"L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée"    Presse régionale: Le débat télévisé des candidats à la présidentielle, ''un échange inédit''    Présidentielle: Les efforts des candidats soulignés par la presse oranaise    Mila: Marche pacifique de soutien aux élections et à l'ANP    Mise en garde contre la fraude    La Présidentielle, un scrutin "décisif"    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    La Sonatrach se met au défi du développement énergétique    Loukal : «Le Gouvernement déterminé à moderniser l'administration fiscale»    Recul de 6,3% de la facture d' importation    Des organisations internationales appellent le Maroc à la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers sahraouis    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Ligue des champions (Gr. C - 2eJ) : Le Petro Atletico et l'USM Alger se neutralisent (1-1) à Luanda    Ligue 1 (3e J.) : Le CR Belouizdad creuse l'écart    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Médea : Opération "Un arbre pour chaque citoyen"    Le ministère de la Justice dément    Partiellement suivie    20 ans de prison requises contre Sellal et Ouyahia    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    Le Petro Atletico et l'USMA se neutralisent    Le CRB creuse l'écart, l'ESS respire    Une réunion interministérielle pour l'évaluation de la saison du Hadj 2019    Saisie de tous les biens et fonds illégaux des accusés    Bensebaini avait «oublié» que c'était à lui de tirer le pénalty    La parole aux avocats    Début lundi du scrutin dans les bureaux itinérants    «L'Algérie contemporaine, cultures et identités», d'Ahmed Cheniki    La pièce de théâtre «Ez'Zaouèche» présentée    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Human Rights Watch dénonce    Le Congrès américain désavoue Trump    Gâteau au yaourt, sirop au citron    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jean-Luc Mélenchon proteste
Interpellation de la députée Mathilde Panot à Béjaïa
Publié dans Liberté le 03 - 10 - 2019

La députée française Mathilde Panot, vice-présidente du groupe parlementaire La France Insoumise (LFI) de Jean-Luc Mélenchon, a été interpellée par la police, mardi, en début d'après-midi, à Béjaïa, à la fin de la 32e marche de la communauté universitaire à laquelle elle venait de prendre part en compagnie de ses amis. Invitée en Algérie par le P/APC de Chemini et le Café littéraire de la même localité, la parlementaire française était accompagnée de son suppléant Mourad Tagzout, conseiller municipal de la ville d'Ivry-sur-Seine, originaire des Ath Waghlis.
Les hôtes de la daïra de Chemini n'ont pas eu la chance de se déplacer dans cette région de la vallée de la Soummam, puisqu'ils ont été arrêtés par des policiers en civil près du palais de justice de Béjaïa, point de chute de la manifestation de la communauté universitaire. Interpellés à l'issue du rassemblement organisé devant le siège de l'institution judiciaire, Mme Mathilde Panot et ses accompagnateurs ont été conduits au commissariat central de Béjaïa, avant d'être relâchés.
À leur grande surprise, ils seront interpellés de nouveau par les éléments de la Sûreté nationale au niveau du barrage fixe dressé à Bir Slam, à l'entrée ouest de la ville des Hammadites, alors qu'ils se dirigeaient vers la daïra de Chemini. Après vérification de leur identité, ils seront retenus pendant plusieurs minutes, avant d'être escortés vers la capitale, Alger, où "ils ont été placés sous surveillance dans un hôtel", a dénoncé, hier, dans un communiqué, le parti La France Insoumise (LFI).
"Je suis en Algérie depuis dimanche. En tant que militante de la révolution citoyenne, je suis venue avec mon suppléant Mourad Tagzout rencontrer les acteurs et actrices du mouvement populaire pour comprendre, apprendre et exprimer notre solidarité avec cette révolution du sourire. La police algérienne m'a immobilisée, ainsi que la délégation qui m'accompagnait sans aucun motif", a écrit, hier, la députée française dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.
"On nous a pris nos passeports et toujours sans explications, puis on nous a escortés vers Alger. Nous sommes sous surveillance dans un hôtel. Je devais faire une conférence-débat, qui semble désormais interdite", a-t-elle déploré. Par ailleurs, elle affirmera avoir rencontré des députés du RCD (Rassemblement pour la culture et la démocratie), des responsables du PST (Parti socialiste des travailleurs), du MDS (Mouvement démocratique et social) et des membres du Réseau de lutte contre la répression pour les libertés démocratiques et la libération des détenus d'opinion.
"C'est par curiosité intellectuelle et par fraternité entre les peuples que je suis venue adresser un signe d'amitié au peuple algérien. Je réitère mon admiration pour l'action du peuple algérien et toute ma solidarité pour la magnifique lutte qu'il mène pour sa dignité", a-t-elle noté sur son compte Twitter. Et de lancer un appel à la "solidarité avec le peuple algérien", estimant qu'"Emmanuel Macron et l'Union européenne ne (pouvaient) se taire sans être complices".
Réagissant à l'interpellation de sa députée, Jean-Luc Mélenchon a publié, hier, un communiqué sur sa page Facebook, à travers lequel il déplore "l'interruption forcée du programme de rencontres de Mathilde Panot et de son équipe", tout en demandant "la garantie de leur sûreté et le respect de leur liberté de circuler".

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.