Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau
Ils ont observé hier une grève nationale
Publié dans Liberté le 22 - 07 - 2019

Les travailleurs de l'Algérienne des eaux (ADE) ont enclenché, hier, une grève à l'échelle nationale, afin de faire valoir leurs droits socioprofessionnels et dénoncer "la précarité" de leurs salaires.
à Bouira, et à l'instar des autres régions du pays, les travailleurs de cette entreprise publique ont débrayé, mais en assurant toutefois le service minimum. Ainsi, et dans une requête adressée au directeur général de l'ADE, dont une copie a été remise à Liberté, les travailleurs grévistes réclament, entre autres, l'augmentation des salaires de base et la révision de la convention collective signée en 2015, la régularisation du personnel rétrogradé, ainsi que l'obtention des postes de responsabilité en équivalence avec les diplômes.
À travers cette grève ponctuée par un rassemblement devant l'entrée principale de l'unité du centre-ville de Bouira, où plusieurs banderoles ont été accrochées, les travailleurs, qui se sont massivement mobilisés, espèrent obtenir satisfaction à 21 revendications réparties en deux chapitres. "Les travailleurs de l'ADE sont sous-payés et exercent leur métier dans des conditions déplorables", fera remarquer Djamel Nourine, l'un des leaders de cette action au niveau local. Selon notre interlocuteur, l'ensemble des revendications ont déjà été portées à la connaissance du directeur général de l'entreprise en 2015. "Depuis, nous sommes dans l'attente et aucune proposition concrète n'a été formulée par la Direction générale", a-t-il déploré. Pis encore, d'après certains grévistes, bon nombre d'entre eux n'ont pas vu leurs contrats renouvelés ou alors titularisés. "Depuis neuf mois, nous sommes dans l'expectative. On nous a demandé de faire des efforts dans le but de maintenir l'entreprise à flot, ce que nous avons fait sans sourciller. Cependant, dans une entreprise digne de ce nom, les employés ont, certes, des devoirs, mais également des droits. Nos droits ont été bafoués. Nous sommes marginalisés et considérés comme des esclaves", tonnera un salarié. M. Nourine n'a pas manqué de menacer la Direction générale de durcir le mouvement si cette dernière persiste, selon ses dires, dans son mutisme. "Nous sommes en concertation avec les services des barrages, et uniquement à Bouira avec nos trois barrages, on pourrait suspendre l'alimentation en eau potable de quatre wilayas, à savoir Alger, Médéa, Tizi Ouzou et Bordj Bou-Arréridj", a-t-il menacé.
Dans leur plateforme de revendications, les salariés de l'ADE exigent également l'établissement d'un organigramme des centres, la prise en charge des travailleurs victimes d'accident du travail, la formation du personnel, la prise en charge de la gestion et l'évolution des carrières, ainsi que la réhabilitation des travailleurs sanctionnés arbitrairement.
Au sujet de leurs conditions de travail, qu'ils jugent en "nette dégradation", les travailleurs revendiquent la dotation des structures de tous les moyens nécessaires, à savoir des uniformes, du matériel, le chauffage et la climatisation, l'aménagement des sièges des structures commerciales et techniques, le renouvellement des équipements informatiques, mobilier et véhicules.

RAMDANE BOURAHLA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.