Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mobilisation des campus algérois intacte
18e mardi des manifestations estudiantines à Alger
Publié dans Liberté le 26 - 06 - 2019

En organisant cette manifestation, malgré la période des examens pour certains et les vacances pour d'autres, les étudiants ont montré que le mouvement du 22 février a encore du souffle… beaucoup de souffle.
Les étudiants ont manifesté hier dans la capitale pour le 18e mardi de suite. Ils ont marché pour réclamer le départ du système mais aussi pour dénoncer les interpellations et les emprisonnements pour "délit" de port de l'emblème amazigh. Ils se sont montrés unis contre cette chasse aux étendards ordonnée depuis la semaine passée par le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, dans le but de casser la révolution du peuple.
Hier, les policiers ont été mobilisés pour interdire le déploiement de l'emblème amazigh. Tout a commencé vers 10h à la place des Martyrs, lieu de départ de la marche, lorsque certains étudiants ont osé sortir de leurs sacs les étendards jaune, vert et bleu flanqués du sigle amazigh rouge. Visiblement instruits, les policiers ont aussitôt procédé à des saisies. Un étudiant tente d'expliquer qu'aucune loi n'interdit l'emblème amazigh. Mais les policiers ne veulent rien entendre. "Il n'existe qu'un seul drapeau en Algérie", répondent-ils obstinément, embarquant dans leurs fourgons les manifestants téméraires qui seront relâchés quelques minutes plus tard. Pendant ce temps, la procession d'étudiants continuait à grossir progressivement.
Ayant compris les visées de la manœuvre du pouvoir, les manifestants ont "contourné" l'interdiction de l'emblème amazigh par des slogans et autres chants militants. "Imazighen, Imazighen...", ce fameux refrain est entonné en chœur, de même que "Laqbayel ou laârab khawa khawa, wa al-Gaïd maâ al-khawana" (les Kabyles et les Arabes sont frères et Gaïd se range du côté des traîtres), "Nous avons compris vos manœuvres visant à nous diviser, car notre union ne fait pas vos affaires", "Notre problème n'est pas l'emblème amazigh, mais le système que vous tentez de sauver", ou encore "Nous sommes tous des Amazighs". Ces slogans sont souvent ponctués du slogan phare de la révolution du 22 février : "Tetnahaw gaâ" (vous allez tous partir).
La forte présence policière et le quadrillage des axes habituellement empruntés par les manifestants n'ont pas découragé les étudiants à effectuer leur marche à laquelle se sont joints de nombreux militants. Empêchés de se regrouper devant la Fac centrale, leur point de chute habituel, et devant la fermeture par les contingents de la police de l'esplanade de la Grande-Poste et du Tunnel des facultés, les manifestants ont, dans un premier temps, longé la rue Larbi-Ben M'hidi, avant de gagner le boulevard Amirouche, pour être ensuite contenus par la police au carrefour Mauretania. Là, les policiers useront de la matraque pour disperser la foule. En organisant cette manifestation, malgré la période des examens pour certains et les vacances pour d'autres, les étudiants ont montré que le mouvement du 22 février a encore du souffle… beaucoup de souffle.

Farid Abdeladim


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.