Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Blida: Course après les aliments et non-respect du confinement    Cours à distance en période de confinement: Un plus selon les syndicats mais...    Une instruction du Premier ministère: D'autres catégories de commerces autorisées à activer    RENAISSANCE HUMAINE    Le gouvernement fixe les types de commerce autorisés à ouvrir    Quand le besoin vital de masques vire à l'anarchie entre états    Report de la réunion de l'Opep+ au 8 ou 9 avril    L'infrangible lien…    Jijel : fausse pénurie d'huile et de sucre    Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    Le marché d'El-Graba à Relizane démantelé    Du carburant gratuit pour les ambulances à Médéa    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marches populaires à Aokas et à Kherrata
REJET Du scrutin présidentiel ET SOUTIEN AUX DETENUS DU "HIRAK"
Publié dans Liberté le 17 - 11 - 2019

La mobilisation populaire contre le pouvoir en place et sa feuille de route se poursuit à Béjaïa. Hier encore, au lendemain du 39e vendredi de manifestations populaires, les villes de Kherrata et d'Aokas, dans la région est de la wilaya de Béjaïa, ont été le théâtre de deux marches citoyennes synchronisées, auxquelles ont pris part des milliers de personnes.
Les manifestants, qui ont bravé le froid et la pluie, ont battu le pavé pour renouveler les revendications du hirak, notamment "la libération de tous les détenus politiques et d'opinion", "le rejet de l'élection présidentielle du 12 décembre prochain", "le départ de toutes les figures du système" et "la mise en place d'un processus transitionnel devant permettre l'avènement d'une nouvelle république démocratique et sociale".
À Aokas, ville côtière située à 25 km à l'est de la capitale des Hammadites, le coup d'envoi de la marche, initiée par un collectif citoyen local, a été donné vers 10h30, depuis la place Katia-Bengana jouxtant l'agence postale. Arborant des portraits de détenus du mouvement populaire, mais aussi les drapeaux national et amazigh, les marcheurs scandaient des slogans hostiles aux figures du régime et au processus électoral en cours.
"Libérez les détenus", "Makanch intikhabat mâa l'îssabat" (Pas d'élection avec les bandes mafieuses), "Ulac l'vote ulac" (Pas de vote), "Pouvoir assassin", "Ulac smah ulac" (Pas de pardon), "Système dégage", ont-ils scandé sous un ciel pluvieux. Une prise de parole de certains animateurs locaux du hirak a ponctué le rassemblement, organisé devant cette institution publique.
Les intervenants ont appelé la population de la région du Sahel à rester mobilisée pour "faire échouer la énième mascarade électorale du pouvoir, visant à perpétuer le régime de Bouteflika". Par ailleurs, plusieurs centaines de personnes ont également répondu favorablement, hier, à la marche hebdomadaire qu'organisent chaque samedi matin les hirakistes dans la ville historique de Kherrata, située à l'extrême est de la wilaya de Béjaïa.
Déterminés plus que jamais à poursuivre leur lutte pacifique jusqu'à la chute du "régime dictatorial", les Kherratis ont réitéré leur rejet du scrutin présidentiel prévu le 12 décembre prochain, tout en fustigeant les cinq candidats en lice. "Tebboune el cocaïne hab iwali raïs" (Tebboune, trafiquant de cocaïne, veut devenir président), ont-ils raillé l'ancien Premier-ministre de Bouteflika, considéré comme étant le candidat favori du système.
"Di Kherrata ulac el-margaz, akhdem la campagne ma-telidh dargaz" (À Kherrata pas de merguez, chiche venez faire campagne !), voilà un autre slogan porté, hier, par les citoyens de Kherrata, qui défient ouvertement les partisans de l'élection qu'ils qualifient de "cachiristes". Les manifestants, parmi lesquels figuraient le député démissionnaire Khaled Tazaghart et l'activiste de Béjaïa Yanis Adjlia, ont, par ailleurs, scandé : "Mazalagh d Imazighen" (Nous sommes toujours des Amazighs), "Libérez les détenus"…

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.