«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Paysages d'automne" de Allouache en avant-première mondiale
10e édition du Festival International du Cinéma d'Alger
Publié dans Liberté le 05 - 11 - 2019

Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue hier à l'Oref, la commissaire de la manifestation, Zahira Yahi, a fait savoir que le dernier film de Merzak Allouache, Paysages d'automne, sera projeté en avant-première mondiale. Elle a aussi donné les raisons de l'absence du film Abu Leila tout en évoquant le film Papicha.

Le Festival international du cinéma d'Alger (Fica) revient dans sa 10e édition, du 7 au 16 novembre, à la salle Ibn Zeydoun (Oref). Cette cuvée, et à cause de la tenue de la présidentielle en décembre prochain, a été pour la première fois avancée au mois de novembre. Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue hier à l'Oref, la commissaire de la manifestation, Zahira Yahi, a fait savoir que cette édition connaîtra l'introduction des courts métrages en compétition officielle : "Cette année, s'il y a une nouveauté particulière, c'est l'introduction des courts métrages en compétition. Nous avons trois catégories en compétition, que sont les longs métrages fictions, longs métrages documentaires et courts métrages. Dans les docs, il y a des documentaires et de la fiction, mais ils seront en compétition à part entière."
Parmi les nouveautés de cette année, nous retrouvons le dernier long métrage de fiction de Merzak Allouache, Paysages d'automne, qui sera projeté en avant-première mondiale le 12 novembre. La programmation du film de Allouache s'est faite au détriment du film Abu Leila d'Amin Sidi Boumediene, qui devait être projeté en compétition officielle. "On a pensé au film Abu Leila, mais entre-temps, nous avions reçu le film de Allouache. Pour un festival, ça passe avant. J'ai programmé Abu Leila en hors compétition, mais l'équipe du film a préféré finalement se retirer du festival", a encore fait savoir la commissaire. Papicha a aussi été évoqué lors de cette conférence.
Mme Yahi a en effet expliqué que "l'idée de le programmer était là, mais nous avons changé de cap. Ça reste un beau film auquel on souhaite beaucoup de chance aux Oscars".
De son côté, Ahmed Bedjaoui a soutenu qu'"il ne peut y avoir de projection sans sortie nationale et sans dérogation pour le projeter durant le festival". Dans la même veine, il a été question de la sélection de films sur le Hirak pour cette édition. Selon Zahira Yahi, "deux œuvres ont été reçues, sans répondre toutefois aux critères de sélection. On n'arrête pas de le répéter, c'est un festival du film engagé, mais l'engagement doit être bon aussi, et répondre à des critères esthétiques, artistiques et techniques", a-t-elle soutenu. Par ailleurs, les thématiques des films de cette édition seront "les migrants, les femmes et le continent africain.
Il y a à la fois beaucoup de réalisatrices, sujets de docs ou de films, et des œuvres qui abordent des questions de femmes. D'autres films aborderont la question de la dislocation, de la cohésion nationale comme effet de la colonisation ou de la néocolonisaition". On retrouve parmi ces films Desrances de la Burkinabé Appoline Traoré, Burkinabe Bounty, de Lara Lee, 143, route du désert de Hassen Ferhani, Facing Mecca, court métrage suisse de Jan-Eric Mack, ou encore The Tower, qui ouvrira la compétition le soir du 11 novembre.
Aussi, plusieurs tables rondes et master class se tiendront à partir de 10h, dont "Le montage, troisième écriture d'un film" avec Yannick Kergoat, "De l'idée à l'Histoire et de l'Histoire au scénario : comment suggérer sans trahir ?" avec Boukhalfa Amazit, ou encore "Femmes de cinéma et femmes au cinéma" modérée par Amina Bedjaoui-Haddad.

Yasmine Azzouz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.