ANIE: Six postulants ont demandé un rendez-vous pour le dépôt de leurs dossiers    Médias: Célébration de la Journée nationale de la presse ce mardi    Où la ruée vers la vente d'or physique mènera les bourses occidentales ?    Côte d'Ivoire: "bilan satisfaisant" de la commercialisation de l'anacarde    Investissements : Le pouvoir politique défunt d'essence totalitaire, a toujours bloqué les initiatives    SYRIE: Un soldat turc tué en Syrie après une attaque kurde    Commerce - Djellab appelle le partenaire américain à contribuer à l'accroissement du volume d'exportations de l'Algérie hors hydrocarbures    L'accord sur le Brexit validé par les 27 Etats membres    AS Monaco: L'Algérien Slimani buteur et passeur face à Rennes (3-2)    Boumerdes : Une femme à la tête de la ligue de football de la wilaya de Boumerdes    Souk Ahras: Hausse sensible de la production du liège en 2019    Adrar : atelier de travail sur la valorisation économique de l'arganier    Mila: Tayeb Zitouni " La préservation des cimetières des chouhada, fait partie de l'intérêt pour l'Histoire"    Festival national de poésie féminine : Le patrimoine constantinois à l'honneur    Littérature chinoise: Des illustrations de la littérature classiques chinoise lancées à la Foire du livre de Francfort    Bensalah procède à un mouvement    Le coach Belatoui ne s'enflamme pas    Augmentation des cas de cancer du sein en 2019    Nouvelles publications du CRASC d'Oran    Rabehi met en garde contre les "fake news"    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    La victime succombe à ses blessures    La nouvelle Opel Corsa n'aura pas de version sportive OPC    Gica, premier producteur en Afrique    Saâdani nargue le gouvernement    "C'est urgent", selon l'INESG    Projeté au Festival du court métrage de Nouakchott    Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Real : Ramos ne lâche pas Zidane    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Londres demande officiellement le report du Brexit    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Derniers préparatifs au Louvre pour l'exposition «Léonard de Vinci»    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'Algérie n'est pas l'Egypte"
Ali Laskri à Haïzer (BOUIRA)
Publié dans Liberté le 22 - 09 - 2019

L'orateur a affirmé que le peuple n'est pas dupe et que, selon lui, toutes les tentatives du pouvoir de se recycler de l'intérieur sont vouées à l'échec.
Le coordinateur de l'instance présidentielle du Front des forces socialistes (FFS), Ali Laskri, a animé, hier, un meeting populaire dans la commune de Haïzer (est de Bouira), où il a tiré à boulets rouges sur le pouvoir actuel. En effet, Laskri a qualifié les dernières injonctions du chef d'état-major de l'ANP de "dérives totalitaires", visant, selon l'orateur, à faire de l'Algérie une caserne à ciel ouvert. "On nous dit que la sortie de crise réside dans la seule voie constitutionnelle, or notre pays n'a jamais possédé une véritable Constitution", tranchera l'hôte de Haïzer, en soulignant que toutes les Constitutions depuis l'indépendance ont été, selon ses dires, "taillées sur mesure" contre la volonté du peuple.
Laskri a également fait le rapprochement entre la situation politique du pays et celle qui prévaut en Egypte. "Ils veulent faire de notre chère patrie une dictature à l'égyptienne. Je le dis haut et fort : l'Algérie n'est pas l'Egypte et elle ne le sera jamais !" Selon lui, les Algériens ont face à eux un pouvoir "aphone" à leurs aspirations et à leurs revendications.
"Sept mois que des millions d'Algériens sortent de manière hebdomadaire pour revendiquer plus de liberté et de démocratie (…), et que leur répond ce pouvoir ? qu'ils sont des traîtres !", tonnera Laskri. Pour ce dernier, les tenants du pouvoir agitent l'épouvantail de la main étrangère à chaque fois qu'ils sont en danger.
"Ce sont eux la menace pour l'Algérie, ce sont eux la main de l'étranger, et c'est vous (le peuple, ndlr) qui êtes le seul et unique sauveur de notre pays." Ali Laskri estime que le système "semi-civil" qui s'est installé à la tête du pays depuis l'indépendance tend à se métamorphoser en "junte militaire". "On doit à tout prix s'y opposer.
L'Algérie et son peuple aspirent à des lendemains meilleurs, et ses jours sombres qui nous menacent, nous devons les combattre de manière pacifique", a-t-il martelé. Pour le coordinateur de l'instance présidentielle du FFS, le 31e vendredi révolutionnaire et pacifique a été une "immense gifle" donnée au pouvoir.
"Les Algériennes et les Algériens sont sortis manifester leur désapprobation de ces élections qui n'ont d'élections que le nom, car elles seront dirigées et encadrées par le pouvoir et qui n'ont qu'un seul but : assurer la pérennité du régime", a-t-il dénoncé. Et d'ajouter : "Les tenants du pouvoir veulent une élection présidentielle, même par un forcing, pour le changement, pas du système, mais dans le système."
L'orateur a affirmé que le peuple n'est pas dupe et que, selon lui, toutes les tentatives du pouvoir de se recycler de l'intérieur sont vouées à l'échec. Ali Laskri a, par ailleurs, affirmé que la sortie de crise pourrait passer par la Convention du pacte politique pour une véritable transition démocratique : "Un véritable dialogue qui doit être global, inclusif, sans préalables et précédé par des mesures de détente et d'apaisement."
Il a, en outre, appelé à la libération de l'ensemble des détenus d'opinion et politiques, dont le moudjahid Lakhdar Bouregâa, Karim Tabbou, Fodil Boumala et l'activiste Samir Belarbi. Il y a lieu de noter que le meeting de Laskri entrait dans le cadre de l'hommage rendu par la section locale du FFS aux anciens militants décédés, dont Amzal Saïd, Zougari Hammouche et Bouchlaghem Saïd.

RAMDANE BOURAHLA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.