Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Révision de la loi électorale : La Commission a deux mois et demi pour soumettre son travail    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad    Un élément abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    Colère des transporteurs privés    Communiqué du Conseil des ministres (Texte intégral)    Boukadoum s'entretient à Bamako avec une délégation du CNSP    Foire agricole du 23 au 27 septembre à Alger: une occasion pour écouler les méventes    Fédération algérienne de handball : l'assemblée générale ordinaire fixée au 25 septembre    Coronavirus: 203 nouveaux cas, 124 guérisons et 7 décès    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Tebboune installe une commission pour l'amender    Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    La justice à la recherche des complices de Haddad    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des détenus d'opinion en grève de la faim à partir du 23 octobre
Pour protester contre la lenteur dans le traitement de leurs dossiers
Publié dans Liberté le 13 - 10 - 2019

Les détenus d'opinion arrêtés lors des marches à Alger et incarcérés à la prison d'El-Harrach, depuis juin dernier, et qui sont une trentaine, s'apprêtent à entamer une grève de la faim pour protester contre leur détention abusive et la lenteur observée dans l'étude de leurs dossiers par la justice, qui ne les a toujours pas enrôlés. C'est ce qu'ont annoncé hier leurs avocats, lors d'une rencontre organisée à Tizi Ouzou, par le Collectif national pour la libération des détenus (CNLD), en présence même de membres des familles des détenus, du Réseau de lutte contre la répression, de la Laddh et du RAJ. Selon l'avocate Nabila Smaïl, c'est à partir du 23 octobre prochain que cette trentaine de détenus arrêtés en juin se joindront aux 5 détenus déjà en grève de la faim depuis le 4 octobre dernier. La même avocate a expliqué que le choix du 23 octobre n'est pas fortuit, puisque c'est à cette date que ces détenus vont boucler leur quatrième mois de détention. "Légalement, si leurs affaires ne sont pas traitées par la justice avant le 24 octobre prochain, date à laquelle leur mandat de dépôt va expirer, la justice va systématiquement le renouveler et, ainsi, les maintenir en détention. C'est d'ailleurs à partir de là qu'ils ont décidé d'entamer leur grève", a expliqué Me Nabila Smaïl. "Si le collectif des avocats a pu, au mois de juillet dernier, dissuader les détenus de ne pas recourir à cette grève de la faim pour dénoncer leur détention arbitraire, cette fois, et devant la lenteur observée dans l'étude de leurs dossiers par la justice, ils ont décidé de passer à l'action." Lors de son intervention, Me Nabila Smaïl avait encore dénoncé une vague d'arrestations ciblées qui touche, depuis quelques jours, de nombreux militants à travers le territoire national. "Cette affaire d'arrestations arbitraires est en train de mettre à nu un pouvoir en panique et finissant, car, il s'agit d'une forme de répression qui n'a aucune base légale. Le fait de cibler des jeunes et de les mettre en prison sans aucun chef d'inculpation relève d'une tentative de faire reculer la révolution", a-t-elle estimé. Me Seddik Mouhous a, pour sa part, expliqué que "ces arrestations massives constituent une violation du pacte international relatif aux droits civils et politiques et du code de procédure pénale".
Concernant le cas des jeunes arrêtés pour possession de l'emblème amazigh, le même avocat a estimé qu'ils sont détenus "en violation de la loi", expliquant que "l'emblème amazigh qui unit toute l'Afrique du Nord n'a jamais été un danger pour l'unité nationale". Tout en saluant l'initiative de l'Ordre des avocats d'Alger qui a appelé à une marche nationale le 24 octobre, les avocats membres de la CNLD ont exprimé leur intention de boycotter l'instruction des dossiers des détenus d'opinion estimant qu'il s'agit, tout simplement, "de dossiers préfabriqués".

K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.