Barça : Messi connait sa sanction !    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    Brahim Laâlami reste en prison    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un regard critique sur l'évolution de la vie politique serbe
Projection de "L'envers de l'histoire" au 10e Fica
Publié dans Liberté le 12 - 11 - 2019

Le long métrage documentaire L'envers de l'histoire, portrait de la militante et universitaire serbe Srbijanka Turajlic et de sa famille, avec un focus sur son parcours durant les années1990, réalisé par la Serbe Mila Turajlic, a été projeté dimanche au public. D'une durée de 103 mn, ce film a été projeté en compétition documentaire du 10e Festival international du cinéma engagé qui se tient depuis jeudi à la salle Ibn Zeydoun. Le film commence par une conversation entre la réalisatrice et sa mère militante dans un appartement de Belgrade que possède la famille depuis trois générations et qui a été divisé à la fin des années 1940, jugé trop grand pour une seule famille par les services de sécurité yougoslave. Cet appartement divisé à l'époque communiste puis réunifié plus de cinquante ans plus tard représente à lui seul l'histoire de ce pays qui a pris plusieurs formes et plusieurs couleurs politiques.
Professeur de mathématiques à l'université de Belgrade, Srbijanka Turajlic raconte son parcours de militante qui a accompagné et encadré les mouvements de protestation des étudiants contre l'instabilité politique, la politique de Slobodan Milosevic et la guerre civile qui a déchiré le pays. Avec ses amis universitaires, la militante raconte le déchirement de l'élite intellectuelle mais aussi au sein de la population qui s'est souvent retrouvée face à face dans des confrontations sanglantes ainsi que la dureté de la crise économique qu'a traversée la Serbie. Entre deux tâches ménagères ou deux passages à la télévision, la militante évoque sa prise de responsabilité et les conséquences en résultant avec des images d'archives de ses discours. Elle explique également des conflits ethnique et religieux créés de toutes pièces pour accroître l'intensité de la crise. Près de vingt ans après la chute de Slobodan Milosevic (en octobre 2000), Srbijanka Turajlic porte un regard très critique sur l'évolution de la vie politique de son pays, avouant de manière très philosophique son "échec en matière de lutte pour les libertés" et reprochant à l'élite de ne pas avoir tracé l'après octobre 2000.
Inauguré jeudi, le 10e Fica se poursuit jusqu'au 16 novembre, avec encore au programme de la catégorie documentaire Sur les traces de Mamani Abdoulaye de la Nigérienne Amina Abdoulaye Mamani ou L'école du changement, co-réalisé par l'Algérien Chergui Kharroubi et la Belge Anna Shiffmann.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.