Emploi au Sud: Un plan d'action pour définir les entraves    La Ligue arabe condamne les nouvelles agressions israéliennes sur Ghaza    Port de l'emblème Amazigh : Le tribunal de Bab El Oued relaxe cinq jeunes détenus    Foot/Qualifications CAN-2021: Algérie-Zambie: éviter de trébucher d'entrée    Phase de Poules de la CAF : Le Paradou AC dans un groupe difficile    LFP – Sanctions : Huis clos pour le MCO et l'USMAn    Mise à jour. MC Alger – JS Kabylie : Le Mouloudia pour prendre le large    Accidents de la route: 5 morts et 2 blessés en 24 heures    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 : les Algériennes Saifi en argent et Djelal en bronze    La charte d'éthique des pratiques électorales signée samedi    Les campus au rendez-vous    Morales se réfugie au Mexique    Le SG de l'ONU appelle à "une coopération internationale"    La question des réfugiés sahraouis examinée lors de la Conférence parlementaire régionale pour l'Afrique    Six contrats gaziers renouvelés par Sonatrach    Un collège fermé "à titre préventif" à Sétif    Rupture et montée en gamme    Séance surréaliste à l'APN    Que reste-t-il du grand clasico ?    Amrouche convoque 25 joueurs    Algérie-Chine: appel à la promotion des relations de coopération dans le domaine du tourisme    Les étudiants ont marché pour le 38e mardi    La criminalité en hausse    Un mort et un sauvetage miraculeux de trois personnes    Diabète : la guerre des chiffres    Vivre avec et contre le passé    L'UE valide l'étiquetage «colonies israéliennes»    Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?    Parc national du Djurdjura : Découverte d'ossements d'un ours brun    Album Live de Hakim Hamadouche : Hommage funky à M'hamed El Anka    ACCUSER L'HIVER ET LES SAISONS    38ème mardi de mobilisation: Les étudiants réclament «une justice indépendante»    Le pari gagnant de l'Algérie    Economie: L'Algérie «dans le rouge»    Un conclave consacré aux dossiers du logement: Des instructions pour accélérer les travaux et l'affichage des listes    Lancement des Rencontres internationales du cinéma d'Oran: La phase des projections programmée pour février prochain    Sidi Bel-Abbès: Marche de soutien à la présidentielle    Tunisie : Le Premier ministre Youssef Chahed à Paris et Rome    Maroc-MCC : Accord de coopération pour la mise en œuvre du projet de gouvernance du foncier    Le prononcé du jugement renvoyé au 19 novembre    Personnes interdites de stade : Les modalités d'établissement du fichier national fixées    Matérialisation des légitimes revendications populaires Les fondements directeurs de l'état de droit    Place aux entreprises algériennes    Un nouveau recours au " financement non conventionnel " est possible    Coopération L'Algérie et le Gabon aspirent à la promotion de leurs relations économiques    CONSTANTINE : Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    10e Fica : Projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie    La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'autre dossier brûlant pour le gouvernement
réforme du système des retraites
Publié dans Liberté le 15 - 10 - 2019

Depuis 2018, le gouvernement a renfloué la CNR à hauteur de 500 milliards de dinars, soit 40% des besoins immédiats de la Caisse. Le même montant a été renouvelé en 2019. Le déficit est proche des 700 milliards de dinars.

Contrairement au mythe de pays de jeunes, bien entretenu, l'Algérie vieillit. Depuis les années 90, le pays est entré dans une phase de transition démographique caractérisée par une baisse du taux d'accroissement démographique inférieur à 2%, une baisse du taux de fécondité estimée à 3,5% en 1998 et un allongement continu de l'espérance de vie, passée de 54 ans en moyenne à l'indépendance à 76 ans en 2006.
En 2020, l'espérance de vie atteindra 80 ans, selon les estimations de l'ONS. En parallèle, le marché du travail, qui se caractérise par le rétrécissement de l'emploi dans les divers secteurs d'activité de la sphère formelle, et le recours aux formules de retraite anticipée, entre autres, ont plongé la Caisse nationale des retraites (CNR) dans la tourmente avec un déficit sans précédent, jusqu'à remettre en cause sa pérennité. Raison pour laquelle, le gouvernement en place planche sur un nouveau projet de réforme des retraites du régime des salariés. Le projet en question a été évoqué par le directeur général de la CNR lors d'une réunion, tenue la semaine dernière, en prévision des Assises nationales sur la Sécurité sociale prévues pour fin novembre prochain. Véhiculée dans la presse la semaine dernière, l'information n'a pas échappé aux animateurs des réseaux sociaux qui s'en sont vite emparés, ne provoquant que davantage de colère et moult interrogations en ces temps troubles que vit le pays. L'intervention publique en catastrophe via le ministre en charge du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale indiquant que "la réforme n'est pas pour l'immédiat" n'a rassuré personne et la question continue à faire débat.
Afin d'absorber le déficit abyssal de cet organisme, un déficit comblé depuis 2018 par l'argent public, les cotisations des assurés sociaux n'étant plus suffisantes, le DG de la CNR a, alors, proposé les changements suivants : repousser l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 65 ans ; revoir à la baisse le taux plein des pensions, le faisant passer de 80 à 60% ; calculer le montant des pensions sur la moyenne des salaires des 10 dernières années de la carrière du salarié et non plus sur les 5 dernières années comme c'est le cas actuellement ; et enfin, supprimer la revalorisation annuelle des pensions, revalorisation inscrite dans la loi relative à la retraite. "Le système de retraite des travailleurs salariés gérés par la CNR connaît une crise de financement sans précédent depuis au moins 2014, année des premiers soubresauts annonçant un bilan où les cotisations perçues ne suffisaient plus à payer les pensions", nous a déclaré Djilali Hadjadj sollicité pour nous éclairer sur le sujet en sa qualité d'expert en droit de la Sécurité sociale.
Il poursuit : "Pris de panique, le gouvernement a fait appel aux autres caisses de Sécurité sociale, la Cnas principalement, pour permettre à la CNR d'honorer le paiement des pensions, au nom de ce qu'il a appelé la solidarité inter-caisses, notion qui n'a aucune assise législative ou réglementaire. Cette ‘solidarité' a prévalu jusqu'en 2017, mettant en péril l'équilibre financier de la Cnas." Et c'est à partir de 2018 que le gouvernement a renfloué la CNR à hauteur de 500 milliards de dinars, soit 40% des besoins immédiats de la CNR. Ce même montant a été renouvelé en 2019.
Le déficit, quant à lui, est proche des 700 milliards de dinars.

Nabila Saïdoun


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.