Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Covid-19: plus de 6,7 millions de contaminations et près de 400.000 décès dans le monde    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    MO Béjaïa : Zahir Attia n'est pas le «bienvenu»    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    Reprise des activités économiques et commerciales: l'ANCA salue la décision    BLIDA RESPIRE    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    D'anciens manuscrits et des bâtiments historiques en péril    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    Chlef: La récolte céréalière en baisse    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le Consul général de France à Alger s'exprime    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À tout jamais…
65e partie
Publié dans Liberté le 24 - 11 - 2019

Résumé : Kamélia n'est pas la seule à avoir des regrets. Même Fathma s'en veut de ne pas avoir vu clair dans ses intentions. Moh est resté avec elles alors que les recherches se poursuivent durant toute la matinée. Le chef brigadier l'appelle pour lui apprendre qu'ils ont retrouvé Idir et qu'il est dans un sale état.
Fathma évite de parler d'Idir avec Rosa et les employés qui s'occupent de tout. Elle s'arrange pour que personne ne monte à la chambre de Kamélia.
À la réception et dans la salle à manger, on ne parle que de l'agression dont a été victime Idir. Si la plupart des clients prennent des chambres, les autres originaires du village s'arrêtent le temps de déjeuner ou de prendre un café. Fathma qui est une boule de nerfs ne tient plus en place. Elle va et vient entre la réception et la salle à manger. Les rumeurs courent qu'il a reçu plusieurs coups de couteau et qu'il est dans le coma. Une autre qu'il aurait été renversé par un véhicule.
-Quoi qu'il en soit, il est dans le coma et la police ignore qui est son agresseur, dit un client.
-Quelqu'un est entré chez lui pour le voler. Il serait tombé sur eux. Il s'en est pris à eux. Ils ne sont dans la région que depuis une année. Ils n'ont pas d'ennemi connu.
-Si c'est un voleur ou une bande, ils ont dû le surveiller. On dit que sa boutique ne désemplit jamais. D'ailleurs, c'est pour ça qu'ils emploient deux vendeuses.
-La police les a convoqués pour les interroger.
-Vous pensez qu'elles seraient complices des voleurs ?
-Non, dit un autre. Mais peut-être qu'elles ont remarqué des choses. Peut-être qu'un client leur a paru bizarre. Tu sais, les agents d'accueil et les vendeurs ont un bon œil.
-Peut-être. Souhaitons que la police mette la main sur cette bande.
-Inchallah.
Fathma retourne derrière le comptoir et appelle son mari pour en savoir plus.
-Je n'ai pas encore pu le voir, lui dit-il. Il est dans le bloc opératoire.
-Ya Allah protège-le. Inchallah l'opération sera un succès. Ici, ils racontent qu'il aurait reçu plusieurs coups de couteau. Aussi qu'il a été écrasé.
Moh toussote à l'autre bout du fil avant de confirmer un fait.
-Il a bien été renversé. On lui a roulé dessus, dit-il. Avant de le jeter dans un ravin. C'est pour cela qu'ils ne l'ont pas retrouvé tout de suite.
-Pauvre garçon, murmure Fathma. J'espère qu'il va s'en sortir. Kamélia ne supportera pas de le voir dans cet état. Moh, je t'en prie, dès qu'il sort du bloc, appelle-moi.
Lorsqu'elle se tourne, elle tombe nez à nez avec sa fille. Elle raccroche lentement. Kamélia n'a entendu que la dernière phrase.
-Yemma, qui est au bloc ?
Fathma détourne le regard. Elle cherche les mots. L'instant qu'elle redoute est arrivé ; elle n'a pas le courage de lui apprendre qu'il s'agit de son mari.

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.