Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Prolongation de mandat    Enquête    Relaxe pour sept activistes du Hirak    Le projet discuté au conseil national fin janvier    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    Le prix du pétrole continuera d'augmenter en 2021    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    LA TRITURE    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les cadres ayant pris part aux anciens scrutins sont exclus de l'opération électorale»
Mohamed Charfi, président de l'autorité nationale indépendante des élections
Publié dans El Watan le 07 - 10 - 2019

Malgré un front du boycott de l'élection présidentielle du 12 décembre prochain qui s'élargit et le refus de nombreuses mairies de prendre part à l'opération de révision du fichier électoral, qui a pris fin hier, l'Anie (Autorité nationale indépendante des élections), que préside l'ancien ministre de la Justice, Mohamed Charfi, continue à mettre en place ses démembrements au niveau local. Lors de la cérémonie d'installation des coordinateurs des wilayas du Centre (Alger, Blida, Tipasa et Boumerdès), M. Charfi s'est montré «rassurant» et surtout «confiant».
Pour lui, le boycott de «certaines» APC et la fermeture de leur service des élections «n'ont pas impacté» l'opération de révision. «Vous devez savoir que les maires ne sont plus concernés par les élections. La révision du fichier électoral est du ressort de la commission communale, présidée par un magistrat appuyé par des membres de l'Autorité. Les citoyens qui n'ont pas pu se faire enregistrer dans leur lieu de résidence, pour une raison ou une autre, peuvent le faire un peu plus loin. Ils ont la possibilité d'éviter les chemins caillouteux.»
Le maigre résultat qu'il présente est édifiant : 128 000 nouveaux inscrits, 40 000 décès et 75 390 changements de lieu de résidence. Pour Charfi, il ne s'agit que «des premiers chiffres. Il faut attendre la consolidation des résultats», précisant néanmoins que «la décision de prolonger l'opération de révision du fichier électoral pourrait être prise, si cela est nécessaire».
Sur la question de la transparence du fichier électoral, Charfi a expliqué qu'un «travail exceptionnel a été fait jusqu'à maintenant. La plateforme du ministère de l'Intérieur comporte aussi bien le fichier de l'état civil que le fichier électoral. Nous avons fait en sorte de séparer les deux de manière à rendre disponible uniquement le fichier électoral et, pourquoi pas, le publier sur le site web de l'Anie.
Il faut savoir que tous les cadres de l'administration qui ont eu à gérer les anciens scrutins sont écartés de l'opération électorale du début jusqu'à la fin. Cela ne veut aucunement dire qu'ils ne sont pas tous intègres. Mais, c'est juste une décision qui va dans le sens des revendications du hirak, liées à la transparence des élections».
L'ancien ministre de la Justice est longuement revenu sur les «missions élargies et l'autonomie administrative et financière» de l'instance qu'il dirige, en disant qu'elle «n'a pas uniquement le pouvoir de police des élections, mais de larges prérogatives», insistant sur ses coordinateurs au niveau des wilayas et ses membres locaux en les qualifiant de «façade aux lourdes missions».
Interrogé sur les doutes qui persistent sur la transparence du scrutin, Mohamed Charfi assure qu'il fera «tout pour assurer le bon déroulement de l'élection» et prendra «les mesures nécessaires prévues par la loi en cas d'empêchement». Sur les millions de citoyens qui manifestent chaque vendredi contre le vote, il a répondu : «Je lance un appel solennel à tous les jeunes, étudiants et universitaires à rejoindre l'Autorité et à contribuer à la transparence du scrutin. Venez, soyez les contrôleurs de l'opération de vote dans les bureaux. Chaque Algérien qui veut aider le pays est le bienvenu.
La technologie me permet aujourd'hui d'être informé de ce qui se passe dans les coins les plus reculés du pays. Je ne tolérerai aucun blocage de qui que ce soit. Des mesures sont prévues par la loi et peuvent être prises à chaque fois que la situation l'exige. Le vote est un droit consacré par la Constitution que nul ne peut empêcher.» Interrogé sur la vidéo diffusée, qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux, montrant, dans une mairie à Ouargla, des militaires en train de superviser l'enregistrement des électeurs, Mohamed Charfi s'est montré «surpris». «Je n'ai pas vu cette vidéo. Mais je me demande ce que fait un militaire dans un tel endroit.
Je vais ordonner une enquête. Si l'enregistrement s'avère réel, des mesures seront prises. Il n'y a pas de raison pour que des militaires s'exposent de la sorte», a-t-il souligné. A propos des retraits des formulaires de candidature à la présidentielle du 12 décembre, Mohamed Charfi a déclaré : «Il n'y a pas de candidatures à la candidature, mais uniquement des candidats, qui ne seront considérés comme tels qu'une fois leurs dossiers de candidature validés par l'Anie.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.