Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie veut préserver ses énergies fossiles
Réalisation de 50 MWc en hybridation au sud du pays
Publié dans Liberté le 15 - 08 - 2019

Après la réalisation de 20 centrales photovoltaïques, d'une capacité de 343 mégawatts crête (MWc), réparties sur 14 wilayas, Sonelgaz se lance dans l'hybridation des sources de production électrique des sites isolés du Grand-Sud.
Le groupe a confié dans ce cadre à sa filiale SKTM (Shariket el Kahraba wa el Taket el Moutadjadida) la réalisation de 50 MWc visant exclusivement l'hybridation des centrales diesel et turbines à gaz existantes dans le Grand-Sud algérien. L'objectif assigné à ce projet est la préservation des ressources fossiles par la réduction de la consommation du gasoil, la protection de l'environnement avec un impact sur les plans social et économique. Le projet prévoit la réalisation de centrales de production d'électricité photovoltaïque d'une puissance de 50 MWc avec contrôleur du système hybride, centrales diesel existantes/centrales solaires photovoltaïques, réparties en 5 lots situés à In Guezzam, Djanet, Bordj Badji-Mokhtar, Adrar, Béchar et Tindouf. Cinq soumissionnaires ont été retenus après l'appel d'offres national en EPC (étude et construction, exploitation et maintenance). Il s'agit des Sarl Honghai et Sinohydro, la Spa Solam Energy et Amc, la Spa Ammimer Energie, la Sarl Cegl et la Spa Etber ainsi que l'Etp Habbi Kouider. Avec la concrétisation de ce projet, la production à l'aide des énergies renouvelables sera estimée à 77 gigawatt/heure (Gwh) en moyenne annuelle. Il permettra également l'économie de 20 600 tonnes de gasoil annuellement. Il évitera en outre, 60 000 tonnes de CO2/an. Au pays "ce projet va permettre une réduction de près de 40% de la facture de gasoil utilisé pour la production de l'électricité dans les régions du Sud", souligne le président-directeur général du groupe Sonelgaz, Chahar Boulakhras, lors d'un point de presse tenu à l'issue de la cérémonie de signature de contrats de réalisation avec les opérateurs sélectionnés organisée hier à l'Institut de formation en électricité et gaz (Ifeg), l'autre filiale de Sonelgaz. M. Boulakhras parle d'un gain de plus de 200 millions de dollars en fuel d'ici à 20 ans. Les 50 MWc projetés feront gagner plus de 14 millions de dollars que coûtent le gasoil et son transport vers les localités les plus éloignées et frontalières sur une distance de plus de 2 500 kilomètres au Sud. Le choix des entreprises réalisatrices n'est pas fortuit puisque, tel que l'explique le P-DG de Sonelgaz, elles sont en partenariat avec des opérateurs étrangers expérimentés qui ont déjà fait leurs preuves dans le domaine. "Nous avons voulu maintenir la dynamique et le succès enregistrés lors de l'implantation des 22 centrales avec des partenaires allemands et chinois de renommée mondiale", affirme Chahar Boulakhras. "Avec ces partenaires nous bénéficierons d'un transfert et d'une maîtrise technologiques, d'une meilleure gestion du projet, de sa réalisation, de son exploitation…", relève-t-il. Ce qui, par voie de conséquence, engendrera une meilleure maîtrise des coûts et tirera davantage vers le bas les prix de revient de l'électricité produite à partir des énergies renouvelables. Les industriels admis vont réaliser, avoue-t-il, des équipements algériens qui répondent aux normes requises en la matière et dans des délais impartis. "Nous sommes engagés dans une politique d'intégration nationale. Nous sommes en train de poser les premiers jalons visant l'intégration nationale dans les programmes futurs des énergies renouvelables", tient à préciser le premier responsable de Sonelgaz. Les délais de 12 mois fixés pour la réalisation de ces unités doivent être respectés, déclare M. Boulakhras, afin d'éviter au pays la consommation excessive de gasoil utilisé pour la production de l'électricité dans ces contrées isolées du pays et préserver dans le même temps, les énergies fossiles pour les générations futures. L'Algérie, faut-il le rappeler, compte concrétiser un programme d'énergies renouvelables actualisé qui a pour objectif d'installer une puissance d'origine renouvelable de l'ordre de 22 000 MW à l'horizon 2030 destiné au marché national avec le maintien de l'option de l'exportation. Il est attendu à travers ce projet d'envergure, le développement de sources alternatives d'énergie et l'adoption d'un mix énergétique pour le moyen et le long termes. Notre pays dispose d'atouts non négligeables pour concrétiser cette ambition notamment ses potentiels solaire et foncier. En effet, la durée moyenne d'ensoleillement en Algérie est évaluée entre 2 600 et 3 500 heures/an. L'énergie moyenne reçue se situe entre 1 700 et 2 600 kwh/km2/an.
Badreddine KHRIS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.