Man City : Un intérêt pour Harry Kane    Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    AADL: lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    HOPITAL DE BLIDA : 17% du professionnel infectés par le Covid    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Accident de la circulation : plus de 2.400 morts au cours des 10 premiers mois de 2020    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Cinq joueurs ménagés    Youcef Belaïli compte s'«illustrer davantage»    La justice otage du virus    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    106 kg de viande et abats saisis    Colère après la mort d'un jeune dans un commissariat    Près de mille personnes verbalisées à El-Bayadh    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    L'enjeu de la crise à Guerguerat    Coupure d'internet : La longue souffrance à Aïn taya    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    L'appel de la forêt    Les précisions de Linde Gas Algérie    L'engagement des dirigeants du G20    Le MCO dans la ligne de mire    El Guerguerat : La Mauritanie émet des réserves sur le 2e mur érigé par le Maroc    Grippe aviaire : les Pays-Bas abattent 190 000 poulets    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    Retour à la case départ pour l'association dédiée au cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pays "ne sera plus le même" après la contestation
L' Ayatollah Sistani d'Irak
Publié dans Liberté le 16 - 11 - 2019

L'Irak "ne sera plus le même" après le mouvement spontané de contestation sociale déclenché il y a un mois, a estimé hier le grand ayatollah Ali Sistani, plus haute autorité chiite d'Irak, dans une nouvelle marque de soutien aux manifestants. "Si ceux qui sont au pouvoir pensent qu'ils peuvent se soustraire à de vraies réformes en gagnant du temps et en procrastinant, ils délirent", a déclaré le représentant du dignitaire religieux, Ahmad al-Safi, dans un prêche hebdomadaire prononcé au nom d'Ali Sistani dans la ville de Kerbala, au sud de Bagdad.
"Ils doivent savoir que (l'Irak) ne sera plus le même après ces manifestations", a-t-il ajouté. L'Irak est le théâtre depuis le 1er octobre de manifestations d'envergure exigeant la fin de la corruption et la refonte du système politique. Elles ont été émaillées de violences qui ont coûté la vie à plus de 300 personnes, en majorité des manifestants. Ali Sistani, 89 ans, a d'abord prudemment soutenu les manifestants, assurant que leurs demandes étaient "légitimes", mais s'est engagé plus avant ces derniers jours.
Hier, il a estimé que les manifestations étaient "une façon honorable" pour parvenir à un changement. "Rien de notable n'a été accompli pour l'instant" concernant les revendications des manifestants, a jugé le dignitaire religieux. Cette semaine, l'ayatollah Sistani avait rencontré la cheffe de la mission d'assistance de l'ONU en Irak (Unami), Jeanine Hennis-Plasschaert, et adoubé, selon elle la feuille de route de l'ONU pour une sortie de crise, avec des réformes électorales dans l'immédiat et, à court terme, des aménagements de la Constitution.
Le Parlement a reçu un projet de nouvelle loi électorale mais ne s'est pas encore prononcé dessus. L'ayatollah Sistani l'a appelé à "travailler rapidement pour approuver une loi électorale juste qui restaurerait la foi du peuple dans le processus électoral". "Seul le peuple peut octroyer au gouvernement sa légitimité... Voter une loi qui n'offre pas au peuple cette possibilité ne serait ni acceptable ni utile", a-t-il ajouté.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.