Man United - Cavani : "J'ai développé une grande affection pour le club"    Après des tensions avec Madrid et Berlin, le Maroc en brouille avec Téhéran    Palestine: l'artillerie israélienne bombarde deux sites au Nord de la bande de Ghaza    Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Barça : Piqué envoie une pique au Real Madrid    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Les marches soumises à autorisation    La siesta    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    L'éviction de listes charme l'opinion    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le pouvoir est pris de panique"
Forces du pacte de l'alternative démocratique
Publié dans Liberté le 11 - 11 - 2019

Ce conglomérat de partis, d'associations et de personnalités de l'opposition réitère sa proposition d'aller vers la tenue d'une conférence nationale regroupant l'ensemble des forces politiques en présence sur le terrain.
Les forces du Pacte de l'alternative démocratique (PAD) ont affirmé, dans un nouveau communiqué rendu public hier, que le pouvoir est pris de "panique" à l'approche de l'élection présidentielle projetée pour le 12 décembre prochain. "Le pouvoir menace d'user de la force brutale afin d'imposer un énième putsch contre la souveraineté populaire", indique le document, qui précise que "le parcours et l'identité des cinq candidats cooptés, que le Conseil constitutionnel vient de valider, ne lui facilitent pas les choses". Une manière de rappeler que les cinq candidats retenus sont d'anciens soutiens d'Abdelaziz Bouteflika et de son système politique.
Plus que cela, ces partis politiques, associations et personnalités, qui plaident pour une période de transition, reprochent à l'actuel pouvoir de "s'acharner à asseoir son règne à travers un vaste chantier de réformes qu'il mène au pas de charge, hypothéquant par là la souveraineté économique du pays et instaurant un état de siège de fait", citant la loi sur les hydrocarbures et les amendements apportés au Code de procédure pénale. Pour ces forces du PAD, les Algériens qui manifestent chaque semaine s'opposent à "la mascarade électorale qui vise à ravaler le système et à asseoir le règne d'un clan en tentant de détourner la révolution de son cours". Malgré ce tableau noir, ces dernières ne baissent pas les bras.
Tout en se disant prêtes à "s'associer avec toutes celles et tous ceux qui s'opposent à la fausse solution que le pouvoir s'apprête à imposer contre la volonté populaire", elles réitèrent leur proposition d'aller vers la tenue d'une conférence nationale regroupant "l'ensemble des forces" politiques en présence sur le terrain. Cette rencontre sera, selon les signataires du document, "un moment solennel pour affirmer la solution de la transition démocratique pour une rupture avec le système". Elle aura également comme tâche de pouvoir "esquisser l'avenir auquel aspirent les Algériennes et les Algériens".
Par ailleurs, les forces du Pacte pour une alternative démocratique s'en prennent à la gestion de la grève des juges. Elles "dénoncent et condamnent la politique de la carotte et du bâton mise en œuvre à l'endroit des magistrats : revalorisation des salaires, pour appâter les uns, et chantage, pour faire taire les autres. Cette politique entend enterrer l'espoir d'un cheminement de la justice vers son indépendance". S'agissant des détenus politiques et d'opinion, les signataires du document demandent leur libération et "l'élargissement de la quarantaine d'otages dont le procès politique est prévu pour le lundi 11 novembre à Alger". Les forces du Pacte pour l'alternative démocratique sont composées du RCD, du FFS, du PT, de l'UCP, du MDS, du PST, du PLD, une aile de la Laddh et des personnalités, à l'image de Djamel Zenati. Elles demandent la tenue d'une conférence nationale qui définira une période de transition avant d'aller vers des élections.
Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.