Accusations, révélations et des milliards dilapidés    Un plan de sabotage fomenté par le MAK déjoué    Le Hirak n'abdique pas    Arrestation d'activistes présumés du PNP    Les Verts affronteront la Belgique en mars    Le ministère répond aux grévistes    Chelsea : Abramovich offre un gros chèque à Lampard    Massimiliano Allegri va patienter jusqu'en juin    La fin de la récréation !    OM – Villas-Boas: «Brahimi était dans nos plans, mais…»    Mobilisation exceptionnelle à Alger    OIT: "faire du travail décent une réalité pour la jeunesse africaine"    MDN: large campagne sanitaire pour les habitants de zones enclavées à Ouargla    MASCARA : Création d'une zone industrielle à Mohammadia    ANSEJ MOSTAGANEM : 352 projets validés en 9 mois    PROGRAMME DE LOGEMENTS LPA : Les souscripteurs d'Alger convoqués fin décembre    A TAMANRASSET : Tebboune s'engage à faire de la wilaya un pôle touristique    CAMPAGNE ELECTORALE : La campagne de Benflis visée par un plan d'infiltration    TISSEMSILT : Saisie de 80 kg de viandes blanches impropres à la consommation    BECHAR : Arrestation de 4 braconniers à Beni Ounif    SURETE DE WILAYA DE TIARET : 307 permis de conduire retirés en novembre    Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"    Harbi s'attaque à l'Armée     Championnats arabes de Cyclisme sur route: deux autres médailles pour l'Algérie en clôture de la compétition    Gaïd Salah : l'Algérie mérite de la part de ses enfants qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable"    Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l'Algérie pour l'autonomie financière de l'UA    Sonatrach "qualifiée" pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie    Jeux Paralympiques Tokyo-2020: l'Algérie candidate à l'organisation de deux tournois qualificatifs    Lutte antiterroriste: Une bombe artisanale détruite à Tlemcen    Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    LOPIS: vulgarisation du contenu du guide scientifique au niveau des établissements éducatifs    JM Oran-2021 : la "nouvelle dynamique" des préparatifs de la 19e édition saluée    Prix Assia-Djebar 2019: les noms des lauréats dévoilés    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    54 appareils distribués aux handicapés    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    Projecteurs braqués sur Vienne    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    ACTUCULT    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux
Contestations politico-sociales à Bagdad et à Beyrouth
Publié dans Liberté le 14 - 11 - 2019

Les Libanais ne font que revenir à la charge pour revendiquer la suppression de ce système décrié à chaque élection législative. De même en Irak, où la majorité chiite est accusée de se venger des sunnites dont était issu l'ancien président Saddam Hussein.
Depuis le début des manifestations sociales en Irak et au Liban, des voix ont commencé progressivement à s'élever pour dénoncer le mode de gouvernement dans ces deux pays, où le jeu politique est basé sur le confessionnalisme et le communautarisme. Que ce soit à Beyrouth ou à Bagdad, les manifestants ont ouvertement exprimé leur rejet d'un système de gouvernance révolu, qui a servi durant des décennies à réprimer ceux qui revendiquaient une réelle ouverture démocratique.
Les Irakiens et les Libanais estiment aussi que ce système fondé sur le partage du pouvoir sur la base d'appartenance à la communauté chiite, sunnite ou chrétienne. Les Libanais ne font que revenir à la charge pour revendiquer la suppression de ce système décrié à chaque élection législative. De même en Irak, où la majorité chiite est accusée de se venger des sunnites dont était issu l'ancien président Saddam Hussein. Il est d'ailleurs de notoriété publique que le premier noyau de l'organisation terroriste autoproclamée Etat islamique incluait d'anciens officiers de l'armée irakienne de confession sunnite. Mais le fait nouveau dans ces manifestations qui secouent les deux pays depuis octobre, c'est le rejet total par les manifestants des politiques qu'ils soient chiites, sunnites, chrétiens ou kurdes. Le rejet du Hezbollah libanais s'est même exprimé dans son propre fief au Liban, où une partie de ses partisans exige la démission des élus de ce mouvement chiite, faisant trembler son dirigeant Hassan Nasrallah.
Les Libanais accusent leurs représentants politiques d'incompétence et de corruption, estimant que ces derniers utilisent le mode de répartition du pouvoir selon la représentation religieuse et communautaire pour se maintenir au pouvoir, alors que la situation sociale et économique nécessite des hommes capables de relever le défi pour sortir le pays de l'endettement et le peuple de la misère. En Irak, le gouvernement de Bagdad à dominance chiite a été déstabilisé lui aussi. Ses promesses tardives de réformes politiques et économiques ne passent pas devant la colère des Irakiens qui réclament de nouvelles figures politiques dans le pays. La propagation des manifestations dans le fief chiite à Karbala ou à Bassora est un signe d'une prise de conscience citoyenne qui était déjà là, mais que la dictature de Saddam Hussein, puis la guerre d'invasion américaine avaient violemment contenue. Aussi, l'ingérence iranienne dans les deux pays, pour maintenir les chiites au pouvoir et asseoir son influence, est dénoncée en chœur.
Pour rappel, le système de gouvernance confessionnel est enraciné au Liban depuis 30 ans, soit depuis la fin de la guerre civile qui a duré de 1975 à 1990. En Irak, ce système a été instauré dans la foulée de l'invasion américaine du pays en 2003, minant un pays riche en pétrole, mais incapable de se reconstruire, en raison des dangereuses rivalités religieuses et communautaires qui risquent de provoquer sa scission.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.