Sûreté d'Alger: une sortie pour s'assurer du respect des mesures préventives à Tamaris    Wilaya d'Alger : fin de quarantaine pour 100 Algériens rapatriés de France    Renault Algérie lance un plan de départ volontaire    ACCORD ENTRE LES EMIRATS ET L'ENTITE SIONISTE : Des partis politiques algériens dénoncent    FACTURES IMPAYEES DEPUIS LE DEBUT DE 2020 : Sonelgaz révèle un montant 7000 milliards de centimes    MDN : Rencontre prochaine avec les représentants des retraités de l'ANP    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : La reprise universitaire est prévue pour le 23 août    SIDI BEL ABBES : Six arrestations et saisie de 3kg de kif traité    Accidents de la circulation et noyades: 15 décès en 48 heures    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    La réponse de l'UGTA au député    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    Installation du président et du procureur général de la cour    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Fin prêt pour les examens et la prochaine rentrée scolaire    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    Un Etat à décongestionner    L'Union européenne se dit "préoccupée"    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    La direction du RCD chez Tabbou    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    Attia en pole position    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Printemps arabe et trêve estivale
Derrière l'Actu
Publié dans Liberté le 18 - 07 - 2019

On dit de l'été qu'il donne généralement le temps d'une pause : la fameuse trêve estivale. Expression étonnante qui en appelle au vocabulaire militaire pour définir un droit souvent bien mérité au repos. On pourra toujours arguer, par extension, d'une référence au repos du guerrier. Mais là n'est pas le propos de cette chronique. Encore que… le propos d'aujourd'hui se veut un reflet sur une saison autre : le "Printemps arabe". Non parce que l'été suit le printemps, mais plutôt par suggestion d'une trêve.
Les transitions officiellement ouvertes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient il y a maintenant plus de huit ans ont connu des succès relatifs et/ou inégaux, faisant des civils les victimes premières devant les déraillements des processus. Le drame humain est à ce titre ce qu'il faut dénoncer clairement, notamment – mais pas seulement — quand il atteint des proportions aussi ravageuses que celles intervenues en Syrie.
En même temps, il est tout aussi utile de souligner combien les divergences de points de vue sur le(s) "Printemps arabes" (expression elle-même source de bien des polémiques) ont pu diviser aussi les observateurs de la région, chercheurs notamment, comme journalistes. Sur le fond, rien d'exceptionnel. Les sciences humaines sont ce qu'elles sont, avec leurs thèses et antithèses, et, plus rarement, leurs synthèses. Tout comme le terrorisme des uns est la résistance des autres, la thèse des uns devient l'antithèse des autres, et vice-versa. Jusque-là, rien de dramatique.
Mais n'oublions pas non plus que l'on parle ici du "monde (à majorité) arabe" (autre expression source de polémique), région du monde qui a rarement eu vocation à faire passer la raison devant les émotions. Au moins, sur cette question, tout le monde sera d'accord – ou presque. C'est de cette opposition entre raison et passion que semble être venue une grande part de la tragédie touchant les chercheurs et observateurs. Avec pour aboutissement, comble suprême, le fait que les spécialistes de la palabre refusent désormais de se parler… si ce n'est pour se parler entre eux-mêmes.
Il n'y a généralement qu'une seule condition pour ce : qu'ils soient d'accord entre eux sur les termes de base du débat. On ne s'étonnera pas devant le fait que ces discussions se terminent généralement par un sourire général, reflet d'un consensus que tout ne garantissait évidemment pas de prime abord. Il n'y a pas ici de hiérarchie à établir : ce constat s'impose à l'écrasante majorité des observateurs, tous bords compris. Mais c'est aussi là ce qui étonne : on se serait attendu à ce que les défenseurs acharnés de la démocratie et de la liberté d'expression fassent au moins un effort de magnanimité envers leurs interlocuteurs, avant que de le doubler, au choix, d'une réponse franche et ouverte, d'un exposé synthétique, ou même d'un cours magistral.
Peine perdue : les faits veulent que les débats contradictoires ne puissent avoir lieu qu'à partir du moment où leurs protagonistes auront été désignés par des tiers. Et encore… il arrive que certaines de ces discussions ne puissent avoir lieu, justement, par imposition préalable par des invités de leurs propres préconditions. Celles-ci passent, généralement, par un filtrage en amont de qui doit être invité et de qui ne doit pas l'être, sous réserve pour eux de se décommander. On a pu rêver attitude plus mûre, de qui plus est de la part de personnes dont la carrière est souvent faite, et le reste du parcours professionnel fléché.
Ce constat ne se limite évidemment pas au cas de la seule région Afrique du Nord - Moyen-Orient. On le retrouve sur l'ensemble des thématiques, nationales comme internationales, et tous thèmes et aires régionales confondues. Nous vivons cependant des temps où le combat pour l'ouverture s'est accompagné d'une grande tendance à l'étroitesse d'esprit. Sans que cela nous mène nulle part. Et c'est là le plus désolant. La communauté des observateurs profitera-t-elle de la "trêve estivale" pour revoir ses conceptions en la matière ? L'espoir, non le doute, permet d'avancer. Bon été à tous, même si l'été s'annonce très chaud.

B. M.
(*) Directeur de Stractegia Consulting, professeur associé à l'université Saint-Louis de Madrid


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.