CAN : Mido prévient Liverpool pour Salah    Barça : Des négociations compliquées pour Ter Stegen    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    Vers une saison blanche ?    Tebboune salue l'équipe médicale du CHU de Tizi-Ouzou    1.171 cas confirmés et 105 décès enregistrés    Le Président fixe les conditions    L'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    RAPATRIEMENT DES ALGERIENS BLOQUES EN TURQUIE : Plusieurs hôtels affectés à l'accueil    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 1171 cas confirmés et 105 morts    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    MOSTAGANEM : Des TPE livrés gratuitement aux commerçants dans deux mois    Coronavirus: le ministre de la jeunesse et des sports rassure les athlètes    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Quelles alternatives à la crise sanitaire, économique et financière ?    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Recul de l'activité de Naftal de 50% depuis la deuxième quinzaine de mars    Des pluies, parfois orageuses, annoncées ce vendredi, au Centre du pays    Ligue 1-USM Alger: "les discussions avec Anthar Yahia ont bien avancé"    Covid19-compte spécial de solidarité: la LFP fait don de 10 millions de dinars    Coronavirus: l'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Le numérique au secours de la culture à l'heure du confinement sanitaire    FMI: des mesures à engager assurant la reprise économique après le confinement    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    Le temps à l'émergence des start-up ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux
Contestations politico-sociales à Bagdad et à Beyrouth
Publié dans Liberté le 14 - 11 - 2019

Les Libanais ne font que revenir à la charge pour revendiquer la suppression de ce système décrié à chaque élection législative. De même en Irak, où la majorité chiite est accusée de se venger des sunnites dont était issu l'ancien président Saddam Hussein.
Depuis le début des manifestations sociales en Irak et au Liban, des voix ont commencé progressivement à s'élever pour dénoncer le mode de gouvernement dans ces deux pays, où le jeu politique est basé sur le confessionnalisme et le communautarisme. Que ce soit à Beyrouth ou à Bagdad, les manifestants ont ouvertement exprimé leur rejet d'un système de gouvernance révolu, qui a servi durant des décennies à réprimer ceux qui revendiquaient une réelle ouverture démocratique.
Les Irakiens et les Libanais estiment aussi que ce système fondé sur le partage du pouvoir sur la base d'appartenance à la communauté chiite, sunnite ou chrétienne. Les Libanais ne font que revenir à la charge pour revendiquer la suppression de ce système décrié à chaque élection législative. De même en Irak, où la majorité chiite est accusée de se venger des sunnites dont était issu l'ancien président Saddam Hussein. Il est d'ailleurs de notoriété publique que le premier noyau de l'organisation terroriste autoproclamée Etat islamique incluait d'anciens officiers de l'armée irakienne de confession sunnite. Mais le fait nouveau dans ces manifestations qui secouent les deux pays depuis octobre, c'est le rejet total par les manifestants des politiques qu'ils soient chiites, sunnites, chrétiens ou kurdes. Le rejet du Hezbollah libanais s'est même exprimé dans son propre fief au Liban, où une partie de ses partisans exige la démission des élus de ce mouvement chiite, faisant trembler son dirigeant Hassan Nasrallah.
Les Libanais accusent leurs représentants politiques d'incompétence et de corruption, estimant que ces derniers utilisent le mode de répartition du pouvoir selon la représentation religieuse et communautaire pour se maintenir au pouvoir, alors que la situation sociale et économique nécessite des hommes capables de relever le défi pour sortir le pays de l'endettement et le peuple de la misère. En Irak, le gouvernement de Bagdad à dominance chiite a été déstabilisé lui aussi. Ses promesses tardives de réformes politiques et économiques ne passent pas devant la colère des Irakiens qui réclament de nouvelles figures politiques dans le pays. La propagation des manifestations dans le fief chiite à Karbala ou à Bassora est un signe d'une prise de conscience citoyenne qui était déjà là, mais que la dictature de Saddam Hussein, puis la guerre d'invasion américaine avaient violemment contenue. Aussi, l'ingérence iranienne dans les deux pays, pour maintenir les chiites au pouvoir et asseoir son influence, est dénoncée en chœur.
Pour rappel, le système de gouvernance confessionnel est enraciné au Liban depuis 30 ans, soit depuis la fin de la guerre civile qui a duré de 1975 à 1990. En Irak, ce système a été instauré dans la foulée de l'invasion américaine du pays en 2003, minant un pays riche en pétrole, mais incapable de se reconstruire, en raison des dangereuses rivalités religieuses et communautaires qui risquent de provoquer sa scission.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.