Erdogan : l'Algérie, un élément de stabilité et de paix dans la région    Liverpool fonce sur Fabian Ruiz    Le ministre émirati des Affaires étrangères en visite lundi à Alger    Un nouveau site électronique pour la DG des Douanes algériennes    Handball / CAN-2020: l'Algérie bat l'Angola (32-27) et prend la 3e place    Coronavirus: le ministère de la Santé appelle à l'impératif respect des mesures préventives    MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur reçu par le président de la République    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Le dossier de Karim Tabbou transféré en correctionnel    Une bactérie dans le camembert Tassili    MOUVEMENT DANS LES CORPS DES WALIS : Le président Tebboune procède à un nouveau changement    ASPHYXIEE AU MONOXYDE DE CARBONE : Une femme décède à Beni Messous    Les entretiens Tebboune-Erdogan élargis aux membres des deux délégations    Une réplique d'une magnitude de 3,3 enregistrée à Jijel (CRAAG)    Accidents de la circulation: 9 morts et 46 blessés en 24 heures    Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours    Pour une conférence nationale indépendante    Première apparition publique de Lyes Fakhfakh    Les forces gouvernementales se rapprochent d'un objectif-clé    Le bilan du raid contre une base américaine en Irak s'alourdit    Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution    La Banque Casher de la souffrance !    Les actes qui "tuent" les promesses    Nabil Alloune et Ilyas Lahouazi devant le procureur aujourd'hui    L'USMA manquait d'armurerie !    Les hirako-sceptiques et le moral du peuple    Déception des uns, réticences des autres…    La production en hausse, les pénuries subsistent    Alliés pour tuer le progrès !    Les meilleures plantes pour purifier et désenflammer le côlon    La Fémis accueillera un cinéaste algérien pour son université d'été    "Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"    Des ahmadis convoqués par la justice    Le dégoût de l'Europe    Ligue 2 (16e j): le WA Tlemecen rejoint l'O. Médéa en tête du classement    En bref    Assemblée Générale Extraordinaire du COA : Les cinq membres «exclus» remplacés    Les procès de l'année 2019 sans aucun effet    Transfert : Benzia en négociation avec Dijon    26e opération de relogement : La première étape a concerné plus de 200 familles    Il fera escale les 18 et 19 février prochain: Le salon itinérant de l'étudiant s'internationalise    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme: Près de 1.500 nouveaux cas de cancer en 2019     Suscitant une polémique franco-française: Macron compare la guerre d'Algérie à la shoah    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Comme l'ombre d'un doute…    Le rendez-vous de toutes les surprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La défense récuse la compétence du tribunal
Ouverture du procès Toufik, Tartag, Saïd Bouteflika et louisa Hanoune hier à Blida
Publié dans Liberté le 24 - 09 - 2019

"Ils auraient dû, au pire, être renvoyés devant une juridiction civile", a insisté le collectif de défense.
Le général-major et ancien chef des renseignements Mohamed Mediène dit Toufik, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, et Saïd Bouteflika, frère et conseiller du président de la République déchu, ont comparu hier devant le tribunal militaire de Blida. L'audience a été entamée par l'écoute des réserves de forme et requêtes de la défense. L'ensemble des avocats ont récusé la compétence de la juridiction militaire à juger leurs mandants. "Même Toufik et Tartag, par leur qualité de hauts gradés de l'armée à la retraite, sont considérés comme des civils. Ils auraient dû, au pire, être renvoyés devant une juridiction civile", a insisté le collectif de défense.
Les avocats du général Toufik ont aussi réclamé un report en raison de son état de santé qui ne lui permet pas, argumentent-ils, de répondre "aux questions du juge". Le général Toufik est apparu très affaibli et avait du mal à se tenir debout, nous a confirmé notre source. Joint par téléphone durant la pause observée par le tribunal militaire pour délibérer sur les requêtes de la défense, Me Boudjemâa Ghechir nous a précisé qu'il a expliqué au magistrat que le jour de sa rencontre avec Saïd Bouteflika et le général Toufik, Louisa Hanoune était encore députée et donc protégée par l'article 126 de la Constitution consacrant l'immunité parlementaire.
"Cela, en plus du fait qu'en tant que chef d'un parti de l'opposition, elle est dans son rôle de tenter de changer le régime", étaye-t-il. Habba El-Okbi, ex-secrétaire général de la présidence de la République, Mohamed Rougab, ancien secrétaire particulier de Bouteflika, et l'ex-président du Conseil constitutionnel et ministre de la Justice Tayeb Belaïz, convoqués en tant que témoins, ont été aperçus franchissant le portail de l'enceinte judiciaire sous haute surveillance et dont les alentours ont été interdits à la circulation.
Seuls deux cadres du PT, en l'occurrence Djelloul Djoudi et Ramdane Youssef Tazibt, ont pu avoir accès au parking du tribunal guettant la moindre nouvelle. Après la lecture de l'arrêt de renvoi, les avocats ont réclamé une suspension d'audience pour leur permettre de se concerter avec leurs clients. "D'après les informations que nous avons jusqu'à présent (17h20), le collectif de défense a décelé une volonté de poursuivre le procès même si les conditions ne sont pas réunies", a confié à Liberté Ramdane Youcef Tazibt.
À 18h30, rien n'avait encore filtré sur l'issue du conclave. Selon l'arrêt de renvoi, deux réunions ont eu lieu le 27 mars dernier. La première, dans la matinée, entre le général Toufik et Saïd Bouteflika, durant laquelle ils ont évoqué les noms des éventuels successeurs d'Abdelaziz Bouteflika dont les deux ex-Premiers ministres Ali Benflis et Ahmed Benbitour, ainsi que l'ancien ministre de la Santé Abdehamid Aberkane, et abordé la question de confier la période de transition à Liamine Zeroual en tant que Premier ministre aves des prérogatives de président.
Cette rencontre a été suivie d'une autre, l'après-midi, à laquelle a participé Louisa Hanoune. C'est à ce moment-là que la secrétaire générale du PT a été informée de ces décisions pour avis. Saïd Bouteflika et les deux anciens chefs des renseignements ont été incarcérés le 5 mai, tandis que la secrétaire générale du PT a été placée en détention provisoire quatre jours plus tard. Premier haut responsable à être entendu en qualité de témoin dans le cadre de l'instruction visant Saïd Bouteflika, le général Khaled Nezzar avait soutenu que ce dernier envisageait d'instaurer l'état de siège et de démettre le chef d'état-major de l'ANP et vice-ministre de la Défense, Gaïd Salah.
Quelques semaines plus tard, Khaled Nezzar et son fils Lotfi, ainsi que le gérant de la Société algérienne de pharmacie, Farid Benhamdine, sont inculpés. Lotfi Nezzar pour avoir notamment conduit son père à cette rencontre, tandis qu'il est reproché à Farid Benhamdine d'avoir mis sa maison à la disposition de Saïd Bouteflika et de Nezzar pour leur entrevue et de servir d'intermédiaire entre eux.
Un mandat d'arrêt international a été lancé le 6 août dernier contre eux par le tribunal militaire de Blida. Tous les accusés concernés par cette affaire doivent répondre des mêmes chefs d'inculpation, à savoir "complot dans le but de porter atteinte au commandement de l'armée", puni par l'article 284 du code de justice militaire de 5 à 10 ans de prison, et "complot pour changer le régime", passible de la peine capitale.

Nissa Hammadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.