Aucune restriction dans la révision constitutionnelle    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    "100 mds DA injectés dans les communes dès le mois de mai"    Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    Kherrata, une convergence et des messages    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parution d'un essai sur "la poétique de l'œil"
Il a été écrit par Kaddour M'hamsadji
Publié dans Liberté le 01 - 12 - 2019

En vérité, cet essai, qui voit le jour après un travail de longue haleine et des difficultés liées à sa rédaction, se veut, comme dit M'hamsadji, "une réflexion simple d'un écrivain sincèrement persuadé de sa sensibilité". Un ouvrage qu'il enrichit, du reste, d'une anthologie poétique millénaire.
Prolifique et authentiquement attaché à tout ce qui a trait à l'homme et à l'âme, le doyen des écrivains algériens, Kaddour M'hamsadji, publie aux éditions de l'Office national des publications universitaires (OPU), La poétique de l'œil, châ'iriyat el'aïn, cet essai très particulier, dans la mesure où celui-ci s'intéresse à l'œil, à la vue et au regard. D'abord d'un point de vue biologique, puisqu'il fait appel à plusieurs docteurs en médecine, qui signent les premières pages de l'ouvrage à travers de brèves introductions dans le monde de l'ophtalmologie, suivies d'explications des pathologies liées à cet organe ô combien vital.
En vérité, cet essai, qui voit le jour après un travail de longue haleine et des difficultés liées à sa rédaction, se veut, comme dit M'hamsadji, "une réflexion simple d'un écrivain sincèrement persuadé de sa sensibilité et surtout des limites de son savoir, singulièrement en sciences médicales". Car pour lui, "l'œil vit, l'œil observe, l'œil pense, l'œil juge, l'œil s'exprime, l'œil agit, l'œil commande, l'œil accepte, l'œil refuse, l'œil est méchant, l'œil est paisible, l'œil est nostalgique, l'œil a de la mémoire, l'œil est romantique, l'œil aime…, l'œil meurt".
Passé les interventions des spécialistes, à l'image de Dr Slimane Mohabeddine ou encore Meriem Braham Chaouche sur les origines de la cataracte ou de la dégénérescence maculaire, M'hamsadji nous gratifie enfin de ses poèmes, écrits à 30 ans d'intervalle. C'est dire que cette fonction – la contemplation, le regard posé sur l'autre ou celui dont nous sommes l'objet – fascine l'auteur de Le rêve derrière soi.
Sous le titre L'insidieuse, poème datant de 1985 dédié au Dr Zahia Louni, il déclame : "Elle vole et virevolte/Elle occupe tout mon œil/De ses ailes multiples/Férocement l'insidieuse/S'effiloche et se reconstitue/Laissant toutes les fois des traînées d'ombre/Elle se veut présente et pourtant/Elle fuit à mon regard affolé/Serait-elle de quelque beauté/Que fatale déjà elle brouille ma vue/Elle brise la prunelle de mes yeux."
Il dépeint dans un vers libre au titre évocateur Macula dégénérée, les conséquences de cette pathologie sur sa vie de tous les jours : "Hélas ! Privé de voir ceux que j'aime et de les reconnaître/Partout l'ombre ennemie me hante occupant mes jours/Déformant mes êtres chers et même les lignes que j'écris/Ou que je lis ; toute nature belle est peinture affreuse."
Et de continuer : "La destruction est commencée. Faut-il en rire, en pleureur ?/Non, ce n'est pas une question de courage ni de patience/ Il faut s'y résigner, déserter le théâtre des émotions laides/S'en remettre à l'Amour de la vie, au Printemps prochain." La tradition orale, la religion et la mythologie ont-elles aussi, et de tous temps, mis au centre de leurs croyances l'œil, son pouvoir ou ses représentations ?
C'est à ce titre que le romancier nous offre une anthologie de maximes et proverbes algériens, maghrébins, arabes et universels. D'Ibn Zaydoun à Charles Baudelaire, en passant par Khalil Gibran ou Mahatma Gandhi, l'œil est célébré à travers une anthologie poétique remontant parfois à des milliers d'années.
Ainsi, sur le commerce, la jalousie, l'amour ou le destin, il a été écrit : "L'œil du petit convoiteur est sur la petite meule", pour parler d'une personne "désirant avec avidité la possession et la jouissance d'une certaine chose". Ou encore le poème d'Aragon, extrait du recueil Les yeux d'Elsa : "J'ai vu tous les soleils y venir se mirer/S'y jeter à mourir tous les désespérés/Tes yeux sont si profonds que j'y perds la mémoire."

Yasmine Azzouz
La poétique de l'œil, châ'iriyat el'aïn, de Kaddour M'hamsadji, essai.
OPU, 156 pages, 500 DA, 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.