Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Coronavirus: le Président Tebboune ordonne le rapatriement immédiat des Algériens établis à Wuhan    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    Préoccupations des citoyens: les cadres appelés à prendre leurs responsabilités    Début à Alger des travaux du Forum d'affaires algéro-libyen    Médéa : campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Abdelkader Ouali soupçonné de lourdes affaires de corruption    Un protocole à la tête du client ?    Le retrait militaire américain du Sahel inquiète Paris    Le successeur d'Al-Baghdadi menace de s'attaquer à Tel-Aviv    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    La CAT a saisi l'ITF    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur»    Kaci-Saïd : "Le MCA devait négocier le transfert de Bendebka"    Foot/ Ligue 1 (JS Kabylie): le Tunisien Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Une perte annuelle de 2 milliards de dollars pour l'Algérie    Aucun vol annulé à cause du coronavirus    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    Alger: récupération d'un montant volé de 1,9 milliard de centimes et 34.000 euros    Emploi et formation en Algérie : Opportunités et défis de la révolution numérique    Salah Goudjil refuse de quitter le perchoir    Cinq DG depuis le début du hirak    Plan d'action du gouvernement : Le Conseil des ministres se réunira la semaine prochaine    Cancer du sein: 3800 femmes bénéficient d'un dépistage précoce à Biskra    Installation du Comité algérien de soutien et de fraternité avec le peuple libyen    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Ciné-club à Bejaïa : Nadia Zouaoui raconte «l'islam de (son) enfance»    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    Mostaganem: 35 personnes, dont un ex-wali et 11 cadres, accusés dans des affaires de corruption    L'après Berlin et la crise libyenne    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    Il y a de l'eau dans le gaz !    BONBONS ET CARAMELS    Blida: Le lait en sachet disponible chez les épiciers    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Deuxième place pour Reguigui    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    11 harraga interceptés au large d'Oran    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Laddh appelle les Algériens à rester pacifiques
Elle a qualifié la présidentielle de coup de force
Publié dans Liberté le 10 - 12 - 2019

Tout en appelant à l'annulation du scrutin du 12 décembre, la Ligue appelle les autorités à respecter la volonté du peuple.
L'élection présidentielle du 12 décembre est "un coup de force" qui ne fera que "prolonger la crise", a estimé la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (Laddh), aile Hocine Zehouane, qui a toutefois exhorté le peuple algérien à tenir le cap de "la voie pacifique"."À quelques jours de la date de l'élection présidentielle prévue pour le 12 décembre, le pouvoir semble décidé à maintenir son coup de force, au risque de se dresser face au peuple qui, heureusement, reste pacifique et s'accroche encore à ce choix.
Cette élection massivement rejetée par le peuple algérien, dans toutes les wilayas du pays à la 42e marche, est loin d'être la solution. Elle va encore approfondir le fossé et prolonger la crise", a indiqué la Laddh dans un communiqué signé par son vice-président, Saïd Salhi, et rendu public hier à l'occasion de la Journée mondiale des droits humains, qui a rappelé avoir déjà plaidé pour son annulation.
C'est pourquoi elle a invité le gouvernement à "respecter la volonté du peuple" et à "lui garantir l'exercice de ses droits politiques et civiques, notamment en matière de libertés publiques et démocratiques, de manifestations pacifiques, d'expression, de réunion et d'organisation". Si elle est opposée à la présidentielle, la Laddh rejette tout recours à la violence, en appelant le peuple algérien à "demeurer dans la stricte voie pacifique" et à "rester vigilant, uni et solidaire".
Pour elle, la journée du 12 décembre ne doit pas être "une finalité" car nous sommes face à "un vrai processus révolutionnaire qui recommande beaucoup de patience, de convictions et d'endurance". La Laddh a, par ailleurs, rappelé son positionnement dès le 22 février "aux côtés de ce mouvement" qui "a mis la question des droits humains au centre de son combat" et "en faveur de ses revendications légitimes".
"En tant qu'organisation autonome de défense des droits de l'Homme, elle n'a ménagé aucun effort pour rappeler le droit, dénoncer les violations des droits humains, défendre aux côtés des avocats les victimes de l'arbitraire, alerter et interpeller le gouvernement, notamment le pouvoir réel sur les enjeux et dangers qui peuvent découler de ses options", a soutenu la Laddh avant d'ajouter : "La Laddh a participé à toutes les initiatives de la société civile, aux côtés d'autres acteurs, pour rapprocher les opinions en vue d'aller vers une solution politique consensuelle, vers une transition démocratique, pacifique et négociée, seule option à même de sauvegarder la cohésion du peuple, de la nation, la paix et la stabilité dans le pays."
Et à la Laddh de porter au pinacle la résilience du hirak qui "entame le dixième mois avec une détermination sans faille pour le changement et la construction de l'Etat de droit" tout en résistant encore à "toutes les tentations répressives du gouvernement". "Ni les restrictions des libertés ni le harcèlement des activistes et les arrestations arbitraires n'ont pu venir à bout de ce grand espoir et cette quête profonde du peuple algérien pour le changement", s'est-elle félicitée.
Et à l'occasion de la célébration du 71e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, l'organisation de Hocine Zehouane a dressé un tableau noir de la situation des droits humains en Algérie, en faisant ressortir toutes les atteintes à la liberté de culte, à la liberté d'expression, aux droits civils et politiques, à l'intégrité physique des militants, à l'indépendance de la justice, etc.

Arab Chih


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.