Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tizi Ouzou réaffirme son rejet du dialogue et de la présidentielle
Alors que le cap de la mobilisation est maintenu pour ce 25e vendredi
Publié dans Liberté le 10 - 08 - 2019

Des dizaines de milliers de manifestants, pour la plupart drapés dans l'emblème national et l'étendard amazigh, ont battu le pavé hier dans la ville des Genêts.
La mobilisation a été, hier, aussi grandiose, la détermination toujours aussi forte et les slogans aussi diversifiés à Tizi Ouzou où, malgré une chaleur caniculaire, les manifestants ont tenu à réaffirmer leur rejet du dialogue et de l'élection présidentielle avec les "résidus d'el-îssaba". En effet, ce sont les slogans exprimant le rejet du dialogue initié par le panel dirigé par Karim Younès, et de l'élection présidentielle réclamée par le chef d'état-major de l'armée, Ahmed Gaïd Salah, qui ont prédominé dans les rues de la ville, hier, à l'occasion du 25e vendredi des manifestations pour le changement du système.
C'est d'ailleurs en scandant "Makach intikhabat ya el-îssabate", "La hiwar, la chiwar, erahil obligatoire" que des dizaines de milliers de manifestants, pour la plupart drapés dans l'emblème national et dans l'étendard amazigh, ont démarré leur marche, à 13h30, depuis l'esplanade du stade du 1er-Novembre. En tête des premiers carrés on pouvait lire, sur des banderoles et pancartes, des messages appuyant ces slogans repris en chœur par les manifestants. "Pas de dialogue avec les sous-traitants du pouvoir. Nous demandons la rupture avec l'ancien système", "C'est au peuple souverain de choisir ses représentants pour dialoguer", "Article de la loi des 48 wilayas énonce : non au dialogue.
Non aux élections. Vous partirez tous", lit-on sur certaines d'entre elles. Le slogan de la désobéissance civile s'invite pour la toute première fois dans la marche à Tizi Ouzou. "Rahou djay, rahou djay el-issyan el-madani" (la désobéissance civile arrive). "Oui à la désobéissance civile. Oui à une grève générale nationale pacifique et non violente. Non au dialogue avec les malfaiteurs", lit-on sur une seule pancarte. Dans les autres carrés, ce sont surtout les slogans hostiles à Gaïd Salah, aux magistrats et aux médias qui s'adonnent à la désinformation qui étaient prédominants.
"Gaïd Salah chiatt el-imarat", "Barakat, barakat, ya koudhat tiliphoune", "Sahafa chiattine". "M. Gaïd : vos speechs provocateurs sont en total décalage avec l'Algérie post 22 février", "La Gaïd, la Nezzar, el-hirak heta el-intissar. La Toufik, la Saïd, echâab matchi kebch el-Aïd", "Madania matchi âaskaria", "El-mada sebâa, essoulta li châab". "Châab yourid el-istiklal". Dans tous les carrés il y avait, également, des slogans appelant à la libération des détenus d'opinion dont Lakhdar Bouregâa et Louisa Hanoune.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.