Cérémonie d'installation du nouveau wali    2 millions d'Irakiens manifestent contre la présence des USA    Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»    Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane    Changer d'entraîneur, est-ce la bonne option ?    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur» à juste titre    L'OMS tire la sonnette d'alarme    Le parc d'attraction rouvre ses portes    La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans    Découverte d'un bain romain à Ferkane (Tébessa)    La 10e édition prévue pour la mi-février    Tebboune préside une séance de travail    Les militairesisraéliens frappent une cible du Hamas    Le Consulat de France annonce de nouvelles mesures    «Accélérer la réalisation des projets de partenariat et les élargir à d'autres domaines»    «L'équipe a retrouvé sa confiance et sa stabilité après le départ de Lavagne»    Le Tunisien Zelfani pour sauver les meubles    Décès de l'international IsmailMahieddine    Appel à lancer des cadres juridiques plus adéquats pour lutter contre ce phénomène    Le chiffre d'affaires de la CNMA s'est établi à 15 milliards de dinars    Tebboune ordonne le rapatriement des ressortissants algériens    Le président du Conseil scientifique de l'Agence de greffe d''organes    Le CNES revient à la charge    Ouverture de la 14e èdition    Décès du pilote et de son assistant    Poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Arrestation de cinq individus en possession de 100 millions de centimes en faux billets    Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Les walis appelés à prendre des mesures urgentes pour améliorer les conditions de vie des citoyens    Algérie-Libye: le renforcement de la coopération économique soulignée lors d'un forum d'affaires    VENTE DU LAIT EN SACHET : Bras de fer entre le ministre du Commerce et les distributeurs    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    BONBONS ET CARAMELS    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    L'après Berlin et la crise libyenne    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    Il y a de l'eau dans le gaz !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le système politique de l'Irak en voie de «libanisation»
LE PROCHAIN RETRAIT DES ETATS-UNIS ET L'AVENIR DU PAYS
Publié dans L'Expression le 15 - 12 - 2011

L'Irak, huit ans après la chute du régime de Saddam Hussein, se dirige vers une «libanisation» de son système politique, avec un pouvoir réparti selon des lignes ethniques et religieuses, une voie potentiellement périlleuse.
Mouaffaq al-Roubaïe, ex-conseiller à la Sécurité nationale, le dit sans détour: «Ce que nous craignions, c'est une libanisation et malheureusement c'est ce qui se passe». «Certains partis politiques, qui affirment parler au nom d'une confession, pensent qu'une libanisation du régime est dans leur intérêt», déplore-t-il. L'Irak a été dirigé pendant près de 80 ans par la minorité sunnite, qui n'a cédé les rênes à la majorité chiite qu'après l'invasion américaine de 2003. Ont suivi des années de terribles violences confessionnelles qui ont culminé en 2006-2007. Il y a un an, les dirigeants irakiens pérennisaient, après plus de six mois de vacance politique, un compromis de partage du pouvoir: la présidence a été attribuée à un Kurde, Jalal Talabani, le poste de chef du gouvernement revenait au chiite Nouri al-Maliki et la présidence du Parlement au sunnite Oussama al-Noujaifi. Cet accord se rapproche de celui en vigueur au Liban, ravagé par une guerre civile de 1975 à 1990 et où le pouvoir est réparti entre les 18 communautés chrétiennes et musulmanes du pays, avec un président chrétien, un Premier ministre sunnite et un chef de Parlement chiite, et un système de quotas pour les postes de ministres, de hauts fonctionnaires et de députés. Pour Ihsan al-Chamari, professeur de sciences politiques à l'Université de Baghdad, «il y a de grandes similitudes entre la nature des régimes d'Irak et du Liban, les divisions sont les mêmes, basées sur des critères ethniques et confessionnels même si ce n'est pas écrit dans la Constitution comme au Liban».
«Malheureusement, ces quotas ne concernent pas seulement les trois postes principaux, ils ont débordé sur les ministères et ont eu un effet boule de neige au point d'affecter les employés du Parlement et des services gouvernementaux, et même les forces de l'ordre», souligne-t-il. Résultat: beaucoup d'Irakiens se plaignent d'être tenus à l'écart de certains postes pour des raisons confessionnelles, alors que les thèmes religieux ou ethniques étaient officiellement tabous avant le reversement de Saddam Hussein. Wissam al-Faili, un ingénieur kurde chiite de 39 ans, a été embauché au ministère des Ressources hydrauliques du temps où le ministre était un Kurde. «Maintenant c'est un sadriste (de la mouvance du chef chiite Moqtada Sadr) et la plupart des gens nommés sont à présent des Arabes chiites». Pour Ahmed al-Sammaraï, un Arabe sunnite de 36 ans employé au ministère de l'Electricité, «les hommes politiques et même les gens en général n'ont plus de loyauté envers le pays, contrairement à avant 2003». «Les quotas confessionnels et partisans sont présents partout et concernent les choses les plus simples comme les groupes de pèlerins (pour La Mecque) pour lesquels les chiites ont droit à deux fois plus de fidèles que les sunnites», déplore-t-il. Et, comme au Liban, les pays voisins jouent en coulisse. Le fragile accord ayant propulsé M.Maliki au pouvoir reflète de fait l'équilibre des puissances régionales, Washington et son allié saoudien d'un côté, et l'Iran de l'autre, selon les experts. «Tous les partis ont des allégeances à l'étranger, qui comptent plus que celle vis-à-vis de leur patrie», remarque M.Chamari. «Ces liens sont la principale cause du malaise» politique. «Nous ne pouvons nous en prendre qu'à nous-mêmes car nous avons permis à ces voisins d'interférer», relève M.Roubaïe. Malgré cela, il se veut optimiste: le retrait des forces américaines d'Irak représente une «occasion en or de régler nos problèmes. C'est une grande chance de cesser de transformer l'Irak en un deuxième Liban».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.