El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'autre dossier brûlant pour le gouvernement
réforme du système des retraites
Publié dans Liberté le 15 - 10 - 2019

Depuis 2018, le gouvernement a renfloué la CNR à hauteur de 500 milliards de dinars, soit 40% des besoins immédiats de la Caisse. Le même montant a été renouvelé en 2019. Le déficit est proche des 700 milliards de dinars.

Contrairement au mythe de pays de jeunes, bien entretenu, l'Algérie vieillit. Depuis les années 90, le pays est entré dans une phase de transition démographique caractérisée par une baisse du taux d'accroissement démographique inférieur à 2%, une baisse du taux de fécondité estimée à 3,5% en 1998 et un allongement continu de l'espérance de vie, passée de 54 ans en moyenne à l'indépendance à 76 ans en 2006.
En 2020, l'espérance de vie atteindra 80 ans, selon les estimations de l'ONS. En parallèle, le marché du travail, qui se caractérise par le rétrécissement de l'emploi dans les divers secteurs d'activité de la sphère formelle, et le recours aux formules de retraite anticipée, entre autres, ont plongé la Caisse nationale des retraites (CNR) dans la tourmente avec un déficit sans précédent, jusqu'à remettre en cause sa pérennité. Raison pour laquelle, le gouvernement en place planche sur un nouveau projet de réforme des retraites du régime des salariés. Le projet en question a été évoqué par le directeur général de la CNR lors d'une réunion, tenue la semaine dernière, en prévision des Assises nationales sur la Sécurité sociale prévues pour fin novembre prochain. Véhiculée dans la presse la semaine dernière, l'information n'a pas échappé aux animateurs des réseaux sociaux qui s'en sont vite emparés, ne provoquant que davantage de colère et moult interrogations en ces temps troubles que vit le pays. L'intervention publique en catastrophe via le ministre en charge du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale indiquant que "la réforme n'est pas pour l'immédiat" n'a rassuré personne et la question continue à faire débat.
Afin d'absorber le déficit abyssal de cet organisme, un déficit comblé depuis 2018 par l'argent public, les cotisations des assurés sociaux n'étant plus suffisantes, le DG de la CNR a, alors, proposé les changements suivants : repousser l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 65 ans ; revoir à la baisse le taux plein des pensions, le faisant passer de 80 à 60% ; calculer le montant des pensions sur la moyenne des salaires des 10 dernières années de la carrière du salarié et non plus sur les 5 dernières années comme c'est le cas actuellement ; et enfin, supprimer la revalorisation annuelle des pensions, revalorisation inscrite dans la loi relative à la retraite. "Le système de retraite des travailleurs salariés gérés par la CNR connaît une crise de financement sans précédent depuis au moins 2014, année des premiers soubresauts annonçant un bilan où les cotisations perçues ne suffisaient plus à payer les pensions", nous a déclaré Djilali Hadjadj sollicité pour nous éclairer sur le sujet en sa qualité d'expert en droit de la Sécurité sociale.
Il poursuit : "Pris de panique, le gouvernement a fait appel aux autres caisses de Sécurité sociale, la Cnas principalement, pour permettre à la CNR d'honorer le paiement des pensions, au nom de ce qu'il a appelé la solidarité inter-caisses, notion qui n'a aucune assise législative ou réglementaire. Cette ‘solidarité' a prévalu jusqu'en 2017, mettant en péril l'équilibre financier de la Cnas." Et c'est à partir de 2018 que le gouvernement a renfloué la CNR à hauteur de 500 milliards de dinars, soit 40% des besoins immédiats de la CNR. Ce même montant a été renouvelé en 2019.
Le déficit, quant à lui, est proche des 700 milliards de dinars.

Nabila Saïdoun


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.