Man United : Solskjaer ne facilitera pas la tâche à Man City    Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rue dénonce le panel de Karim Younès
Béjaïa
Publié dans Liberté le 24 - 08 - 2019

Hier, au 27e vendredi de mobilisation populaire contre le système, des dizaines de milliers de personnes sont sorties dans les rues de Béjaïa pour réitérer les revendications du hirak, à savoir "Le rejet de tout dialogue avec les figures du régime", "Pas d'élection présidentielle avant le départ définitif du système" et "La mise en place d'une instance indépendante chargée de gérer la période de transition".
En effet, la 27e marche de la révolution pacifique du 22 février a été, hier, l'occasion pour la population béjaouie de réaffirmer son rejet de l'initiative du panel de médiation et de dialogue mené par Karim Younès, natif de la région.
"Karim Younès mayemethelnach, Gaïd Salah mayahkemnach" (Karim Younès ne nous représentera pas, Gaïd Salah ne nous gouvernera pas !) sont les principaux slogans scandés, hier, par les manifestants béjaouis, dès l'entame de leur marche qui a démarré, comme d'habitude, vers 13h30, depuis le carrefour d'Aâmriw, jouxtant l'esplanade de la maison de la culture Taos-Amrouche. C'est dire que la démarche de l'ancien président du Parlement, qui jouissait jusque-là d'une certaine crédibilité dans sa ville natale, a été battue en brèche par la rue béjaouie. Pis encore, Karim Younès et son panel de personnalités engagées dans un processus de médiation et de dialogue avec le pouvoir et les animateurs du hirak sont désignés par les manifestants de Béjaïa comme "des chargés de mission qui volent au secours d'un régime aux abois".
Comme à l'accoutumée, le chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, le général Ahmed Gaïd Salah, en a eu, lui aussi, pour son grade.
"Amanâach, Gaïd Salah fi el-Harrach" (Vivement l'incarcération de Gaïd Salah), "Dawla madania, machi âaskaria" (pour un Etat civil et non militaire) ont également scandé à tue-tête, hier, les milliers de citoyens ayant manifesté sous un soleil de plomb, à travers les principales artères de la capitale des Hammadites.
La procession humaine, qui brandissait tout au long de son parcours le drapeau algérien aux côtés de l'emblème amazigh, ont, par ailleurs, mis en avant d'autres slogans chers au mouvement populaire du 22 février, tels que "Djazaïr hourra, démocratia" (Algérie libre et démocratique), "Makanch el-intikhabat ya el-îssabat" (Pas d'élections les gangs), "Anedu am-chetwa, am-unebdu, anedu alama yeghli udabu" (Nous marcherons hiver comme été, jusqu'à la chute du pouvoir), "Echaâb yourid el-istiqlal" (Le peuple veut l'indépendance), "Ulac smah ulac", "Système dégage"…
Réclamant de nouveau "la libération immédiate et inconditionnelle" de l'ensemble des détenus politiques et d'opinion, les marcheurs n'ont pas manqué de brandir, encore une fois, la menace de recourir à une éventuelle désobéissance civile, en scandant haut et fort : "Rahou djay el-îsyane el-madani !" Autant dire que la rentrée sociale, qui est à nos portes, s'annonce des plus chaudes.
K. O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.