Les procès de 14 anciens ministres s'ouvrent prochainement    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : Les secteurs des Mines,de la Santé et des Finances au menu    RESSOURCES EN EAU : Arezki Berraki veut lutter contre la bureaucratie    DEPECHE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers l'adoption de l'enseignement à distance    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : L'Etat financera "la campagne électorale des jeunes''    PROTECTION CIVILE DE MOSTAGANEM : Plus de 265 interventions en une semaine    EL-BAYADH : La BRI arrête 4 individus faisant l'objet de mandats d'arrêt    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Révision de la loi électorale : La Commission a deux mois et demi pour soumettre son travail    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Un élément abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    Colère des transporteurs privés    Communiqué du Conseil des ministres (Texte intégral)    Fédération algérienne de handball : l'assemblée générale ordinaire fixée au 25 septembre    Foire agricole du 23 au 27 septembre à Alger: une occasion pour écouler les méventes    Coronavirus: 203 nouveaux cas, 124 guérisons et 7 décès    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    La justice à la recherche des complices de Haddad    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Où est l'Algérie ?    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Anie face à la dure réalité du terrain
Préparation de l'élection présidentielle du 12 décembre
Publié dans Liberté le 13 - 10 - 2019

Faute d'engouement des citoyens pour les élections, l'Autorité nationale indépendante des élections a prolongé les délais d'inscription sur les listes électorales. Un aveu d'échec de l'opération.
À deux mois d'une élection présidentielle de plus en plus contestée, le pouvoir patauge dans ses propres travers. L'Autorité nationale indépendante des élections (Anie), incapable d'installer ses structures locales, vient de prolonger les délais pour la révision du fichier électoral.
L'autorité dirigée par Charfi s'est sentie dans l'obligation de se donner un délai supplémentaire d'une semaine pour la réactualisation du fichier électoral. Un délai qui lui permettra probablement de tenter de convaincre un maximum d'électeurs à s'inscrire sur des listes électorales qui constituent un des motifs de contestation lors de chaque rendez-vous électoral. Le geste de l'Anie est un aveu d'échec qui confirme que l'instance de Mohamed Charfi est dans l'impossibilité d'imposer, sur le terrain, une élection présidentielle contestée par de larges pans de la société algérienne.
La prolongation des délais d'inscription sur les listes électorales n'est pas le seul écueil que rencontre l'Anie. Depuis quelques jours, les représentants locaux de l'Autorité font face à la colère des citoyens. Dans les wilayas et communes où ces "arbitres" de l'opération électorale sont installés, leurs permanences sont fermées. Cela s'ajoute à l'impossibilité d'installer certains délégués de wilayas et de communes. Avant d'être confrontée à ces difficultés, l'Anie a pris un mauvais départ. C'est dans la précipitation et sous la pression que sa composante a été annoncée. Pis encore, certains de ses membres ne savaient même pas qu'ils allaient figurer sur la liste. Ce qui n'a pas empêché l'Autorité que préside Mohamed Charfi de faire bonne figure. L'ancien ministre de la Justice a tenté, à plusieurs reprises, d'installer des représentants au niveau local. C'est ce qu'il a fait hier à Tamanrasset où il a, une nouvelle fois, réitéré les éléments du langage officiel qui font de la présidentielle projetée en décembre un "événement historique".
S'il arrive à installer les délégués au niveau des wilayas, les représentants locaux de l'Anie sont souvent recrutés dans l'administration locale ou parmi les clientèles du système Bouteflika. Malgré les dénonciations des acteurs locaux du hirak et des révélations des médias, l'Autorité électorale n'a pas bougé. Elle n'a pas les moyens de tout vérifier. Créée dans la précipitation, elle n'a pas le temps nécessaire pour accomplir sa mission, alors que nous approchons des délais réglementaires prévus pour le dépôt des dossiers de candidature à l'élection présidentielle. Outre le rejet de la population, les premiers signes d'un essoufflement de l'Anie commencent à apparaître.
Des candidats à la candidature commencent déjà à évoquer la possibilité de se retirer. Si cela venait à être confirmé, ce serait un échec de plus pour une autorité que le pouvoir veut brandir comme une garantie pour la régularité du scrutin.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.