Prorogation du délai    L'entreprise sera soumise « à un audit complet »    La Zlecaf, un choix "stratégique pour l'Algérie"    772 nouveaux cas et 9 décés en 24 heures    Fin tragique pour le petit Yanis    Les responsables sanitaires divisés !    Les deux conditions à satisfaire    Premier League : Man United renverse West Ham. Benrahma a joué 20 minutes    Mali: le colonel Malick Diaw élu à la tête du Conseil national de transition    L'APLS poursuit le bombardement des sites militaires marocains pour le 23e jour consécutif    2e journée de Ligue 1: le "syndrome" des nuls continue de plus belle    Transport aérien : les vols commerciaux internationaux suspendus jusqu'à nouvel ordre    Algérie-Italie : signature à Alger d'un mémorandum d'entente sur le dialogue stratégique    CAHIER DES CHARGES LIE A LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE : Le ministère de l'Industrie dément tout changement    COMMENÇANTS IMPACTES PAR LE COVID-19 : Les conditions d'indemnisation fixées    L'artiste M'hamed Bouhaddaj expose ses nouvelles œuvres à Tlemcen après 30 ans d'exil à l'étranger    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Fragile consensus politique en Libye    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Spectre ou menace réelle ?    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nos enfants ne sont pas des bandits !"
Marche pour la libération des détenus d'opinion à Bouira
Publié dans Liberté le 23 - 10 - 2019

Hier, le message lancé lors de la marche citoyenne organisée par le Collectif des jeunes de Haïzer (est de Bouira), au chef-lieu de la wilaya, s'adressait aux juges. "Ouladna machi bandiya" (Nos enfants ne sont pas des bandits), ont scandé les manifestants qui ont réclamé la libération "immédiate et inconditionnelle" de l'ensemble des détenus d'opinion. En effet, la grande mobilisation d'hier a rassemblé plusieurs centaines de personnes qui ont unanimement condamné les arrestations "arbitraires" des manifestants interpellés dans le cadre de la révolution populaire contre le système.
Ainsi, c'est vers 10h que des centaines de manifestants ont commencé à se regrouper sur la place des Martyrs de Bouira, lieu de départ de cette énième action, pour exiger la libération de l'ensemble des prisonniers, dont six sont de la wilaya de Bouira. Munis de banderoles et autres pancartes où il était écrit : "Libérez les otages", "Libérez la justice", les manifestants ont sillonné les différentes artères de la ville de Bouira en scandant des slogans hostiles au pouvoir en place. "Nous voulons une justice juste et impartiale.
Nos enfants n'ont commis aucun crime répréhensible par la loi. Leur seul et unique tort, c'est d'avoir exprimé leur opinion quant au devenir de leur patrie. Cela fait-il d'eux des bandits ?" dira un manifestant. D'autres ont dénoncé le caractère "arbitraire" de ces arrestations, estimant qu'elles traduisent "la volonté du pouvoir de museler toute voix qui peut s'opposer à ses desseins et sa volonté à se maintenir coûte que coûte".
Pour les marcheurs, la mise sous mandat de dépôt de Lakhdar Bouregâa, de Karim Tabbou, de Fodil Boumala et d'Abdelouahab Fersaoui, président de l'association Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ), est une preuve de plus que la justice, selon eux, est à "la solde du pouvoir". "Nous resterons mobilisés jusqu'à la libération de l'ensemble des détenus, car vis-à-vis de la loi ils n'ont absolument rien fait de mal, si ce n'est brandir un drapeau qui symbolise notre culture et notre identité ou ont tout simplement exprimé une opinion", ont-ils indiqué.
D'autres contestataires ont signifié haut et fort leur rejet catégorique du projet de loi sur les hydrocarbures assimilé à un "bradage des richesses du pays" et surtout à une "trahison" contre le pays. Une fois arrivés devant le siège l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie) locale, son coordinateur à l'échelle de Bouira, ainsi que les membres qui la composent ont été copieusement conspués par les manifestants.
À 11h15, il y avait foule à proximité du siège de la cour de justice de Bouira, lieu de rassemblement des protestataires. Ces derniers ont, une fois encore, protesté contre ce qu'ils ont qualifié de "justice aux ordres". Les manifestants ont ensuite adressé un message aux magistrats, plus précisément à ceux du tribunal de Sidi M'hamed : "Ouladna machi bandiya, libérez nos enfants !"

RAMDANE BOURAHLA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.