35 personnes accusées dans des affaires de corruption    Opérateurs algériens et libyens se concertent sur l'impulsion de la coopération bilatérale    Rencontre mardi sur    Pétrole/gaz de schiste : opportunités et risques    Proposition de paix    «La décision de mon exclusion du bureau exécutif est antiréglementaire»    Le DEN satisfait des résultats    Deuxième place pour Reguigui    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Les services douaniers ont enregistré 70 contraventions depuis le début de l'année en cours    Nécessité d'un schéma national de transport pour réduire les accidents de la route    «L'Hommage au jazz» de Noredine Chegrane    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Le Mouloudia vidé de ses cadres !    Rien n'est confirmé Algeria 2020    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Ankara veut créer une zone de libre-échange avec l'Algérie    Les vols à destination de la Chine suspendus    11 harraga interceptés au large d'Oran    "Mal négociés", selon Wahiba Bahloul    Visite inopinée de CHerif Omari a la laiterie de birkhadem    Objectif atteint pour les Verts    Marc Lavoine prochainement en concer    avec «force» l'attaque terroriste contre le camp militaire de Sokolo au Mali    M. Davaasuren, Secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères de Mongolie, effectuera une visite de travail en Algérie    Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Complexe de sidérurgie "Tosyali" d'Oran: le challenge des exportations hors hydrocarbures    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    Les consommateurs dénoncent    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    Un "terminus" brutal pour la JSK    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Le 20 Août 1955 à El Milia a eu un impact retentissant »
Chidekh Omar Ei Aïdouni. Auteur du livre Le royaume des Fellaga
Publié dans El Watan le 15 - 08 - 2011


- D'abord, pourquoi ce livre ?

Des contrevérités historiques ont surgi et j'ai bien voulu les rétablir surtout en ce qui concerne notre région relevant de la wilaya historique II du nord constantinois. Le rôle primordial de Ouled Aïdoun à El Milia dans les attaques du 20 Août 1955, en particulier, et durant la guerre de Libération nationale d'une manière générale, a été occulté et nos héros sont restés anonymes. C'est donc de mon humble devoir de laisser des témoignages et des vérités à ceux qui veulent prendre connaissance de l'histoire de la région. A Ouled Aïdoun, il y a eu de grandes opérations le 20 Août 1955 et après. Des combats farouches se sont déroulés dans la région, faisant subir aux troupes coloniales françaises des pertes énormes. Les localités de Bordj Ali (anciennement Aragaud), Asserdoune (Mechat), ainsi que tout le territoire se trouvant entre El Milia et Zeggar, là où s'est déroulée une bataille héroïque sous les commandes du Chahid Bouzerdoum Saïd, ont été le théâtre d'opérations spectaculaires. Bentobal commandait la région et, Zighoud Youcef, impressionné par l'ampleur de ces attaques, avait confié à, Messsaoud Boulai, un de nos responsables à El Milia que le 20 Août 1955 a politiquement réussi à Skikda, mais à El Milia, il a eu un impact politico-militaire retentissant.

- Et les opérations du 9 mai 1955 que vous évoquez dans votre livre ?

Ces attaques se sont déroulées sous l'œil vigilant de Zighoud Youcef; elles étaient le prélude, à mon sens, aux opérations du 20 Août 1955. Jaques Soustelle, le gouverneur général et un chef militaire, commandant le constantinois s'étaient déplacés sur les lieux pour s'enquérir de la situation après ces attaques. Ils se sont rendus compte qu'il était impossible de mater la révolution à Ouled Aïdoun. C'est du moins ce qu'avait déclaré Jacques Soustelle à son retour à Alger.

- Vous relatez le farouche combat livré à l'un des ultras de l'armée française, le colonel Trinquier, sous la conduite du chef Belhamlaoui

Trinquier a eu le combat et le sort qu'il méritait. Grâce à la vigilance et au courage de nos valeureux hommes, à leur tête le chef de la division quatre, le héros, Zouikri Mohamed, plus connu sous le nom de guerre de Belhamlaoui, tous ses plans ont été mis en échec. Ce criminel de guerre était venu avec pour seule mission de mater, selon le désir de son chef, le général Challe, la révolution à El Milia, à Ouled Aïdoun, donc. Hélas pour lui et pour sa soldatesque, le combat lui a été mené jusqu'à son départ, et d'une fort courageuse manière. Hormis ses crimes contre les civils et les femmes, il n'a jamais été possible pour lui de nous mettre en échec. Conscient de son échec, il avait tenté de nous faire admettre que la guerre s'était arrêtée ailleurs dans le reste du pays et que seule la région d'El Milia connaissait encore des combats. Il nous a fait transmettre une lettre, spécialement destinée, et c'est une vérité à dire, au chef Belhamlaoui, à travers laquelle il proposait la paix des grands, selon sa formule. Après concertation, une réponse lui a été adressée par courrier; Belhamloui, que dieu ait son âme, l'a ridiculisé et lui a tout simplement fait savoir que «celui qui a dévêtu nos femmes et permis à ses soldats de les humilier ne mérite pas qu'on lui prête attention». Il lui a fait comprendre que sa tête est la première à être recherchée, mais dommage qu'on l'a raté de peu lors d'une opération, à la sortie sud de la ville d'El Milia, au cours de la quelle, sachant bien qu'il était très suivi, il a changé sa voiture avant de se déplacer et c'est un de ses lieutenants qui a été tué.

- Votre livre peut soulever des polémiques

Oui j'en suis conscient, mais ce que j'ai voulu dire ce n'est surtout pas de diminuer de la valeur et du rôle des autres régions. Les combattants de l'ALN étaient partout et chacun s'est sacrifié pour une seule cause: l'indépendance du pays. Le livre a été écrit juste pour rétablir certains faits et mettre l'accent sur le rôle de Ouled Aïdoun dans le combat libérateur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.