Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Libye cristallise les tensions
Clôture du sommet de l'Union africaine au Niger
Publié dans Liberté le 10 - 07 - 2019

La crise libyenne a provoqué des échanges houleux, lors d'une réunion à huis clos, au dernier sommet extraordinaire de l'Union africaine qui s'est déroulé les 7 et 8 juillet à Niamey, au Niger.
Les ingérences extérieures en Libye et le soutien de l'Egypte au controversé maréchal Khalifa Haftar ont été au cœur du comité de haut niveau de l'Union africaine lundi à Niamey, ont rapporté plusieurs sources. Le président de la Commission africaine, Moussa Faki Mahamat, a dénoncé ouvertement ces ingérences qui ont aggravé le climat d'instabilité en Libye, selon une source diplomatique à RFI. Le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi n'a pas assisté à cette réunion à huis clos, alors que son pays préside l'UA en ce moment.
Il a désigné son chef de la diplomatie, visiblement pour éviter qu'il soit directement interpellé sur son soutien franc à M. Haftar, dont les troupes tentent vainement de prendre le contrôle de la capitale libyenne Tripoli depuis le 4 avril dernier. Selon RFI, citant cette source diplomatique, le chef d'Etat égyptien essaie d'écarter l'UA qui s'implique de plus en plus dans le processus de résolution politique en Libye. L'UA envisage en effet d'engager un émissaire permanent à Tripoli pour travailler aux côtés de l'émissaire onusien Ghassane Salamé, accusé par les autorités parallèles de l'Est libyen de partialité.
La question de l'ingérence étrangère en Libye, aussi bien sur le terrain politique que militaire, a compliqué la donne, offrant un quitus à Haftar pour commettre des actes pouvant être élevés au rang de "crimes de guerre" et de "crimes contre l'humanité", selon plusieurs ONG. L'Egypte, les Emirats arabes unis et l'Arabie Saoudite affichent un soutien sans faille à Haftar, violant même l'embargo sur les armes que l'ONU a imposé à la Libye depuis la chute de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi, fin 2011.
Pis, les aviations égyptienne et émiratie ont mené carrément des opérations aériennes, sous le couvert de la lutte contre le terrorisme, notamment dans la ville de Derna, du nord-est frontalier avec l'Egypte, durant la période 2014-2015. Mais aucune sanction n'a suivi ces violations qui se poursuivent jusqu'à maintenant. Aujourd'hui, le processus politique est dans une impasse, et Khalifa Haftar n'a aucune intention de renoncer à son projet d'imposer une solution militaire, une option rejetée par la majorité des Libyens mais qui divise la communauté internationale.
Les divisions de la communauté internationale ont constitué un facteur déterminant dans les agissements de Haftar, qui en tire profit, sans pour autant atteindre son objectif. Par ailleurs, la situation pourrait s'aggraver dans les semaines et mois à venir avec la menace terroriste de la branche locale de l'autoproclamé Etat islamique qui aurait renforcé ses rangs avec les combattants venus des zones de tensions comme l'Irak et la Syrie.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.