Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Marches populaires à Aokas et à Kherrata
REJET Du scrutin présidentiel ET SOUTIEN AUX DETENUS DU "HIRAK"
Publié dans Liberté le 17 - 11 - 2019

La mobilisation populaire contre le pouvoir en place et sa feuille de route se poursuit à Béjaïa. Hier encore, au lendemain du 39e vendredi de manifestations populaires, les villes de Kherrata et d'Aokas, dans la région est de la wilaya de Béjaïa, ont été le théâtre de deux marches citoyennes synchronisées, auxquelles ont pris part des milliers de personnes.
Les manifestants, qui ont bravé le froid et la pluie, ont battu le pavé pour renouveler les revendications du hirak, notamment "la libération de tous les détenus politiques et d'opinion", "le rejet de l'élection présidentielle du 12 décembre prochain", "le départ de toutes les figures du système" et "la mise en place d'un processus transitionnel devant permettre l'avènement d'une nouvelle république démocratique et sociale".
À Aokas, ville côtière située à 25 km à l'est de la capitale des Hammadites, le coup d'envoi de la marche, initiée par un collectif citoyen local, a été donné vers 10h30, depuis la place Katia-Bengana jouxtant l'agence postale. Arborant des portraits de détenus du mouvement populaire, mais aussi les drapeaux national et amazigh, les marcheurs scandaient des slogans hostiles aux figures du régime et au processus électoral en cours.
"Libérez les détenus", "Makanch intikhabat mâa l'îssabat" (Pas d'élection avec les bandes mafieuses), "Ulac l'vote ulac" (Pas de vote), "Pouvoir assassin", "Ulac smah ulac" (Pas de pardon), "Système dégage", ont-ils scandé sous un ciel pluvieux. Une prise de parole de certains animateurs locaux du hirak a ponctué le rassemblement, organisé devant cette institution publique.
Les intervenants ont appelé la population de la région du Sahel à rester mobilisée pour "faire échouer la énième mascarade électorale du pouvoir, visant à perpétuer le régime de Bouteflika". Par ailleurs, plusieurs centaines de personnes ont également répondu favorablement, hier, à la marche hebdomadaire qu'organisent chaque samedi matin les hirakistes dans la ville historique de Kherrata, située à l'extrême est de la wilaya de Béjaïa.
Déterminés plus que jamais à poursuivre leur lutte pacifique jusqu'à la chute du "régime dictatorial", les Kherratis ont réitéré leur rejet du scrutin présidentiel prévu le 12 décembre prochain, tout en fustigeant les cinq candidats en lice. "Tebboune el cocaïne hab iwali raïs" (Tebboune, trafiquant de cocaïne, veut devenir président), ont-ils raillé l'ancien Premier-ministre de Bouteflika, considéré comme étant le candidat favori du système.
"Di Kherrata ulac el-margaz, akhdem la campagne ma-telidh dargaz" (À Kherrata pas de merguez, chiche venez faire campagne !), voilà un autre slogan porté, hier, par les citoyens de Kherrata, qui défient ouvertement les partisans de l'élection qu'ils qualifient de "cachiristes". Les manifestants, parmi lesquels figuraient le député démissionnaire Khaled Tazaghart et l'activiste de Béjaïa Yanis Adjlia, ont, par ailleurs, scandé : "Mazalagh d Imazighen" (Nous sommes toujours des Amazighs), "Libérez les détenus"…

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.