Le procès Hamel reporté au 17 novembre    Un scrutin miné ?    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Rejet de 77 dossiers de candidature    Des candidats exclus font appel    Renforcement de la coopération policière entre les pays africains    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Retour du public dès demain sous conditions    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Des rejets «excessifs et arbitraires»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Trois marches organisées jeudi à Béjaïa
REJET DU SCRUTIN PRESIDENTIEL ET SOUTIEN AUX DETENUS D'OPINION
Publié dans Liberté le 23 - 11 - 2019

Trois marches ont eu lieu, jeudi dernier, dans les villes de Béjaïa, de Kherrata et d'Amizour, où des milliers de manifestants sont sortis dans la rue pour exprimer de nouveau leur rejet de l'élection présidentielle du 12 décembre prochain et réclamer la libération des détenus politiques et d'opinion. Jeudi, dans la matinée, des centaines de Kherratis ont réinvesti la rue en arborant des portraits de détenus du hirak aux côtés des drapeaux national et amazigh.
Des animateurs du mouvement populaire ont pris la parole devant la foule rassemblée devant le siège de l'APC de Kherrata pour exiger la libération des détenus d'opinion et pour rappeler le refus de la population locale de cautionner la mascarade électorale en cours.
Par ailleurs, les mêmes revendications du hirak ont été reprises par des milliers de manifestants qui ont battu le pavé, le même jour, dans les villes de Béjaïa et d'Amizour. Au chef-lieu de la wilaya de Béjaïa, les hirakistes se sont donné rendez-vous à la rue de la Liberté pour organiser un rassemblement, à 16h, devant le siège de la wilaya, avant d'entamer une marche vers le bloc administratif, situé à quelques centaines de mètres.
Les manifestants observeront ensuite un autre rassemblement devant cette bâtisse abritant le siège de l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie). Cette action, devenue quotidienne depuis le samedi 16 novembre, a été l'occasion pour les Béjaouis de scander les slogans du mouvement populaire, appelant au "rejet du scrutin présidentiel du 12 décembre", mais aussi à la "libération de tous les prisonniers politiques et d'opinion".
Enfin, les citoyens d'Amizour ont préféré organiser une marche nocturne, jeudi dernier en début de soirée. "Makanch intikhabat mâa l"îssabat" (Pas d'élection avec les gangs), "Ulac l'vote ulac" (Pas de vote), "Libérez les détenus", "Système dégage !", tels sont les principaux slogans scandés par les manifestants qui ont sillonné les artères de la ville d'Amizour.

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.