Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Révision de la loi électorale : La Commission a deux mois et demi pour soumettre son travail    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad    Un élément abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    Colère des transporteurs privés    Communiqué du Conseil des ministres (Texte intégral)    Boukadoum s'entretient à Bamako avec une délégation du CNSP    Foire agricole du 23 au 27 septembre à Alger: une occasion pour écouler les méventes    Fédération algérienne de handball : l'assemblée générale ordinaire fixée au 25 septembre    Coronavirus: 203 nouveaux cas, 124 guérisons et 7 décès    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Tebboune installe une commission pour l'amender    Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    La justice à la recherche des complices de Haddad    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants empêchés de rallier le tribunal de Sidi M'hamed
Ils voulaient apporter leur soutien aux détenus jugés hier à Alger
Publié dans Liberté le 23 - 10 - 2019

Le 35e acte des manifestations estudiantines a coïncidé, hier à Alger, avec la programmation, au tribunal de Sidi M'hamed, du procès de détenus d'opinion et politiques.
À l'occasion de cette marche hebdomadaire, les manifestants avaient à cœur de tenir un rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour exprimer leur solidarité avec les détenus. Mais c'était compter sans la forte mobilisation de la police qui les en a violemment empêchés. La marche qui a démarré dans le calme de la place des Martyrs a atteint le tribunal de Sidi M'hamed vers 11h30, où des centaines d'éléments des brigades anti-émeutes, visiblement instruits, les attendaient de pied ferme.
La tentative des manifestants de franchir les cordons de sécurité qui encerclaient le tribunal, a fait réagir les policiers qui ont usé de la matraque. Les échauffourées ont duré quelques minutes avant que les étudiants ne battent en retraite pour reprendre l'itinéraire habituel de leur marche.
Dans la foulée, ils ont scandé à tue-tête des slogans appelant à la libération des détenus. "Libérez les détenus", "Arrêtez les enfants de la îssaba (bande) et relâchez les enfants du peuple", ou encore "Nos enfants n'ont pas vendu de la cocaïne pour les mettre en prison", allusion au scandale des 701 kg de cocaïne saisie à Oran.
Balisé depuis plusieurs semaines, l'itinéraire de la marche est resté inchangé. Cette dernière sillonnera progressivement la rue Larbi-Ben-M'hidi puis l'avenue Pasteur, avant d'atteindre l'esplanade de la Grande-Poste. Elle se poursuivra ensuite dans le boulevard Amirouche et la rue Didouche-Mourad. Même les fortes pluies qui se sont abattues sur la capitale n'ont pas dissuadé les manifestants à poursuivre leur marche.
Comme lors du dernier vendredi du hirak, la manifestation a semblé plutôt "tolérée" par la police, dont les contingents déployés le long des trottoirs se sont contentés d'observer passivement les marcheurs. Les étudiants ont, une fois de plus, porté les revendications de la révolution du peuple. Ils ont, ainsi, réitéré leur rejet de l'élection présidentielle, imposée par le pouvoir. Tout comme ils ont réclamé un Etat civil et non militaire et rejeté l'élection présidentielle organisée par la "bande".
Les étudiants, tout comme la grande majorité du peuple, jurent de ne pas s'arrêter avant le départ de tous les symboles du système et l'instauration d'un Etat de droit. "Wallah ma rana habsin hata trouhou gaâ" (Nous jurons au nom de Dieu que nous n'allons pas nous arrêter jusqu'à ce que vous partiez tous), tel est le serment réitéré par les manifestants qui mettent en avant le slogan tube de la révolution du 22 février : "Yetnehaw gaâ" (Ils vont tous partir).

Farid Abdeladim


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.