Ouyahia et Sellal condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme    Benflis répond au procureur de la République    Banques De nouveaux P-DG à la tête de la BEA et de la BNA    Election présidentielle du 12 décembre Le scrutin constitue l'étape pour l'édification de l'Etat de Droit    Taleb Ibrahimi, Benbitour, Rahabi et autres personnalités appellent à ne pas empêcher les Algériens de voter    Tout est fin prêt    Gita Gopinath, conseillère économique auprès du FM "Les réformes dans les pays émergents et les pays en développement sont plus efficaces ...    La dette fiscale dépassait les 3.600 milliards DA à la fin 2016    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    Agriculture: Installation de six unités de recherche scientifique à l'INVA    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    Etats-Unis : Après les tueries, Donald Trump face aux critiques des démocrates    Poutine, Merkel et Zelensky à Paris: Qu'est-ce qu'un sommet au format "Normandie" ?    Qualifications Afro-paralympiques-2020 de handi-basket: L'Afrique du Sud obtient l'organisation du tournoi    Prix du sport africain 2019 : L'EN algérienne sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    MC Alger: Confiance renouvelée à l'entraîneur Casoni    Les conditions d'inscription fixées    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    EN : Belmadi aurait aimé jouer un match à Marseille    D'anciens ministres et hommes d'affaires condamnés à verser 20 milliards DA au Trésor public    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Adoption à la majorité de plusieurs projets de lois    Un sursis accordé jusqu'à la phase aller    Quatre à cinq mois d'absence pour Youcef Atal    Report de toutes les compétitions jusqu'au 15 décembre    Création à Tokyo d'une «Association des députés japonais pour le Sahara occidental»    Démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de 510 kg de kif traité    Un motocycliste renversé mortellement par une voiture    Au moins 44 Palestiniens tués par les forces d'occupation en novembre 2019    Pour un débat serein sur la loi des hydrocarbures devant s'insérer dans le cadre d'une loi organique de la transition énergétique en Algérie    GREVE DES CONTROLEURS AERIENS FRANÇAIS : Air Algérie annonce des perturbations    Toutes les dispositions organisationnelle et sécuritaires prises pour le bon déroulement du scrutin    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    Les enseignants du primaire partagés: Entre gel momentané et poursuite de la grève    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Notre société continue de nier sa propre culture"
Abdelaziz Boucherit, auteur du livre "Zahia, le calvaire des tabous"
Publié dans Liberté le 18 - 11 - 2019

Après un premier livre, édité il y a une année en France aux éditions Maia, retraçant la vie et le parcours révolutionnaire de Didouche Mourad, Abdelaziz Boucherit, ce natif de la wilaya de Jijel, met en lumière, dans ce second opus, la vie des paysans berbères de la Kabylie orientale. Dans cet entretien, il revient sur cet ouvrage avec plus de précisions.
Liberté : Dans votre livre, vous évoquez les Berbères de la Kabylie orientale, leur mode de vie et la place de la femme dans cette société…
Abdelaziz Boucherit : La Kabylie orientale, c'est encore un terme de division, utilisé sciemment par la colonie française pour morceler la Kabylie berbère antique et la désolidariser du peuple algérien berbère. Pour rappel, la région de la Kabylie s'étend sur les chaînes des montagnes adossées aux rivages de la Méditerranée, de la banlieue est d'Alger jusqu'aux abords de la ville de Skikda actuelle.
Dans notre cas précis, la Kabylie orientale, c'est toute la région de Kabaïl-El-Hadara des tribus d'Ouled Aïdoune dont le terme fut attribué aux tribus de la région d'El-Milia actuelle, au début de l'occupation arabe. La vie des hommes et des femmes à l'époque du récit, j'en parle dans le livre. En évoquant la fête du printemps qui permit aux femmes de s'exprimer en toute liberté. Je parle aussi des carcans, qui emprisonnaient les femmes. Paradoxalement, les principes des entraves étaient forgés, encouragés, imposés et perpétués par la femme, elle-même. La femme berbère a été, depuis longtemps, la victime d'elle-même.
Généralement, vous traitez de thèmes historiques dans vos livres, comme celui que vous avez consacré à Didouche Mourad, l'un des illustres symboles de la révolution de Novembre. À quoi ce changement est dû ?
Didouche Mourad c'était l'homme, sans conteste, qui incarna l'altruisme et l'abnégation. Il sacrifia sa vie pour servir son peuple et son pays. Il fut l'un des premiers à jeter les bases d'une doctrine axée sur un nouveau concept : la laïcité musulmane. Un outil moderne, un socle puissant pour unifier le peuple algérien et le réconcilier avec sa grande et riche diversité.
Ecrire sur Didouche Mourad, qui voulait débarrasser son pays des tabous, n'est pas incompatible, à mon sens, avec l'histoire de Zahia, à travers laquelle sont relatées, avec un esprit critique, les cultures, les traditions et enfin les tabous d'une époque qui résistent encore et déroutent de la pensée créative. A mon humble avis, je suis toujours dans la continuité des thèmes de combats.
Qu'est-ce qui a inspiré l'écriture de ce livre, dans lequel vous parlez ouvertement d'ailleurs des tabous qui entourent les relations amoureuses au sein des tribus berbères ?
Ecrire ce roman c'était écrire l'histoire orale d'une belle jeune fille, unique et pauvre de la région. Elle était victime du caractère pervers des caïds. Dans une société sans merci, elle donna libre court aux élans de son cœur. Nous l'avons suivie et accompagnée dans son triste parcours, jalonné par les vicissitudes d'une société dépravée et mutilée de ses repères. L'histoire fut, certes, édulcorée, par moments, par la créativité narrative. Mais elle conserve les relents d'une justice au service des hommes. La pauvreté sentimentale de l'amour est décrite, effectivement, par les faits dans le livre.
L'hommage que vous rendez à la femme des tribus Ouled Aïdoune, dans votre livre, n'est-il pas le fait de votre appartenance à cette tribu d'El-Milia ?
C'est incontestable, le fait d'être issu d'El-Milia contribue largement à situer avec précision les faits. Mais à travers Zahia, j'ai voulu rendre hommage à toutes les femmes d'Algérie et en particulier aux calvaires, d'ailleurs, illustrés par le titre du livre, endurés par les femmes berbères. C'est aussi rendre hommage à la femme algérienne qui a traversé cette époque dans la souffrance et la misère.
En somme, la reconnaissance de la lutte acharnée de nos mères et nos grands-mères. Ce n'est pas facile, pour moi, de mettre à nu, avec une honnêteté intellectuelle sans reproches, pour servir l'histoire, les secrets intimes de mes familles tribales. Cette démarche est encore incomprise est identifiée ou assimilée comme une trahison. Dans une société qui continue de mettre la tête dans le sable en niant les fondements et la véracité de sa propre culture.

Entretien réalisé par : Zouikri Amor


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.