Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des noms et des questions
le forum civil propose 13 personnalités pour conduire le dialogue
Publié dans Liberté le 18 - 07 - 2019

Dans le sillage des initiatives pour sortir le pays de l'impasse dans laquelle il se débat, un nouveau projet politique vient d'être lancé pour entamer un dialogue "rassembleur et consensuel".
Après les partis, c'est au tour des représentants de la société civile d'apporter leur pierre à l'édifice de refondation du pays. En effet, le Forum civil pour le changement présidé par Abderrahmane Arar a annoncé la mise en place d'une instance de médiation et de dialogue. Lors d'un point de presse animé hier à Alger, le président du FCPC a présenté cette nouvelle démarche politique mise en place par 73 associations. "Nous avons invité aujourd'hui (hier, ndlr) la presse nationale pour annoncer une nouvelle entreprise politique qui contribuera au règlement de la crise. Cette action politique a été discutée et adoptée en interne au niveau du Forum. Il est donc question d'une action politique qui consiste à jouer un rôle de médiation entre le hirak et le pouvoir en place. Cette instance est composée d'un panel de personnalités nationales venues de différents bords". Et de détailler encore : "Avant le lancement de notre initiative, nous avons dressé une liste de 40 personnalités à contacter dans le cadre de ce projet de médiation. À l'issue des contacts préliminaires, nous avons fini par établir une liste de 13 personnalités qui ont accepté de rallier notre projet. Il s'agit de la moudjahida Djamila Bouhired, de l'ancien ministre des Affaires étrangères Taleb Ibrahimi, de l'ex-chef de gouvernement Mouloud Hamrouche, de la constitutionnaliste Fatiha Benabbou, du médecin Islam Benattia, de l'avocat Mustapha Bouchachi, du sociologue Nacer Djabi, de la journaliste Nafissa Lahrech, de l'économiste Ismaïl Lalmas, du médecin Lyès Merabet, de l'ex-chef de gouvernement Mokdad Sifi, de l'ancien président de l'APN Karim Younès et enfin de l'avocate Aïcha Zinaï." Ces derniers ont-ils accepté de conduire le dialogue ? Le conférencier répondra à la place des personnalités absentes à ce rendez-vous avec la presse :
"Effectivement, toutes ces personnalités ont été contactées et ont exprimé leur adhésion au projet et de tenir ce rôle de médiation entre le pouvoir et le hirak et, du coup, de piloter le dialogue." Concernant les critères adoptés pour choisir ce panel, M. Arar dira : "Nous avons choisi des personnalités qui répondent aux critères préétablis et susceptibles d'être acceptés et par le pouvoir politique actuel et par le hirak. Nous avons sélectionné des gens crédibles et qui sont pour la rupture avec l'ancien système. Il ne faut pas perdre aussi de vue qu'il faudra des hommes et des femmes qui ne sont pas impliqués dans les affaires de corruption qui font ces jours-ci la une de l'actualité judiciaire. Il s'agit également de ceux qui ont un parcours politique ou professionnel propre." Par crainte de voir son projet mort-né, le patron du FCPC rappellera : "Nous avons réfléchi à un panel de personnalités capables d'être des porteurs de voix du peuple et d'être mandatés par le hirak."
Hanafi H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.