'étudiants continuait à grossir progressivement.
Ayant compris les visées de la manœuvre du pouvoir, les manifestants ont "contourné" l'interdiction de l'emblème amazigh par des slogans et autres chants militants. "Imazighen, Imazighen...", ce fameux refrain est entonné en chœur, de même que "Laqbayel ou laârab khawa khawa, wa al-Gaïd maâ al-khawana" (les Kabyles et les Arabes sont frères et Gaïd se range du côté des traîtres), "Nous avons compris vos manœuvres visant à nous diviser, car notre union ne fait pas vos affaires", "Notre problème n'est pas l'emblème amazigh, mais le système que vous tentez de sauver", ou encore "Nous sommes tous des Amazighs". Ces slogans sont souvent ponctués du slogan phare de la révolution du 22 février : "Tetnahaw gaâ" (vous allez tous partir).
La forte présence policière et le quadrillage des axes habituellement empruntés par les manifestants n'ont pas découragé les étudiants à effectuer leur marche à laquelle se sont joints de nombreux militants. Empêchés de se regrouper devant la Fac centrale, leur point de chute habituel, et devant la fermeture par les contingents de la police de l'esplanade de la Grande-Poste et du Tunnel des facultés, les manifestants ont, dans un premier temps, longé la rue Larbi-Ben M'hidi, avant de gagner le boulevard Amirouche, pour être ensuite contenus par la police au carrefour Mauretania. Là, les policiers useront de la matraque pour disperser la foule. En organisant cette manifestation, malgré la période des examens pour certains et les vacances pour d'autres, les étudiants ont montré que le mouvement du 22 février a encore du souffle… beaucoup de souffle.

Farid Abdeladim


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.